AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de angelita.manchado


angelita.manchado
  15 avril 2017
Avis Partie de rien d'Hapsatou Sy

Cette autobiographie débute et finit avec son père. Son père, ce héros ! Sans lui, elle ne serait rien. Il a immigré en France depuis le Sénégal. Tout ce que l'on peut lire et voir sur ces migrants qui tentent d'arriver en Europe est vrai pour son père. Il a trouvé du travail, fait vivre sa famille et surtout semble l'avoir entourée d'amour. Avec l'amour, le meilleur peut arriver mais il suffit de s'accrocher. Ce père qui lui a bien fait comprendre qu'il serait, pratiquement, toujours là mais qu'il ne fallait pas qu'elle le rate et qu'elle remette à plus tard de l'appeler et de le voir.

Elle nous livre, en détail, les débuts de son entreprise, un véritable parcours du combattant. Chaque fin de chapitre donne une fiche destinée aux lecteurs avec des questions mais aussi la parole à des personnalités qui donnent des conseils pour tous ceux qui veulent monter leur entreprise. Elle nous démontre qu'à force de volonté, on peut y arriver même si tout n'est pas rose. Les heures passées à l'entreprise ne se comptent pas. Les budgets sont difficiles à tenir. Il suffit de rencontres, bailleur, tribunal, réseau qui s'agrandit, pour avoir de l'aide et ne pas la négliger. Un entrepreneur doit savoir tout faire. Hapsatou l'a appris, elle qui n'a pas de diplôme d'une grande école de commerce. Comme tous, elle a fait des erreurs qui l'ont menée au burn-out. Comme tous, elle n'a pas su s'entourer d'employés modèles, fiers de travailler pour son entreprise. Mais comme tout être humain, il arrive de se tromper. Et c'est en apprenant de ses erreurs, que l'on avance, que l'on peut repartir de zéro. Je m'interroge sur la cessation de sa première activité. Sa centaine d'employés a été licenciée. Mais quelques mois plus tard, elle lance, à nouveau, une entreprise. En a-t-elle rappelé certains qui ont fait du bon boulot pour elle auparavant.

Je suis tout à fait d'accord avec elle concernant le marché de l'emploi. Il y a du travail. Il suffit de s'impliquer pour en trouver. Il ne faut pas arriver en terrain conquis et avoir la politesse de s'habiller correctement. le futur employé est en demande, tout comme l'employeur. Des lettres bourrées de fautes d'orthographe, des gens qui n'en ont rien à faire, cela existe et de plus en plus. Mais ceux qui veulent s'impliquer, même si ce n'est pas leur domaine d'activités, il y en a aussi et ceux-là ne doivent pas passer à côté des opportunités offertes. J'en suis la preuve vivante. Difficile pour un patron, s'il n'y connaît rien de faire le tri. de plus, la réorientation professionnelle peut s'effectuer à tout âge.

Personnellement, je trouve que le titre ne correspond pas trop à l'autobiographie. Oui, elle est partie de rien, financièrement et parce qu'elle n'y connaissait rien. Mais Hapsatou avait déjà, pour elle, son éducation, ses rêves, ses envies, ses projets, sa ténacité et j'en passe. Personnellement, je trouve que c'est déjà beaucoup. Elle est débrouillarde, écoute son intuition, elle a une très grande force de caractère. Hommage également porté à son compagnon, Vincent Cerrutti, et à sa petite fille.

Lien : http://livresaprofusion.word..
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr