AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Sharon


Sharon
  30 juin 2018
Ce livre est un coup de coeur, c'est aussi simple que cela. Je vous rassure, je vais vous égrener les raisons juste après. C'est un premier roman, et j'espère qu'Erin Mosta, l'auteur, conservera cette liberté d'écriture dans ces oeuvres suivantes.
Le roman est écrit du point de vue d'Elisabeth, dite Lili. Oui, Lili comme licorne aussi. Elle est hors-norme, différente. le tour de force de ce roman n'est pas de nous montrer le harcèlement, mais l'après, quand le phénomène retombe, quand la victime se reconstruit après ce qu'elle a subi. Lili est suffisamment forte et lucide pour analyser ce qui s'est passé, ce qui lui a fait le plus mal – pour prendre le recul. Surtout, elle n'a pas l'intention de changer. Elle aime la chimie, elle veut être maquilleuse au cinéma, plus précisément dans les effets spéciaux (et, par expérience de prof, il ne faut pas être une bille pour cela), et aime les filles. Voilà, c'est écrit. Je ne dis pas nécessairement que sa famille accueille à bras ouverts tout ce qui fait que Lili est spéciale. Je dis simplement qu'elle sait ce qu'elle veut, et n'hésite pas à profiter de ses vacances en Charente pour perfectionner quelques maquillages et autres effets spéciaux. Elle est de plus accompagné par un magnifique modèle de mâle. Non, pas Rayane, son meilleur ami, Renfield, son chat, option castagneur obèse. C'est grâce à lui qu'elle va entrer en contact avec ses voisins, par la découverte d'une petite boule blanche et poilu. Oui, un gros chat peut être protecteur envers un chaton en détresse.
Ce n'est pas qu'il est difficile de se faire des amis, c'est qu'il est difficile de faire à nouveau confiance. Résister à la tentation de changer pour se fondre dans le moule, Lili y parvient parfaitement, même si ce n'est pas si simple. Elle sait que sa famille n'est pas vraiment dans les normes, elle est même plutôt remplie de non-dits, de secrets, et Lili a aussi pour ambition d'en finir avec ce climat.
Oui, depuis le début, je ne vous parle que de la licorne, et j'oublie la sirène. Non parce que ce second personnage ne m'intéresse pas, il est tout aussi riche que celui de Lili. Nous aurions pu avoir une narration alternée, comme c'est très fréquent, Lili un chapitre, Chris (la sirène) un autre, mais le fait de découvrir Chris par les yeux de Lili, de pouvoir modifier peu à peu notre opinion sur ceux qui entourent Chris -Julien, le meilleur ami, ses parents, presque psychorigides, son frère, futur médecin qui porte bien son prénom (Tristan) – apporte un plus à ce récit, empêche les personnages de se figer.
Oui, nous retrouvons aussi les attendus du roman « de vacances », avec la présence de la plage si ce n'est que l'espace n'est pas du tout occupé de la même manière. Il ne s'agit pas de se montrer pour séduire, mais de partir pour conquérir un autre espace : la mer. Il suffirait de changer une seule lettre pour obtenir tout autre chose.
La sirène et la licorne est un roman fort et émouvant, que je vous recommande fortement.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
Commenter  J’apprécie          142



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (12)voir plus