AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Alfaric


Alfaric
  05 mai 2019
Dans cette 3e intégrale, Killee et Shibo explorent l'intérieur des Chantiers Orientaux, version miniature de la mégastruture avec ses 13 caves chacune dirigée par une Intelligence Artificielle, et artificielles ou naturelles les intelligences jouent aux savants fous donc aux apprentis sorciers... le duo est toujours en quête des électro-pécheurs réfugiés et de leurs concitoyens qui ont toujours été à l'abri des vicissitudes de la mégastructure. Shibo est toujours aussi géniale, car elle a survécu à son affrontement en passant de géante à naine se réfugiant dans le corps technorganiques de Sanhakan coupé/coupée de la résosphère comme toutes les Sauvegardes pénétrant dans les Chantiers Orientaux (ce qui l'oblige à s'habituer à un corps lovecratien sans organes), mais aussi des gardiens de la Chambre 8 à savoir Memsaab et Seu qui livrent un combat immémorial pour protéger les humains des Silicates Maeve et Ivy : vous vous souvenez de Bibliothèque du Silence dans la saga Doctor Who?
https://www.youtube.com/watch?v=hzeeAUeIOzc
Vous la sentez bien la coolitude du truc ? ^^
Et c'est pas fini... Seu qui pète une classe de ouf avec son armure et son épée de paladin n'est autre qu'un Lancelot cyberpunk, le meilleur chevalier du monde au service de son enchanteresse, mais d'abord et surtout rien qu'un être humain qui n'a que son courage à opposer à des monstres invincibles... En ressuscitant à l'infini grâce à une machine de construction nanotechnologique, Seu poursuit son combat désespéré indéfiniment en perdant peu à peu sa mémoire : Mainserv est-elle une nouvelle Viviane ou une nouvelle Morgane ? ^^
Et si on rajoute les lutins électronique nous abolissons les frontières entre Science-Fiction et la Fantasy, avant que n'apparaissent les voyages dans le temps et les paradoxes qui vont avec : qui a dit Mirai Trunks ?

Le paladin cyberpunk Seu et Dame Memsaab continuent d'affronter indéfiniment les Silicates Maeve et Ivy dans une boucle temporelle dans laquelle sont pris Killy et Shibo. Sauf qu'à force de jouer aux apprentis sorciers avec la gravité, les barrières de la réalités menacent de s'effondrer : c'est ainsi que le temps se met à s'écouler d'étrange manière... Les Chantiers Orientaux sont une mégastructure en miniature, et c'est ainsi que toujours en quête Killy se met de nouveau à errer dans les gastes terre, il perd Shibo, rencontre Mirai Shibo issue d'une réalité alternative, et ils voyagent ensemble avant de retrouver la véritable Shibo qui l'a attendu plus de 10 ans dans la boucle temporelle... Vous voulez de l'aspirine ? ^^
Memsaab qui craint pour la santé mentale son chevalier servant demande à l'IA centrale de lui redonner ses souvenirs, mais l'IA complètement folle en a rien à secouer ! Elle redémarre les Chantiers Orientaux, et veut les téléporter à l'aide de la cheminée gravitationnelle autre part ailleurs (sans savoir s'il existe un espace pour les accueillir, une place pour les contenir), ce qui rompt son accord avec les Sauvegardes qui se mettent à les envahir en masse au grand dam des réfugiés électro-pécheurs... Mais il n'y a pas que Killee qu'il a flirté avec les frontières de la réalité, car Maeve vaincu par Seu se la joue Sirène de "Devilman" et pour avoir sa revanche fusionne avec un Super-Silicate du futur ! ^^


Glénat offre un édition grand format à un manga premium qui le mérite bien, et force est de constater qu'on ressent plus que jamais la puissance et le talent de Tsutomu Nihei : ce n'est plus la même chose avec toutes ses planches vertigineuses qui t'aspirent dans leurs abîmes, ou toutes ces planches blockbustérienne qui te pète littéralement à la gueule ! Cerise sur le gâteau, on s'est enfin débarrassée des cacas graphiques de Babayaro! qui a saboté tous les mangas de chez Glénat pendant des années et des années... Après on remplace Killy par Killee, et ça me gêne un peu comme d'autres changements de traduction dans le naming...
Commenter  J’apprécie          370



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (37)voir plus