AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Jerry_Can


Jerry_Can
  11 septembre 2017
La nuit des terrasses se peuple de mots puisés aux fonds de verres vides et de cendriers débordants. A travers ce recueil Makenzy Orcel saisit des bribes de vie nocturne, des résurgences réveillées par la boisson et l'obscurité.
Sa plume se délie et invite à parcourir ses contrées éthyliques hantées de portraits de noctambules. Au sein de cette tribu bigarée, on croise tenanciers de bars, prostituées ou compagnons d'infortune. Tous cherchent à retenir la nuit le temps de quelques paroles échangées, de caresses monnayées ou de douleurs partagées.Dans l'ombre de rencontres, d' amitiés et de comptoirs de cafés, l' écriture de Makenzy Orcel s'anime sous les vapeurs évanescentes de l'alcool. D' étreintes fugaces aux souvenirs douloureux de la disparition d'un frère, ses mots enfiévrés suintent la bière et le vague à l'âme. Sa poésie possède la saveur intemporelle d' un haïku. Noms, verbes et adjectifs se succèdent au rythme des chopes vidées et de l'ivresse naissante.
Sincère et sans artifices, ce recueil s'avale à grandes goulées dans l'urgence avide de la découverte. Puis, quand les yeux et le coeur croient être parvenus au seuil du « plus soif »,  il se sirote gorgée après gorgée. On se surprend alors, page après page, à vouloir faire durer cette tournée des grands ducs menée par un écorché vif capable "d' infinitiser" la nuit :

« la nuit
s'infinitise
mièvre son chant

les rues tanguent
ivres mortes
troupeaux d'insomnie
revenus des bas-fonds de la bière »
Commenter  J’apprécie          275



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (25)voir plus