AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
>

Critique de StCyr


StCyr
  31 mai 2020
Les Ragazzi se déroule dans les années suivant la dernière guerre, à Rome. Oubliez la carte postale, le Colisée, le Forum Romain, la Place Navone, la Place d'Espagne et tant d'autres monuments ; ils sont mentionnés mais comme pour contraster avec le décor de l'histoire. Les "gamins" donc, ont pour cadre les confins de la ville éternelle, et sont les personnages du récit. Ces lieux sont comme les excréments d'un organisme vivant. Usines polluantes, friches industrielles, montagnes de détritus, terrains vagues envahis d'herbes folles, enchevêtrement de métaux rouillés, maisons inachevées, logement de fortunes, taudis, routes défoncées. Les gosses sont les rejetons du sous prolétariat, complètement laissés à eux-mêmes, haves, pouilleux, morveux, vêtus de haillons. Leurs mères, accablées de tâches ménagères, gardent les plus jeunes à la maison, servent de défouloir aux maris chômeurs et alcooliques. Rien n'incline les petits vagabonds à rejoindre "le foyer", ils n'y trouvent en guise d'attention, que les récriminations de leur génitrice et les paires de baffes du père. Ainsi nos ragazzi, vieillis avant l'âge, se débrouillent pour survivre et errent en bande. Larcins, combines, déprédations, menus travaux, entraide, tout est bon pour faire taire leur ventre qui crie famine. Même s'ils jouent, se roulent dans la poussière, s'ébattent dans la boue, se talochent, se baigne dans le Tibre qui ressemble plus à un cloaque qu'à un fleuve, ils sont à l'affut de la moindre opportunité, quitte à jouer les chiffonniers ou trainer sur plusieurs kilomètres des métaux pour gratter quelques pièces.

La pauvreté n'est pas une honte. On peut garder sa dignité, n'avoir qu'un pantalon, qu'une chemise, qu'une paire de chaussures mêmes usés et les maintenir propres. Que sépare ces âmes des pourceaux ? le langage articulé certes, mais même l'innocence de leur âge ils l'ont perdu. C'est tellement répugnant qu'on a du mal à éprouver de l'empathie, une réaction de rejet naturelle prend le dessus, pourtant ce ne sont que des victimes. Comme un clochard rentrant dans votre bus, vous pouvez éprouver de la pitié pour lui mais c'est le remugle qui vous frappe tout d'abord, Bien des livres abordent la pauvreté de l'Inde et de l'Afrique. Mais cette misère à quelques kilomètres des splendeurs de Rome c'est inconcevable. L'usage de l'argot rend l'expérience plus réaliste, mais vu que la traduction date de 1958, le recours au dictionnaire s'impose. C'est très certainement une des oeuvres les plus dérangeantes et atroces que j'ai lu. Non Passolini n'était pas qu'un réalisateur de premier plan, c'était aussi un grand écrivain.
Commenter  J’apprécie          90



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (6)voir plus