AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Alfaric


Alfaric
  19 août 2016
Les affaires reprennent : c'est le retour du Tyrion Lannister dans l'Espâce ! ^^
Cela a été pour moi n vrai régal, car il y a des livres qui font du bien et ceux de la grande dame de l'imaginaire qu'est Lois McMaster Bujold sont de ceux là.


1er acte :



2e acte :



3e acte :



L'intrigue est maîtrisée de bout en bout, avec un style particulièrement fluide ici bien rendu par Arlette Rosenblum. C'est bonifié par un feu d'artifice permanent de dialogues truculents et de tirages savoureuses remplis bons mots qui parfois semblent sortir tout droit de la boîte à malice du regretté René Goscinny, mais aussi par de chouettes détournements de grands classiques du roman-feuilleton (à un moment c'était quasiment "Le Prisonnier de Zenda dans l'Espâce" ^^). du coup on lui pardonne très facilement les facilités utilisées pour envoyer ses personnages là où elle veut les voir sévir, comme la bataille finale tronquée puisqu'on la prend en court de route à quelques moments de son dénouement (mais, il suffit d'aller faire un tour du côté de la série Babylon V pour la séance de rattrapage : https://www.youtube.com/watch?v=tWl1ZteUS8U)

Pour ne rien gâcher c'est fait avec subtilité et humanité et le dramatis personae est digne d'une comédie humaine :
- On a une beau parallèle entre deux adolescents, l'un voulant marcher dans les pas de son père aux allures de grand héros, l'autre ne voulant pas marcher dans les pas de son père aux allures de grand méchant, chacun des deux trouvant leur héritage et leur destin trop lourds à porter…
- On sent la fracture qu'il existe entre l'enseigne Vorkosigan qui souhaite réaliser les rêves de son père et l'Amiral Naismith qui souhaite réaliser ses propres rêves : difficile de résister à la tentation de devenir l'homme qu'on a toujours rêver de devenir et de garder les pieds sur terres quand le rêve devient réalité
- Chouettes retrouvailles aussi entre KyTung qui considère Miles comme un fils prodigue, et qui est un gros fanboy d'Aral Vorkosigan sans savoir que son protégé est le fils biologique de son idole ^^


Et puis l'Empire Barrayan, incarnation de l'Empire Soviétique (mais pas seulement, j'en reparlerai ultérieurement), continue d'effectuer sa glasnost et sa perestroïka… Aral Vorkosigan et Simon Illyan continuent la démocratisation et la modernisation d'un Etat qui sous leur égide devient peu à peu le contraire de ce qu'il a trop longtemps été : l'Empire du Mal se transforme au cours de se tome en protecteurs des nations trompées et agressées, et j'imagine volontiers qu'il ne va pas tarder à devenir le leader de la galaxie libre… ^^
Il a un vrai univers de SF derrière les tribulations du génial nabot, mais ce qu'il a intéressant c'est que l'auteur s'en sert pour pointer du doigt les travers du monde dans lequel nous vivons, et forcément les Etats-Unis n'en sortent pas forcément grandis (genre les mégacorportations de l'Ensemble de Jackson dont l'argent est la religion et qui criminalisent la pauvreté, ou l'empire cetagandan caricature dystopique des faucons du Pentagone)


Il ne s'est écoulé que 3 ans entre "L'Apprentissage du guerrier" et "La Stratégie Vor", mais derrière la grosse déconne Miles a considérablement mûri : la mort du sergent Bothari l'a marqué à jamais certes, mais ce sont les événements des "Montagnes du deuil" qui l'ont transformé en quelqu'un de plus grand et de plus noble… Fini le bouffon du roi, fini le vrai-faux chevalier blanc, fini le Don Quichotte au rabais, car désormais Miles Vorskosigan a une mission : montrer aux faibles et aux pauvres qu'avec de volonté de tout on peut triompher… Et s'il doit changer l'univers pour cela, et bien rien ni personne ne l'arrêtera ! Tremblez tyrans galactiques, tremblez aristos intersidéraux, tremblez banksters des étoiles : Tyrion Lannister dans l'Espâce arrive pour vous botter les fesses ! ^^
On n'est qu'au début de la saga, et le destin est déjà en marche avec les ceux qui sont bien partis pour devenir les alter egos space opera d'Arthur Pendragon et des chevaliers de la Table Ronde…



PS: la haine des commissaires littéraires pour la science-fiction populaire sous prétexte qu'il s'agit de sous-littérature pour le lumpenprolétariat ou de perte de temps hebdomadaires pour les masses incultes est d'une profonde connerie pour rester poli. Je leur conseille la consultation de la thèse de doctorat de Laurent Genefort intitulée "Architecture du livre-univers dans la science-fiction, à travers cinq œuvres : Noô de S. Wul, Dune de F. Herbert, La Compagnie des glaces de G.-J. Arnaud, Helliconia de B. Aldiss, Hypérion de D. Simmons", et peut-être qu'ils comprendront enfin que les sagas de SF sont aussi le reflet de nos sociétés, de leurs permanences et de leurs mutations, de leurs espoirs et de leurs craintes… Et c'est le cas de la science militaire américaine, car l'armée tient une place très importante dans la société et dans les mentalités outre-atlantique. Ce qui distingue l'auteure de ses nombreux camarades, c'est autant d'être une femme que de ne jamais avoir servi sous les drapeaux … Elle porte donc un regard extérieur sur la chose militaire, souvent critique certes mais toujours bienveillant, et c'est aussi ce qui fait le charme de la saga Vorkosigan.
Commenter  J’apprécie          293



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (28)voir plus