AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de hcdahlem


hcdahlem
  12 février 2020
Les bonnes questions sur l'antisémitisme

Délaissant le roman, Cloé Korman nous offre un court essai, une réaction aussi érudite que salutaire sur l'antisémitisme et le racisme qui semblent regagner du terrain aujourd'hui. Un texte utile.

Il m'arrive peu souvent de parler d'essais et de documents dans ce blog qui est d'abord consacré à la littérature contemporaine. Si je fais aujourd'hui exception c'est à la fois parce que j'ai eu la chance l'an passé de rencontrer Cloé Korman, qui siégeait à mes côtés en tant que membre du jury du Prix Orange du livre, et ensuite parce que le thème traité dans son livre m'apparait très important, ayant malheureusement dû constater dans ma région – l'Alsace – une recrudescence d'actes antisémites.
La profanation des cimetières juifs est d'ailleurs évoquée dans ce livre, même si c'est à partir d'exemples personnels que la romancière ancre ce manifeste. Comme ces phrases entendues qui semblent anodines au premier abord et qui, si on prend la peine d'y réfléchir un instant, sont porteuses de préjugés, pour ne pas dire d'intentions blessantes. Ainsi ce «tu n'es pas vraiment juive» qu'une camarade lui lance en constatant qu'elle n'est pas «juive comme elle» ou comme elle le voudrait. «Je prends l'uppercut, je garde pour moi ma rage et je rentre méditer l'insulte…»
Ou à l'inverse ce «Tu ressembles à une juive» tout autant porteur d'à priori et qui vont pousser Cloé à prendre la plume, à développer ce sujet brûlant.
En déroulant son histoire familiale, celle des juifs alsaciens du côté de sa mère, et celle des juifs immigrés de Pologne du côté de son père, elle constate combien ce sujet est longtemps demeuré tabou, qu'il valait mieux ne pas en parler, que la clandestinité valait bien mieux. Animant des ateliers d'écriture en banlieue parisienne (elle est enseignante en Seine-Saint-Denis), elle constate aussi qu'elle ne dit rien de ce passé ou encore de son appartenance à cette communauté. le non-dit est massif. «Il me ramène à ce constat: aimer on ne pas aimer les juifs est devenu, redevenu, un positionnement stratégique au sein de la société française. C'est une ligne brisée qui la parcourt à nouveau en tous sens et sert à séparer les riches des pauvres, les élites des laissés-pour-compte, les Blancs des non-Blancs, et dont l'instrumentalisation se fait toujours aux dépens des juifs, mais aussi de toutes les minorités qui se distinguent de la norme blanche, catholique, à laquelle l'extrême droite cherche à résumer cette société. Dans une atmosphère d'autant plus inquiétante qu'elle se place dans un contexte de montée des extrêmes droites partout en Europe et sur le continent américain.»
C'est du reste le passage le plus intéressant à mon sens, celui qui lie l'antisémitisme et le racisme, celui qui explique qu'il faut faire cause commune: «Le racisme, ce n'est pas seulement accuser l'autre de son altérité. C'est aussi tout faire pour qu'il n'en sorte pas, et cette stratégie est bien en place dans la société française. Elle est structurée suivant un dispositif qui exploite de façon scandaleuse la différence entre l'antisémitisme et le racisme, qui creuse habilement la différence entre les juifs et tous les autres.»
Rappelant les faits historiques qui ont conduit l'État français à organiser les rafles et à livrer les juifs aux Allemands, elle nous rappelle aussi qu'après le conflit, on a choisi d'«oublier» ce rôle en concentrant le «devoir de mémoire» sur les camps de concentration et en oubliant par exemple Drancy. Bien entendu, la Shoah et ses conséquences n'en constituent pas moins un volet fort intéressant, avant d'en arriver aux dernières évolutions, aux attentats en France mais aussi aux Etats-Unis ou encore en Nouvelle-Zélande et aux faits divers aussi sordides que choquants. Un panorama qui lui permet de conclure «qu'il faut penser la solidarité entre les luttes contre le racisme et contre l'antisémitisme, et mener ces combats de façon tolérante et pluraliste, en surmontant les divisions liées à nos origines sociales et culturelles ce qui exige sans doute de surmonter le racisme au sein même de l'antiracisme.»
S'il faut lire ce court essai, c'est à la fois parce qu'il est solidement argumenté, qu'il anime au débat, mais aussi parce que la patte de la romancière le rend très abordable, très plaisant. Oui, il faut mener ce combat, sauf à finir «dans un monde mort, un jardin aux statues où nous irions ressembler à mort à nous-mêmes jusqu'à ce que mort s'ensuive, jusqu'à ce que la rose soit à la rose moins qu'une rose mais une rose de poussière, une rose d'épines, un fil barbelé de cauchemar.»


Lien : https://collectiondelivres.w..
Commenter  J’apprécie          314



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (31)voir plus