AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.48 /5 (sur 23 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) le : 16/11/1947
Biographie :

Annie Préaux est un écrivain belge , née en 1947 .Annie Préaux est romaniste et professeur depuis 1969. Elle s'intéresse autant aux arts plastiques, à la philosophie et au théâtre qu'à la littérature.
Elle a écrit deux romans Coréenne , basé sur son expérience de l'adoption et La petite fille aux pieds de fraises .
Depuis quelques années , elle a crée La maison d' Anna , où elle fait des ateliers d'écriture .

Source : http://www.ecrivainsbelges.be
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

une enquête de Anne-Sophie Malice pour l' ACTU-tv du 23 octobre 2011 sur la romancière Annie Préaux, Grand Prix du Hainaut et le Centre Culturel "La Maison d'Anna" qu'elle anime à Eugies, près de Mons


Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
pyrouette   14 octobre 2014
Fuites de Annie Préaux
Mais j’avance à pas feutrés sur ces éponges à chagrin qui, au fond de moi, restent gonflés de leur eau salée-sucrée malgré le sécheresse apparente de mes silences
Commenter  J’apprécie          210
pyrouette   13 octobre 2014
Fuites de Annie Préaux
J’écris parce que je cherche, parce que je veux garder une trace, parce que j’éprouve une sorte de soulagement lorsque l’écran s’allume, parce que c’est une porte qui s’ouvre sur les jours perdus
Commenter  J’apprécie          200
mariech   28 février 2017
Fuites de Annie Préaux
J'aime ma solitude , cet espace tranquille où je peux être moi sans témoin . Moi , avec mes nostalgies , mes renoncements , mes compromissions .
Commenter  J’apprécie          190
pyrouette   18 octobre 2014
Fuites de Annie Préaux
Si tu te demandes où tu veux vivre, demandes toi si c'est là que tu pourrais mourir.
Commenter  J’apprécie          180
pyrouette   15 octobre 2014
Fuites de Annie Préaux
Comment peut-on ne rien deviner parfois des tourments des autres, tout particulièrement de ceux qu'on aime ?
Commenter  J’apprécie          170
pyrouette   17 octobre 2014
Fuites de Annie Préaux
Le silence, plus qu'une armure, est un duvet protecteur, apparemment léger, flou, aérien. Un nuage de plumes sous lequel il arrive qu'on étouffe, qu'on ait besoin de hurler, tout en sachant qu'une petite étiquette avec tête de mort l'interdit formellement.
Commenter  J’apprécie          160
pyrouette   16 octobre 2014
Fuites de Annie Préaux
J’aime ma solitude, cet espace tranquille où je peux être moi sans témoin. Moi, avec mes nostalgies, mes renoncements, mes compromissions.
Commenter  J’apprécie          160
thedoc   11 octobre 2017
Bird et le mage Chô de Annie Préaux
Aujourd'hui, je sais que j'ai eu raison de ne pas abandonner mon métier d'enseignant. Je suis sans doute naïf, mais je crois que c'est un métier important et que j'y ai ma place, malgré mes inquiétudes toujours prêtes à renaître, comme des plantes vivaces.

Même si je ne suis pas un enseignant aussi performant que je le voudrais, loin de là, ce métier a du sens pour moi.

Du sens.
Commenter  J’apprécie          60
thedoc   11 octobre 2017
Bird et le mage Chô de Annie Préaux
Il suffit peut-être d'un lieu en retrait, d'un ermitage au fond d'un paysage inattendu, d'un livre étrange, pour voir venir quelque chose qui ressemble à une paix hypnotique. A petit pas.

A tout petit pas.
Commenter  J’apprécie          40
Vivrelivre   30 octobre 2014
Fuites de Annie Préaux
La guerre civile fait rage en Syrie. Des milliers de réfugiés marchent sur la route de la frontière turque. Des journalistes les filment. Aujourd’hui ce sont ceux-là. Hier, c’étaient des Libyens, des Afghans, des Africains en pagaille, des Tchétchènes, des Kosovars…Avant-hier…Un siècle de guerres diverses après la « der des ders » m’envoie ses flots de sang et de souffrances à la figure. Dans quelques dizaines d’années, d’autres diront : un siècle de violences et d’atrocités après 40-45 et le génocide des Juifs, des Tsiganes, des Tutsis… L’Historie m’écœure : sa redondance, l’aveuglement de chacun, mon indifférence de spectatrice ou en tout cas le sentiment qui me permet de respirer, de manger, de savourer un fruit ou un verre de vin, pendant qu’ailleurs des gens fuient, sont emmenés, assassinés, découpés en morceaux.

Je n’en peux plus.

Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur