AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de fnitter


fnitter
  28 juillet 2012
Le quatrième de couv dit de cette oeuvre qu'il s'agit d'un roman autonome. Je n'en suis franchement pas convaincu.

L'histoire se passe dans l'univers développé pour la trilogie initiée par Heris Serrano, tome 1 : Partie de Chasse.
L'héroïne, Esmay Suiza est un personnage secondaire du troisième tome de cette série : Heris Serrano, tome 3 : Couleurs gagnantes.
Dès le départ et tout au long du roman, les allusions à cette trilogie sont nombreuses tant au niveau des personnages, des situations ayant eu lieu (à commencer par ce qui vaut la court martiale à notre héroïne) que des éléments du background.
Tout cela pour dire, que sans avoir lu la trilogie d'Heris Serrano avant, ce roman pourra paraître mal ficelé ou manquant d'explications.

Sur le roman proprement dit : L'épisode de la cour martiale est intéressant et aurait mérité d'être un peu plus développé, à l'inverse de l'épisode familial (ou le drame personnel de Suiza, aussi horrible qu'il puisse être, manque un peu de "panache" pour l'histoire, même s'il a le mérite de donner de la consistance au personnage principal).
De plus, Mme Moon, réussi, une fois de plus à nous parler de ses canassons adorés, ce qui reste assez rare en sf space-opera (les lecteurs de la trilogie comprendront)... Ah, passion, quand tu nous tiens...

En dehors du dernier quart où l'action est très présente, très prenante et bien écrite (si l'on excepte les derniers chapitres de psychologie explicative inutile, l'histoire est déjà finie), le livre est un peu mou, mais l'atmosphère militaire qui y règne est assez prenante et fait indéniablement penser à cette atmosphère si particulière qu'on retrouve chez Weber et son héroïne Honor Harrington. (C'est donc un compliment pour moi...)
Commenter  J’apprécie          260



Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Ont apprécié cette critique (24)voir plus