AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de OumG


OumG
14 février 2017
« J’avais atteint l’âge de mille kilomètres », la première phrase donne le ton. Relecture d’un classique. Avec toujours autant de plaisir, pour la mise en scène d'une sorte de « Dissonance du monde » que ressentent plutôt d'habitude les poètes.
Elevé dans un monde fermé qui cultive le secret (« Plus une société est sur la défensive, plus elle est conformiste », dit Beatson), Helward Mann va enfin en sortir pour entamer son initiation, découvrir le monde. Nous allons le suivre dans cette exploration. Mais partant d’un état de confiance relative, notre compréhension s’écroule à mesure que le monde se dévoile à ses yeux. Alors que s’établit la compréhension le mystère s’épaissit. Jusqu’à la révélation finale. Cette découverte progressive est sans doute le sel et le ressort du roman.
Un roman qui tord littéralement nos perceptions. Distorsion subjective et physique pour des mondes partageant le même espace selon des lois différentes. Ce n’est pas pour autant un roman de « hard science ». Je dirais plutôt une fantasy mathématique. Poussée logiquement (il paraît que Christopher Priest a fait des études de comptabilité). Mais toute en ambiguité.
Le reste est intéressant aussi. Nécessité ou inconvénients de la rigidité sociale, exploitation, cryptocratie, enseignement « heuristique ». Modélisation de la perception par la culture. L'ouvert et le fermé. La sécurité et la liberté. Le mouvement et l'immobilité. Ces personnes qui se parlent, mais à l’intérieur elles sont dans des mondes différents.
Commenter  J’apprécie          492



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (47)voir plus