AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Tsukibou


Tsukibou
  04 mars 2017
Si Givré était un type de film ce serait un Thriller-horrifique. C'est un texte sombre où l'on rencontre divers personnages, qui ont un lourd passé ou un secret que l'on ne peut révéler qu'à un nombre très restreint de proches. J'ai lu cet épisode en 2 fois et la première fois c'était le soir, tout le "roman" se passe la nuit ou dans des sous-sols non éclairés, je peux donc vous dire que si vous êtes dans l'obligation de sortir de sous les couettes pour aller dans un couloir sombre, vous n'en menez pas large... Ou c'est juste moi qui ai trop d'imagination, j'avais l'impression qu'une horrible créature allait sortir d'un coin pour me dévorer sans sommation.

Si Givré devait se résumer à un personnage ce serait Ange. Capitaine de police au 36 quai des Orfèvres au look atypique, cheveux très courts, tatouage de dragon dans le cou, regard glacial, son passé est rude ce qui lui a forgé un caractère à toute épreuve. Elle possède aussi une fragilité qu'elle ne montrera sous aucun prétexte, même si elle en fait mention brièvement au cours de l'épisode, elle reste forte et déterminée, même face à l'inconnu qu'elle ne devra pas manquer d'affronter au fil des pages.

Si Givré était une créature, il s'agirait... du vampire. Comme vous devez le savoir, si non vous l'apprendrez, les éditions du Petit Caveau sont spécialisées dans les créatures nocturnes aux longues canines et assoiffées de fluide vital. Cet épisode ne fait pas défaut à ce créneau, l'urban-fantasy se caractérise par une nana bien roulée au fort tempérament, accompagnée d'un vampire tout aussi bien fait de sa personne, intelligent, un tantinet espiègle et qui surtout ne mange pas tous les humains qu'il croise à tour de bras... Jusqu'ici rien de nouveau sous la lune, ce qui fait la différence, ce sont les mauvais vampires, qui eux ne sont pas du tout à leur avantage tant au niveau physique, qu'intellectuel mais ils compensent par leur hargne, leur bestialité et leur violence sauf un... le leader de la horde, qui possède une vive intelligence même s'il reste assoiffé de sang et de vengeance, mais je ne vous en dirais pas plus...

Si Givré était une ville, french touch oblige, nous voici à Paris. le 36 quai des Orfèvres juste avant son déménagement au Panthéon en passant par les Catacombes et la tour Eiffel, l'auteur nous présente des endroits qui correspondent parfaitement à l'ambiance sombre du roman. Un tunnel de métro en construction est le décor de la première scène et, ce que l'on peut dire c'est que vous ne verrez plus le métro parisien de la même façon. J'ai aimé les descriptions des lieux, d'une part parce qu'elles ne sont pas trop longues mais, aussi parce qu'elle vous donne cette curiosité un peu malsaine de vous y rendre dans l'espoir d'y voir les traces des événements du texte, même si l'on sait que ce n'est pas réel.

Si cette chronique devait être conclue, je dirais que j'ai beaucoup apprécié cette lecture. Je ne suis pas une adepte de l'horrifique, mais le mélange d'urban fantasy avec ce côté très sombre et violent à su me plaire, grâce à l'écriture, à l'héroïne et son acolyte involontaire vampirique. Je découvrirai avec les plaisir les autres épisodes, tout comme je lirai d'autres texte de l'auteur, j'ai d'ailleurs Néachronical dans ma PAL, je m'y pencherai très bientôt.
Lien : http://www.tsuki-books.com/2..
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox