AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782213702179
Éditeur : Fayard (08/02/2017)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 4 notes)
Résumé :
En ce début de xxie siècle, le cycle d’instabilités au Moyen-Orient commencé en 2003 et qui s’est accéléré depuis 2011 a pris une dimension particulièrement dangereuse. Et l’on se donne l’impression d’être dans une situation nouvelle. En réalité, le Moyen-Orient a connu, tout au long du xixe siècle, des crises dites d’Orient.
Dans un jeu d’ingérences et d’implications entre acteurs locaux, régionaux et internationaux, au point que l’on ne sait plus qui manipu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Philwitz
  09 août 2017
Les Crises d'Orient, c'est l'Empire Ottoman, la Perse et l'Afghanistan, depuis l'expédition de Bonaparte en Egypte jusqu'à la guerre italo-ottomane de 1911-1912, à la veille de la Grande Guerre, qui sera déclenchée dans cette zone.
Pour les distraits, précisons que cela recouvre, par exemple, la conquête de l'Algérie et de l'Afrique du Nord, l'Egypte et le canal de Suez, la guerre de Crimée, le Grand Jeu et les espions en Asie Centrale, les guerres russo-turques et balkaniques, la création des états des Balkans : Grèce, Serbie, Montenegro, Roumanie, Bulgarie, Albanie, avec les massacres et mouvements de population associés, la question de Fachoda, la révolution jeune-turcs, les Arméniens, les Kurdes, la construction de la première voie ferrée vers La Mecque, les débuts des établissements juifs en Palestine, les interventions au Liban, etc., etc., etc.
En 350 pages très denses en informations mais claires, ces événements sont présentés, analysés en fonction de la politique intérieure et étrangère, des enjeux stratégiques et économiques, des opinions publiques et des courants idéologiques, ethniques et religieux.
Tous ces événements, sans exception (?), qui accompagnent l'effritement de l'Empire ottoman, impliquent les Grandes Puissances, Russie et Autriche-Hongrie au premier chef, France et Grande Bretagne, et plus tardivement l'Allemagne et l'Italie, en tant que protagonistes, arbitres ou exerceurs de pression. Et cela tant la politique de cabinets que les opinions publiques. Leur intervention suit des scénarios que les groupes locaux finissent par essayer de reproduire, afin de s'attirer une intervention étrangère et gagner une indépendance ou un gain de territoire.
La constitution des états des Balkans se fait sur des bases communautaires, hésitant souvent entre appartenance religieuse ou linguistique, recourant au passé historique parfois antique pour se forger une identité, et s'accompagne de purification ethnique, appuyée par le opinions publiques des puissances. On a connu cela encore depuis les années 1990.
Il paraît que l'ex république yougoslave de Macédoine négocie actuellement avec la Grèce pour se trouver un nouveau nom, acceptable par cette dernière.
On peut lire ce livre par intérêt pour la chose elle-même. C'est mon cas - et je l'ai trouvé passionnant - mais je sais qu'il n'est pas général. On peut aussi le lire pour mieux comprendre une situation, ou pour chercher des analogies avec le présent. le monde du Proche-Orient arabe a finalement été plutôt épargné par les crises pendant la période couverte par ce livre. Mais les événements qui s'y précipitent depuis 2003 obéissent peut-être aux mêmes structures qu'autrefois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
Bigmammy
  18 septembre 2020
Dans mes souvenirs de jeunesse, j'ai encore en mémoire des expressions comme « la poudrière des Balkans », « L'Empire ottoman, homme malade de l'Europe », sans revenir au siège devant Vienne ou à la bataille de Lépante … et surtout, l'assassinat du grand-duc autrichien à Sarajevo, l'étincelle qui a mis le feu à la Grande guerre. Une actualité récente nous incite à revenir aux sources.
Car finalement, peu de choses ont changé !
Cet ouvrage, très dense et pourtant accessible, donne les clés pour améliorer notre compréhension des conflits sans fin qui agitent encore aujourd'hui le Moyen-Orient. Et nous en avons terriblement besoin car l'aire géographique qui commence à l'est de Venise et va jusqu'aux confins occidentaux de la Chine fut en effet presque sans répit le théâtre d'affrontements, souvent diplomatiques, entre grandes puissances, mais sanglants entre peuples dominateurs et peuples opprimés, partages de territoires et nettoyages ethniques, échanges de populations, réfugiés massacrés, guerres sans résultats si ce n'est un conflit ultérieur.
La période étudiée s'étend de la victoire de Plassey remportée par l'armée de l'East India Company contre les troupes du Nawab - qui montre que la conquête de l'Asie est possible par les armées européennes - au déclenchement de la guerre de Quatorze. Et bien des questions restent aujourd'hui encore sans réponse satisfaisante, et sources de nouveaux conflits (Lybie, Liban, Kossovo, Palestine, Turquie, Kurdistan, Iran, Afghanistan, Caucase ....)
Au coeur de cette tragédie, l'Empire Ottoman. Après Waterloo, les Sultans ottomans ont la nécessité d'emprunter un certain nombre de formes d'organisation à l'Europe pour pouvoir lui résister. Et dans ce cas, ils risquent de remettre en cause les institutions que l'on perçoit et ressent comme islamiques par essence. Quand viendra le temps des Jeunes Turcs, qui sont le pur produit de la modernisation de l'enseignement, ils constitueront une élite isolée de son milieu social d'origine, qui veut aller jusqu'au bout du processus de modernisation tout en rejetant les perpétuelles ingérences étrangères.
Au Congrès de Vienne, l'Angleterre s'inquiète déjà du danger de soulèvements des chrétiens des Balkans qui permettraient à la Russie d'avancer vers le Sud, la Méditerranée et donc l'Inde. La mobilisation émotionnelle pour les Grecs est une des premières manifestations de la force de l'imaginaire en politique. La désillusion sur place des volontaires accourus d'Europe pour soutenir leur cause est complète devant l'inorganisation des Grecs entre eux et la violence.
En Egypte, Muhammad Ali et son fils conquièrent la Syrie, le Liban et la Palestine … Mais c'est justement dans sa faiblesse que réside la force de l'Empire ottoman : les grandes puissances le soutiennent à bout de bras afin qu'il puisse honorer son immense dette et continuer à faire pièce à la Russie.
La crise libanaise – dès 1841 – entre Maronites (soutenus par la France) et Druzes (soutenus par l'Angleterre) établit durablement la relation franco-maronite élaborée par des écrivains pour la faire remonter à Saint Louis et jusqu'à Louis XIV. Elle reçoit le soutien de la droite catholique française. Les protestants britanniques (biblistes) encouragent pour leur part le sultan à autoriser l'installation de Juifs en Palestine.
En Grèce comme en Egypte et en Turquie, entreprendre des réformes coûte énormément d'argent : former une armée moderne, une flotte de guerre, faire appel à des spécialistes étrangers, construire des infrastructures (télégraphe, chemins de fer, canal de Suez) font exploser les coûts de fonctionnement et la charge de la dette déjà sous total contrôle étranger. Cependant, la Grande Bretagne a toujours besoin de l'Empire ottoman pour faire barrage aux ambitions russes. La rivalité avec la France se résout sur le partage de zones d'influence en Afrique, comme ce sera le cas aussi en Asie centrale avec les Russes. L'Autriche-Hongrie annexe la Bosnie-Herzégovine ???et on sait ce qui advient en 1914.
Cet ouvrage montre que les conflits interétatiques et interethniques n'ont pas cessé durant cette période. Dans les Balkans, les regroupements de populations de même confession conduisent à un partage des régions par l'administration ottomane, systématiquement prolongé par le nettoyage ethnique. Partout, l'ampleur des atrocités commises désabuse les opinions publiques européennes.
On découvre que les massacres d'Arméniens remontent à bien plus loin que 1915 : déjà en 1894-1896, puis en 1904, en 1908, les Kurdes s'installent sur les terres dont ils sont chassés. Ces échanges de populations modifient en profondeur la composition de l'Anatolie qui accueille des millions de réfugiés musulmans chassés des régions balkaniques et des îles grecques. On souligne aussi l'extraordinaire rôle économique, écologique et politique de l'installation des lignes de chemin de fer.
On reste donc stupéfaits devant la naissance et le caractère pérenne des mouvements politiques de cette région cruciale pour la paix de notre monde d'aujourd'hui. Un savoir indispensable. Je vais naturellement me procurer rapidement la suite de cette fresque sanglante.
Lien : http://www.bigmammy.fr/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Villebard
  10 décembre 2019
Excellente synthèse de “L'Orient compliqué”, mais surtout sanglant. Tout le mode massacre tout le monde à tours de bras, des milliers, des dizaines de milliers de victimes, civiles pour la plupart. Essentiellement pour des motifs religieux qui coïncident, parfois, avec les aspirations nationalistes. Avec bien sûr des figures centrales, l'Empire ottoman, totalement déliquescent, le Grand Jeu entre la Russie et les Britanniques et leur chère “route des Indes”, toujours en embuscade, toujours à magouiller ! Un excellent livre pour comprendre ce qui s'est produit pendant et après la grande guerre… et à la fin du siècle passé et encore et toujours de nos jours.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
PhilwitzPhilwitz   20 juillet 2017
Ce temps long existe et est indispensable pour la compréhension de notre XXIe siècle, car la configuration des rapports qui s’est mise en place à la fin du XVIIIe siècle ne s’est pas encore effacée.
Il l’est pour deux raisons. La première, et la plus évidente, est la charge mémorielle que comprend cette question d’Orient. Si, pour les Occidentaux, cette dernière appartient à un temps passé, tout aussi exotique que celui de la colonialisation, pour les Etats et les peuples concernés, elle reste vivante car elle a laissé dinnombrables traces alimentant meurtrissures, souffrances et ressentiments. En 2016, on n’a jamais autant parlé d’un Empire ottoman pourtant disparu il y a près d’un siècle.
La seconde raison est que la question d’Orient, et son corollaire, le Grand Jeu, cette configuration spécifique des rapports internationaux d’une zone géographique déterminée, demeure toujours présente aujourd’hui alors qu’elle a plus de deux siècles d’existence.
La syntaxe des relations internationales et les crises d’Orient du XIXe siècle se poursuivent jusqu’à maintenant, pour le grand malheur des peuples, qui aimeraient certainement vivre dans la quiétude d’une histoire plus immobile. Un regard rétrospectif sur l’avant-1914 s’impose, au moins pour la compréhension des événements en cours. C’est l’objet de ce volume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PhilwitzPhilwitz   22 juillet 2017
Le royaume de Grèce va se construire dans l’exaltation du passé antique, en recréant en particulier une toponymie nouvelle inspirée de l’époque des Anciens. (…) Le cœur des constructions nationales de l’ensemble de l’Europe orientale réside dans cette problématique. Du fait de l’entremêlement des populations, la seule légitimité que l’on puisse se donner repose sur une affirmation de droits historiques renvoyant aux temps les plus anciens possibles. On revendique pour soi une continuité historique de longue durée d’un peuplement sédentaire et on assimile les autres à des immigrants tardifs et donc sans droits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Henry Laurens (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry Laurens
Hana Jaber et Henry Laurens, interrogés par Antoine Perraud pour l'émission « Présence du passé » organisée pour Mediapart en partenariat avec le CHS (Centre d'histoire sociale des mondes contemporains : Paris I-CNRS), représenté par Françoise Blum.
? Abonnez-vous à Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement ? Toutes les vidéos de Mediapart : https://www.mediapart.fr/studio/videos ? Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Mediapart : https://www.youtube.com/user/mediapart
autres livres classés : diplomatieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox