AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Philwitz


Philwitz
  09 août 2017
Les Crises d'Orient, c'est l'Empire Ottoman, la Perse et l'Afghanistan, depuis l'expédition de Bonaparte en Egypte jusqu'à la guerre italo-ottomane de 1911-1912, à la veille de la Grande Guerre, qui sera déclenchée dans cette zone.

Pour les distraits, précisons que cela recouvre, par exemple, la conquête de l'Algérie et de l'Afrique du Nord, l'Egypte et le canal de Suez, la guerre de Crimée, le Grand Jeu et les espions en Asie Centrale, les guerres russo-turques et balkaniques, la création des états des Balkans : Grèce, Serbie, Montenegro, Roumanie, Bulgarie, Albanie, avec les massacres et mouvements de population associés, la question de Fachoda, la révolution jeune-turcs, les Arméniens, les Kurdes, la construction de la première voie ferrée vers La Mecque, les débuts des établissements juifs en Palestine, les interventions au Liban, etc., etc., etc.

En 350 pages très denses en informations mais claires, ces événements sont présentés, analysés en fonction de la politique intérieure et étrangère, des enjeux stratégiques et économiques, des opinions publiques et des courants idéologiques, ethniques et religieux.

Tous ces événements, sans exception (?), qui accompagnent l'effritement de l'Empire ottoman, impliquent les Grandes Puissances, Russie et Autriche-Hongrie au premier chef, France et Grande Bretagne, et plus tardivement l'Allemagne et l'Italie, en tant que protagonistes, arbitres ou exerceurs de pression. Et cela tant la politique de cabinets que les opinions publiques. Leur intervention suit des scénarios que les groupes locaux finissent par essayer de reproduire, afin de s'attirer une intervention étrangère et gagner une indépendance ou un gain de territoire.

La constitution des états des Balkans se fait sur des bases communautaires, hésitant souvent entre appartenance religieuse ou linguistique, recourant au passé historique parfois antique pour se forger une identité, et s'accompagne de purification ethnique, appuyée par le opinions publiques des puissances. On a connu cela encore depuis les années 1990.

Il paraît que l'ex république yougoslave de Macédoine négocie actuellement avec la Grèce pour se trouver un nouveau nom, acceptable par cette dernière.

On peut lire ce livre par intérêt pour la chose elle-même. C'est mon cas - et je l'ai trouvé passionnant - mais je sais qu'il n'est pas général. On peut aussi le lire pour mieux comprendre une situation, ou pour chercher des analogies avec le présent. le monde du Proche-Orient arabe a finalement été plutôt épargné par les crises pendant la période couverte par ce livre. Mais les événements qui s'y précipitent depuis 2003 obéissent peut-être aux mêmes structures qu'autrefois.
Commenter  J’apprécie          282



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (23)voir plus