AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de nadejda


nadejda
  01 novembre 2014
Le 6 avril 1940 le gouvernement décrète :
"La circulation des nomades est interdite sur la totalité du territoire.
Les nomades, c'est-à-dire toutes personnes réputées telles dans les conditions prévues à l'article 3 de la loi du 16 juillet 19121, sont astreints à se présenter sous les quinze jours qui suivent la publication du présent décret, à la brigade de gendarmerie ou au commissariat de police le plus voisin du lieu où ils se trouvent. Il leur sera enjoint de se rendre dans une localité où ils seront tenus à résider sous surveillance de la police. Cette localité sera fixée pour chaque département par arrêté du Préfet".
Le rapport relatif à ce décret précisait :
"En période de guerre, la circulation des nomades, individus errant généralement sans domicile, ni patrie, ni profession effective, constitue, pour la défense nationale et la sauvegarde du secret, un danger qui doit être écarté".


Pour Alba, qui a alors quatorze ans, et ses parents, Louis et Maria, ce sera le camp des Alliers, situé sur la commune de Sillac, près d'Angoulême, qu'ils atteindront après une longue marche, dans le froid et sous la pluie, encadrés par les « schmits » (= gendarmes)
« C'est une horde de noyés qui franchit le portail du camp des Alliers ce jour de novembre 1940 »

Ils ont toujours vécu sous le vent, dans la crainte des murs, ils sont trop vivants pour les faiseurs de loi qui aiment que tout soit encadré même le rire des enfants.

Tout ce qui fait leur vie va s'éteindre comme la flamme de leurs feux.
Avec leur arrivée dans ce camp d'internement où on les parque, tout ce qui faisait leur joie, leur grâce et la légèreté de leur pas va s'étioler : « le seul savoir qui vaille chez les siens : avancer dans une vie où rien ne se perd, où tout est donné dans l'instant. »
Ce camp, en bordure de la ligne de chemin de fer Paris Bordeaux, va être le lieu sordide d'une succession de pertes : l'odeur du feu de bois qui imprégnait les vêtements, celle du lièvre grillé, de la lessive en plein air, 
perte du compagnon de voyage, l'animal le plus important pour leur survie, le cheval qui finit par mourir faute d'une nourriture appropriée
«  Les chevaux sont leurs ailes, leur puissance, leur signe extérieur de richesse. Ils sentent l'orage, les drames, imposent le respect aux gadjé, emportent des familles entières où bon leur semble. C'est à cheval qu'on s'enfuit, qu'on enlève les fiancées, qu'on traverse les forêts, les contrées inconnues, qu'on franchit les regards hostiles. » p 56

Perte du goût de faire vibrer les cordes du violon
p 88 le violon qui accompagne les fêtes et les deuils n'a plus que trois cordes et ils n'ont plus le goût d'en jouer.

Alba va devenir femme dans ce camp (p 75 « Alba est devenue une jeune fille grave, poussée par son propre sang et par l'absurdité de la guerre. »)
C'est par ses yeux que nous traversons le quotidien de la vie, les joies, les peines, les humiliations de ces années.

Parmi les joies celle, par exemple, d'entendre arriver et voir la migration des grues cendrées : « Un doux vacarme fait lever tous les yeux en même temps que les siens. Un voile sonore qui enfle au-dessus de leurs têtes, au-dessus des barbelés. Il les oblige à se souvenir qu'un grand territoire leur appartient encore, une zone libre céleste. C'est le passage des grues cendrées, là-haut. Des centaines d'ailes bruyantes, un immense V comme un accroc dans le bleu du ciel. p 54

Mais aussi la grande tristesse devant la dégradation des liens de la tribu : « Des règlements de compte agitent de nombreuses familles ici. La faim , le froid attisent des haines surgies de choses minuscules. » p 86 « …des mensonges des envies y faisandent » 
« Louis n'aime pas la tournure que prennent les choses, l'ennui qui éteint les regards et les voix, les jalousies nouvelles qui brisent les liens et cette peur toujours latente qui ruine l'espoir. »

Paola Pigani a réinventé la vie d'Alexienne (Alba dans le livre) qu'elle a rencontré alors qu'elle avait 80 ans. Elle nous dit qu'elle a « écrit sur des silences, sur un lieu qui n'existe plus. » Merci à elle pour avoir su ranimer la mémoire et redonner vie, à travers la voix de Alba-Alexienne, dans une belle langue pleine de poésie, à tous ceux qui y ont souffert et pour certains qui y ont laissé leur vie.
Commenter  J’apprécie          581



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (47)voir plus