AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de florencem


florencem
  18 septembre 2015
Alors que Mikako ne sait pas comment affronter sa mère à propos de son père, elle la trouve effondrée… Ai Yazawa aime décidément malmener son héroïne. Et même si ce n'est rien de sérieux, cela donne quelques palpitations. Mais on lui pardonne rapidement car les événements qui en découlent sont très intéressants, et la situation montre encore une fois le meilleur chez certains personnages. J'avoue cependant que j'ai trouvé ce chapitre un peu « bisounours » par rapport à certains détails, mais je ne m'en plaints pas du tout, surtout que cela amène des scènes plutôt cocasses !

La seconde partie du tome… m'a un peu énervée. Enfin, pour être plus précise, un personnage m'a énervé, mais vu que la moitié du tome lui est quasiment consacré… Je ne suis jamais fan des triangles amoureux (en même temps, je ne pense pas que beaucoup d'entre nous le sont – ou alors il faut m'expliquer pourquoi), mais autant certaines fois je peux comprendre l'hésitation des personnages, autant là… je comprends pas. Enfin, si, l'amour est aveugle… Blablabla… Mais quand on fait souffrir l'autre de manière volontaire, sans en avoir réellement conscience… Raaahhhh ! Ça m'énerve. Mais Ai Yazawa dépeint malheureusement ce que peut être une relation amoureuse dans certains cas. La façon de traiter cette dernière est d'ailleurs très bien fait, et on voit beaucoup de choses en tant que spectateur omniscient : les pensées des autres, le mal-être des amoureux, leurs erreurs, le pourquoi de leurs erreurs… Et c'est une sorte de cercle vicieux. L'un essayant de sauver l'autre. Mais je crois qu'il faut vouloir se sauver soi-même aussi, sans quoi, on n'aboutit à rien.

La relation entre Tsutomu et Makiko évolue aussi. C'est étrange de les voir tous les deux, car ils se connaissent si bien et en même temps, ils ont l'air de parfait étrangers quelque fois. Mikako n'a pas l'habitude de se confier à Tsutomu, et ce dernier à toujours l'habitude de deviner ce qui ne va pas, mais j'ai peur que leur relation ne puisse continuer de la sorte malgré leur amour réciproque. Et là encore, Ai Yazawa traite cela avec beaucoup de finesse et de justesse malgré les situations assez drôles. J'ai hâte de voir comment tout cela va évoluer, même si je me doute qu'il va y avoir des larmes à un moment donné… L'insouciance des premiers tomes est vraiment partie.
Commenter  J’apprécie          80



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (8)voir plus