AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
>

Critique de Totophe17


Tome 2 des réfugiés climatiques. Dans le tome , nous avons appris que suite au réchauffement climatique des pays du Sud de l'Europe subissent une violente montée des eaux. Les habitants doivent fuir l'Italie, l'Espagne, le Portugal. En France, il est décidé d'accueillir ces réfugiés climatiques et des chambres libres dans des appartements sont réquisitionnés. C'est le cas de celui de Louis, jeune homme issu de la bourgeoisie parisienne et victime de tocs. Les membres d'une famille espagnole sont accueillis et répartis dans l'immeuble haussmannien de Louis. Francisco, sa soeur la belle Nieves et leur grand-mère Maria qui est hébergée chez Louis. Louis a pris ses distances avec Bérénice sa fiancée qui s'est fait un film sur la relation potentielle entre son chéri et Nieves. À la fin du tome 1, nous avons appris le départ de Nieves et Francisco pour l'Allemagne mais en laissant Maria en France.

Mais la France ou du moins une partie de ces citoyens n'est pas prête à accueillir les réfugiés, de vieilles peurs resurgissent, la peur de l'inconnu, la peur de l'autre, la peur de la différence. le climat se dégrade mais cela n'a pas d'importance, il faut conserver son petit confort sans penser aux autres ni les aider. Certains propriétaires se mobilisent pour résister à la réquisition des appartements et des maisons. Cela va créer des tensions au sein de la famille de Louis dont la soeur va devenir de plus en plus rebelle.

David Ratte nous montre les travers et les dérives de certaines personnes et le traduit sous son crayon. Il montre l'évolution des personnages au fil du temps. le visage de la mère de Louis est de plus en plus fermé, ridé et maigre (au contraire de celui de Maria qui semble s'éveiller, s'épanouir). le voisin irascible a un visage de plus en plus inquiétant : on sent sa colère et sa haine à partir de ses expressions. On découvrira la violence extrême de ce machiste fasciste.

Masi cette situation particulière modifie les rapports entre les personnes : Louis s'ouvre aux autres à cause ou grâce à Maria (il la prend en charge pour son portable et pouvoir communiquer avec ses petits-enfants), il lui fait découvrir la Tour Eiffel. Louis en viendra même à s'opposer à l'homme violent pour protéger la femme de celui-ci. Maria montre toute sa sensibilité de Mama espagnole, apportant du réconfort malgré la barrière de la langue et se rapprochant de celles et ceux qui voudraient qu'elle ne soit jamais venu chez eux. Et nous verrons vers la fin de la BD que tout le monde peut changer, qu'il suffit parfois d'un regard.

David Ratte nous amène à réfléchir à ce que serait notre réaction face à des situations de ce type. Il nous montre que ce sont parfois les plus démunis qui se révèlent être les plus généreux. Son graphisme est toujours aussi clair et précis et ses couleurs d'hier très attachantes. J'ai encore adoré son travail sur les expressions des visages.

Et en prime j'ai découvert un usage d'un plat à paella que je ne connaissais pas ...




Commenter  J’apprécie          120



Ont apprécié cette critique (12)voir plus




{* *}