AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2917817380
Éditeur : Editions La Contre Allée (03/03/2015)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 8 notes)
Résumé :
« J'ai commencé à fréquenter les bars très tard dans ma vie. Pour une raison très simple, il faut payer après avoir consommé... Aujourd'hui dès que j'arrive dans une ville, la première chose qui me vient à l'esprit, c'est d 'aller faire la tournée des bars. Depuis une décennie c'est devenu un de mes endroits préférés. Et Dieu seul sait combien j'en ai fait dans mes voyages aux USA, en Chine, en France, en Haïti, en Afrique, dans les Antilles, etc. Pour moi c'est le ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
Wild_One
11 septembre 2017
La nuit des terrasses se peuple de mots puisés aux fonds de verres vides et de cendriers débordants. A travers ce recueil Makenzy Orcel saisit des bribes de vie nocturne, des résurgences réveillées par la boisson et l'obscurité.
Sa plume se délie et invite à parcourir ses contrées éthyliques hantées de portraits de noctambules. Au sein de cette tribu bigarée, on croise tenanciers de bars, prostituées ou compagnons d'infortune. Tous cherchent à retenir la nuit le temps de quelques paroles échangées, de caresses monnayées ou de douleurs partagées.Dans l'ombre de rencontres, d' amitiés et de comptoirs de cafés, l' écriture de Makenzy Orcel s'anime sous les vapeurs évanescentes de l'alcool. D' étreintes fugaces aux souvenirs douloureux de la disparition d'un frère, ses mots enfiévrés suintent la bière et le vague à l'âme. Sa poésie possède la saveur intemporelle d' un haïku. Noms, verbes et adjectifs se succèdent au rythme des chopes vidées et de l'ivresse naissante.
Sincère et sans artifices, ce recueil s'avale à grandes goulées dans l'urgence avide de la découverte. Puis, quand les yeux et le coeur croient être parvenus au seuil du « plus soif »,  il se sirote gorgée après gorgée. On se surprend alors, page après page, à vouloir faire durer cette tournée des grands ducs menée par un écorché vif capable "d' infinitiser" la nuit :
« la nuit
s'infinitise
mièvre son chant
les rues tanguent
ivres mortes
troupeaux d'insomnie
revenus des bas-fonds de la bière »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          265
trust_me
17 avril 2015
Je ne suis pas un grand amateur de poésie. La poésie, je l'aime quand elle s'ancre dans la réalité, quand elle se drape d'une certaine rugosité et qu'elle s éloigne d'un lyrisme de façade et d'une esthétique convenue. Philisine connaissait mes goûts en la matière et elle a vu juste avec ce petit recueil aussi hypnotique qu'incandescent.
Les bars, la ville, la nuit, l'alcool, la chaleur des corps, autant de thèmes qui me parlent. La poésie de Makenzie Orcel est sensuelle, elle « affûte le rêve à coups de rhum et de reins ». La rythmique est saccadée, la forme courte, parfois proche du haïku, fait surgir l'image :
« puis vient l'oubli
le temps jeté par-dessus bord
le silence du verre
posé à même le sol »
Certains vers résonnent comme des aphorismes : « Pour certaines choses de la vie il faut plus qu'un poème » / « Boire nous sort du temps ». Ces poèmes, ce sont autant d'instantanés attrapés à bras le corps et jetés avec rage sur la page dans une langue âpre et libre de toute contrainte. de quoi désarçonner, certes, mais il faut aller au-delà de la première impression, où le sens peut échapper, et se laisser emporter par les mots, par leur force d'évocation. C'est dans ce lâcher-prise, cet d'abandon, que la poésie de Makenzy Orcel s'apprécie à sa juste valeur.
"ma tête remplie du tournis des phares
leur effarement
les tympans brûlés de leur gardien
leur têtes d'insomnie
l'horreur des bouches
s'inventant des comptoirs
pour dégueuler leurs ruines
les putains de la rue Capois
et la chair chaude de l'aimée
depuis que j'ai appris
qu'il faut laisser la nuit
entrer dans sa vie
pour qu'il y ait un phare quelque part
mes mots respirent mieux sous la mer
tout au fond de mon verre"

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
jostein
17 mars 2015
Comme le titre du recueil le laisse supposer, l'auteur nous plonge dans le registre lexical de la nuit, de l'alcool et des voyages. « La nuit les conte à rebours. »
Les rencontres se font à Port-au-Prince, en Palestine, au Soudan, dans le quartier latin ou à Saint-Denis avec des coeurs cassés, des bâtards, des putains, des « noyés insoumis »
Même si l'univers est sombre, quelques petites notes d'optimisme pointent de-ci de-là.
» Il faut laisser le nuit entrer dans sa vie
pour qu'il y ait un phare quelque part. »
» Je jette mes mains au feu pour atteindre la lumière dans son point de chaleur. »
Le rêve est toujours là sous la brutalité du quotidien, « le rien qui fait rêver« . Et je vous laisse ce court extrait pour mesurer la beauté des textes....
Lien : https://surlaroutedejostein...
Commenter  J’apprécie          70
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
Wild_OneWild_One12 septembre 2017
pleure mon étoile
pleure
si pleurer c'est renaître

j'ai toujours préféré
ta gueule de bois
à la cave des mots
Commenter  J’apprécie          80
Wild_OneWild_One11 septembre 2017
je suis cassé
jusqu'à mon verre
la nuit au pied du lit
mon enfance coule sous les ponts
Commenter  J’apprécie          100
josteinjostein17 mars 2015
quand nous n’aurons plus que le doute
pour seule attache
les marécages du poème
et l’insomnie du rêve

n’oublie jamais de le faire debout
s’il faut pleurer.
Commenter  J’apprécie          30
josteinjostein17 mars 2015
La nuit les conte à rebours.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Makenzy Orcel (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Makenzy Orcel
Makenzy Orcel - L'Ombre animale .Makenzy Orcel vous présente son ouvrage "L'Ombre animale" aux éditions Zulma. Parution le 14 janvier 2016. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/orcel-makenzy-ombre-animale-9782843047572.html www.mollat.com Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : nuitVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
566 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre