AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Critiques de Bob Boutique (10)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées
2401
  09 mars 2016
2401 de Bob Boutique
C'est Bob Boutique qui m'a contactée afin de lui donner mon avis sur son livre, et je l'en remercie parce que j'ai découvert un auteur de talent!



Je suis fan de thriller et là, j'ai été servie. Ce policier est formidable! Tous les ingrédients sont réunis pour faire une parfaite histoire. J'ai adoré l'intrigue dès le début, et j'ai beaucoup aimé les petites pointes d'humour tout au long du livre.



Il y a beaucoup de personnages mais ils sont tous importants, chacun a sa place, chacun avec son rôle. Et le dénouement est incroyable!



Le seul bémol que j'aurais à signaler est la qualité du livre. Je prends soin de mes livres et celui-ci, après une seule lecture, s'est complètement décollé au niveau de la tranche et les feuilles sont donc détachées au milieu, je suis déçue. Peut-être un défaut de fabrication?!



Par contre, je n'aimais pas la couverture quand je l'ai vue la première fois, mais après lecture, je me rends compte qu'elle est finalement parfaite! Elle correspond exactement à ce qu'elle cache derrière.



A lire de toute urgence pour les amateurs de thriller. D'ailleurs, je vais de ce pas en faire profiter mes amies!
Lien : http://leslecturesdemaryline..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
Contes bizarres
  23 juin 2011
Contes bizarres de Bob Boutique
D’ordinaire, lorsque je connais un peu l’auteur, je me jette comme une affamée sur son livre dès que je l’ai en main. Pas cette fois-ci. Quand j’ai reçu « Contes Bizarres », je l’ai déposé, bien en évidence, sur les pyramides de papiers volants et de dossiers ventrus qui, comme des congères protectrices bordent mon espace-à-moi-toute-seule, le repaire de Lascavia, là où tout peut arriver entre les mots, les phrases, les livres …et moi.

J’ai attendu un moment. Lui aussi, impassible Sphinx, intact, fermé, énigmatique …je l’ai guetté du coin de l’œil quelque temps, faisant mine de ne pas l’entendre jouer la provocation : « Alors, ça vient, oui ! Tu ne veux pas savoir ? T’as la pétoche ou quoi ? » …

Bob Boutique, tout le monde –ou presque- en a entendu parler. Un homme orchestre qui est tout sauf banal, le camarade pétillant sur lequel on peut compter, celui qui relève ses manches et fait avancer les choses, un être toujours en ébullition, un homme de Culture, passionné par la caméra, les micros, la musique, les livres et les Arts en général ; un creuset d’idées où bouillonnent mille et un projets, un Grand Maître de l’organisation, un promoteur généreux du talent des autres, un découvreur de trésors, un chasseur de perles précieuses…Chacun ira de sa définition et tous s’accorderont pour dire plus simplement que c’est un type épatant… Je savais qu’il se revendique conteur et non pas écrivain et j’ai bien aimé cette distinction qui sent bon la simplicité et la réflexion ; je savais qu’il privilégie les scènes, les images, l’étonnement du lecteur, à la rigueur des normes de la littérature et j’ai apprécié ce choix, affirmé sans faux-fuyant, sans chercher à s’appuyer sur les foutaises et les clichés qui voudraient nous faire gober qu’un conteur ne saurait pas écrire bien ou qu’un écrivain ne pourrait pas vraiment raconter…

Je savais que j’allais accoster sur de nouveaux rivages, fatalement très tendres ou très durs…mais dans tous les cas de figures, sur rien de tiède, rien de plat, rien de neutre…quelque chose de« très », ça c’était sûr. Des univers très mouvementés, des ambiances très denses, des séquences très actives, animées comme au cinéma, des situations qui pourraient même « très » déranger… D’emblée et d’instinct, j’avais écarté les gondoles à Venise et le lamento crève-cœur des violons de Varsovie, l’introspection studieuse, l’essai sur la culture des petits pois au Togo et l’étude sur les mœurs des coccinelles en Extrême Orient … C’était forcément autre chose, oui, mais… quoi ? Des contes orientaux ? Une suite de scenarii ? Une compilation de scripts ? Mystère et boules de gomme, rigolait le livre blanc-bleu, bisque bisquera, raillait-il en gardant ses pages étroitement serrées sur son ventre apparemment bien nourri !

J’ai maintenu le statu quo quelques semaines, histoire de jouer au chat et à la souris, ou plus tard, à la souris qui donnera sa langue au chat, et de jauger ce livre à distance. Quand j’ai décrété la fin des préliminaires, l’abolition de la période d’observation, je n’étais pas inquiète, seulement dévorée par une curiosité fiévreuse attisée par l’attente.

J’ai lu…J’ai su…Pas déçue, je fus.

Dans un registre conventionnel, je pourrais dire qu’il s’agit d’un recueil constitué d’excellentes histoires, plus ou moins sombres, plus ou moins rudes, plus ou moins violentes même, de récits captivants forgés par la vigueur d’un conteur talentueux… Oui, je pourrais, parce que c’est vrai. Mais, pour une fois, je vais lâcher la bride, sacrifier le –bien parlé-bien-écrire- pour ne pas décolorer la spontanéité de mon enthousiasme ou atténuer la force de mon plaisir. Alors, voilà : les contes de Bob Boutique, ce sont des histoires qui décoiffent-grave, des chutes qui claquent à la face du lecteur quand il croit béatement que la situation s’améliore et que le pire est passé ; ce sont des créatures si vivantes, si crédibles, qu’on pourrait les toucher du doigt … au risque, d’ailleurs, d’y perdre un doigt ! Des personnages souvent turbulents, aux comportements défiant les limites du socialement correct ; une giclée ininterrompue de mésaventures et de drames qui font se demander constamment si l’imagination de l’auteur s’arrêtera quelque part ; un flirt borderline entre le très possible et le pourquoi pas ; c’est de l’humour, du cynisme, des tensions et des intrigues à profusion. Les contes bizarres se complaisent dans des apparences adroitement tronquées ; poussent le lecteur dans une galerie en trompe l’œil où le malheureux avance à tâtons, coincé entre des miroirs déformants…C’est une très belle collection de « récits-frissons-tensions » à consommer le soir, sous la lumière faiblarde d’une lampe de chevet, quand l’orage envisage de foudroyer la terre et que le battant d’un volet claque, on ne sait où, dans les profondeurs d’une maison aux boiseries gémissantes…Brrr !

Non, ce n’est pas du gore noyé sous les flots écœurants et soporifiques de l’hémoglobine, rien à voir avec Massacre à la tronçonneuse. Non, ce n’est pas non plus l’épopée du loup-garou pâlichon s’époumonant comme un crétin sous la lune, rien à voir avec la saga Twilight (que ceux qui apprécient veuillent bien me pardonner).



Non… Avec ses Contes Bizarres sous couverture banc-bleu, l’Ecriconteur trace manifestement sa route sur un noble territoire autrement plus subtile ; celui partagé par Hitchcock, Stephen King, Antony Burgess et Stanley Kubrick, notamment… C’est bien là, je pense, qu’il parvient à creuser de très beaux sillons parallèles à ceux laissés pour longtemps par Psychose, Shinning et l’Orange mécanique…

Alors, convaincue, conquise, admirative, certaine d’avoir rencontré une valeur sûre, je prends place sans réserve dans la longue procession où trépignent déjà tous ceux qui attendent avidement la moisson suivante.


Lien : http://lascavia.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lady Mary, un conte bizarre
  03 septembre 2008
Lady Mary, un conte bizarre de Bob Boutique
Le Thème :



"Un brave plombier bruxellois hérite, par le plus grand des hasards, d’une île située aux confins de l’Écosse, dans les Shetlands. Ce rocher isolé de trois kilomètres de long, sur lequel se dresse un château rococo, est habité par une ancienne directrice d’école, Lady Mary, et sa dame de compagnie, Miss Peggody. Notre légataire se rend sur place et découvre, outre les deux demoiselles un peu étranges, un domaine qui ne présente aucun intérêt... à moins de le vendre à une compagnie pétrolière exploitant au large un terminal. Celle-ci pourrait y aménager un port pour amarrer ses remorqueurs.



Mais rien ne se déroule comme prévu. Sans s’en rendre compte, le pauvre homme se trouve mêlé à un drame délirant où les sites sauvages et désolés de l’archipel le disputent au mystère. Qui est qui... et qui va en sortir vivant ?"



C'est notre ami Bob, que nous connaissons déjà sur Nota Bene, qui a écrit cette petite nouvelle sympathique et sans prétention dont la chute ne se dessine que dans les dernières pages, y compris pour le lecteur habitué aux retournements de situation des romans policiers.



Les personnages sont peut-être un peu trop convenus cependant, non le héros-plombier mais celui de Miss Pegoddy. Mais peut-être donnent-ils cette impression parce qu’ils devraient posséder plus de profondeur psychologique ? Miss Pegoddy ne doit pas en manquer mais cela n’est jamais exprimé. D’où le problème. En tous cas pour moi.



Peut-être cette nouvelle gagnerait-elle a être développée ?



En tous les cas, je reste curieuse de lire d’autres textes de Bob.



A télécharger sur Alexandrie :



http://www.alexandrie.org/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Chaos
  09 mars 2018
Chaos de Bob Boutique
Après une année de silence, Lieve débarque sur la péniche où Johann s'est réfugié après sa démission des services de police. La raison officielle est d'évoquer avec lui un dossier plutôt inhabituel: le vol d'un tableau de Cranach représentant Martin Luther dans les archives du Rijksmuseum (musée d'Etat qui raconte l'histoire des Pays-Bas avec plus de 8000 objets exposés), dans la partie réservée aux restaurations. Quel rapport avec le service de Lieve, service anti-terroriste de la Kmar?

Les circonstances du vol: "le gars qui a fait le coup (c'était en pleine nuit) était harnaché comme un militaire, tout en noir et cagoulé. Il a mis le vigile hors d'état de nuire en deux temps, trois mouvements, un vrai pro..." (Page 26) qui porte le nom de Yahia Al Shaïf, un terroriste notoire que Johann avait arrêté quatre ans plus tôt, réputé pour tuer tous ceux qui enquêtent contre lui: juges, policiers, témoins ou leurs familles et leurs proches. Mais pourquoi un terroriste irait dérober un tableau de peu de valeur? Et pour quelle raison a-t-il retourné le tableau qui se trouvait derrière le tableau volé, dont le sujet est pour le moins inhabituel?

Johann, dit Le Bouledogue, étant le seul à pouvoir identifier le terroriste, la nouvelle ministre de l'Intérieur, Rita Van Hemelrijck lui "demande" de reprendre du service afin d'élucider cette sombre affaire: dans un premier temps, comprendre pourquoi Yahia a volé précisément ce tableau, où il a disparu et d'où viennent les fonds de Solar Future. Dans un deuxième temps...A vous de le découvrir !!!

Le petit +: en guise d'introduction, un rappel des principaux événements et personnages du roman précédent 2401.



Dans Chaos, figurent tous les ingrédients qui font les excellents thrillers: scènes d'action réalistes; personnages complexes et attachants: les méchants ne sont pas complètement méchants, ils ont leurs raisons, leurs idéaux, ce sont les méthodes employées pour parvenir à leurs fins qui les font basculer du côté obscur; quant aux gentils, ils ne le sont pas toujours, ils agissent parfois stupidement en proie à leurs doutes, à leurs démons aussi. Rien n'est jamais tout noir ou tout blanc en ce bas monde qui se décline dans un camaïeu de gris aux nuances infinies...

Des rebondissements juste ce qu'il faut pour faire avancer l'intrigue et non pour remplir des pages; et du suspense aussi : "Mais c'est elle aussi qui a merdé et joué avec les règles les plus élémentaires de sécurité si bien qu'elle est désormais menacée de mort...Alors voici ce que je vous propose, si elle marque son accord. Ce sera dangereux mais jouable. Ecoutez-moi bien car il faudra que tout le monde joue dans la même pièce..." (Page 126) => Bien entendu, le chapitre se clôt sur ces mots; et, encore plus bien entendu, le chapitre suivant embraye sur autre chose, laissant le lecteur sur sa faim...

L'humour: un humour parfois grinçant, parfois gentiment moqueur, parfois déjanté, parfois simplement burlesque, mais jamais méchant ni dégradant...Voilà la petite touche perso qui fait la différence. Bob s'est-il mélangé les pinceaux ou est-ce pour tester notre degré d'attention qu'il a prénommé la ministre de l'Intérieur tantôt Rita, tantôt Martha?

Avec Chaos, vous êtes certain de pénétrer dans le petit monde des thrillers de très grande qualité. Toutefois, je terminerai cet article dithyrambique par un bémol: il nous faudra patienter jusqu'à l'année prochaine pour avoir le bonheur de lire le troisième volet... 



Pour un article plus détaillé, cliquez ci-dessous.
Lien : https://legereimaginarepereg..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Chaos
  30 mars 2018
Chaos de Bob Boutique
J'ai découvert Bob Boutique avec son premier thriller "2401" que j'avais vraiment beaucoup aimé pour sa singularité, sa façon de berner le lecteur et l'écriture très particulière de l'auteur. Alors lire ce deuxième opus, avec les même personnages, me tentait vraiment. Et je suis ravie de l'avoir enfin découvert.



On retrouve donc les deux enquêteurs Johan et Lieve, deux hollandais qui jouent au chat et à la souris. Ils ont un grand écart d'âge (Johan pourrait être le père de la jeune femme) mais s'entendent parfaitement. Côté boulot, ils se complètent énormément, ils sont têtus et fonceurs, mais prennent soin l'un de l'autre. Cette fois, ils se retrouvent embarqués dans une histoire de tableau volé qui les mènera très loin, bien plus loin que ce qu'ils pouvaient imaginer...



J'ai beaucoup aimé, j'ai retrouvé la belle plume de l'auteur, le suspense, l'action, la peur, les questionnements. Bref, tout ce qui fait d'un roman un bon thriller est réuni ici et je félicite l'auteur pour sa belle idée d'intrigue car rien n'est laissé au hasard. La petite histoire d'amour à côté, les relations entre les différents agents et les pointes d'humour que l’auteur sème dans les pages sont un vrai plus pour cette intrigue. Le rythme est impressionnant, on ne s'arrête jamais, même quand on pense enfin voir le bout du tunnel. J'ai eu peur pour les personnages plus d'une fois!



La fin nous laisse penser à une suite et ça, je me le note dans un coin de ma mémoire... Je n'oublierai pas, je le lirai sans faute! Merci à l'auteur, merci à la maison d'édition et plus particulièrement à Laurent Dumortier et Christine Brunet pour leur confiance!



Un très bon thriller, un auteur à découvrir! Je précise que ce thriller, malgré le fait que ce soit les même personnages, peut se lire indépendamment du premier. Mais bon, autant se faire plaisir en lisant les 2!
Lien : http://leslecturesdemaryline..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
2401
  25 août 2017
2401 de Bob Boutique
Monsieur Jacques Durieux, brave retraité qui coule des jours heureux dans le bon village de Chamy sur Semois, reçoit une lettre anonyme plutôt inhabituelle: pas de demande de rançon, pas d'argent...Françoise Laloux, pharmacienne qui officie dans le même paisible village, reçoit une lettre identique. De même les "soeurs Renard, Lise Deroubaix caissière dans la ville d'à côté et Alain Birnbaum, le médecin.

La visée humaine en est très profonde, preuve en est les thèmes abordés: la lâcheté; la corruption; l'exploitation de la détresse humaine; le regard de la société sur le handicap physique ou mental, mais aussi la réponse apportée à ces handicaps; le concept que chacun d'entre nous cachent des squelettes dans son placard. Dans ce thriller très riche et très original, Bob a imaginé une société secrète dont les membres ne seraient pas mus par les habituels moteurs: "Le corbeau n'a rien à voir avec la religion, la philosophie ou la politique. Il n'est pas une secte mais une organisation secrète qui prend et qui donne. Vous avez le droit de demander n'importe quoi, n'importe quel service légal ou pas, pour autant que vous acceptiez d'en offrir un de même valeur. Donc, pas d'argent, l'opération serait nulle, puisque vous devriez donner autant de billets que vous en recevriez en retour (...)Il n'y a pas de limite morale. Vous donnez, vous recevez...vous donnez beaucoup, vous recevrez beaucoup.

2401 réunit dans ses 448 pages tous les ingrédients qui constituent non pas les bons, mais les excellents thrillers, car tout ici est à sa place; pas de fausse note, pas de fioritures, pas de descriptions inutiles. Le lecteur en a pour son argent, et pas une seconde ne s'ennuie. Au moment où il ouvre la première page, il met non pas le doigt mais tout le bras dans l'engrenage, et fébrilement tourne, tourne les pages jusqu'à la dernière.
Lien : https://legereimaginarepereg..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Contes Bizarres 2
  18 janvier 2017
Contes Bizarres 2 de Bob Boutique
Après avoir dégusté "2401" (un thriller) et dévoré "Contes bizarres 1", l'auteur a eu la gentillesse de me proposer son deuxième "Contes bizarres" à la lecture et je l'en remercie.



Et si celui-ci était encore meilleur que le premier? Non! Ce n'est pas possible! Un deuxième opus n'est jamais meilleur qu'un premier, c'est même parfois celui de trop... Et bien Bob Boutique a réussi une belle prouesse en faisant bien mieux (et pourtant le premier était déjà un coup de cœur!).



Tout comme dans le premier tome, ce sont des contes commençant tous par "Il était une fois", mais en fait, ce sont des petites nouvelles drôles, effrayantes et parfois même émouvantes. Et elles ont tous le point commun d'avoir une fin... rocambolesque? bête? bizarre? Farfelues? Je ne sais pas quel mot utilisé mais je pense qu'ils peuvent tous les qualifier finalement. Des sortes de faits divers abracadabrantesques qui font sourire...



Je me suis déjà posée la question lors de la lecture du premier tome, mais j'avoue que je me la pose encore : Mais où l'auteur est-il allé chercher tout ça? Il s'inspire peut-être de vrais faits qu'il tourne au ridicule!? Je ne sais pas mais son cerveau doit tout de même être un peu dérangé pour arriver à écrire tout ça! Ou bien il y a d'autres gens dans sa tête!? Ces contes sont fantastiques, les mots inventés, le flamand, le belgicisme, et tous ces mots bizarres m'ont ravie. Et cette façon qu'a l'auteur d'impliquer le lecteur en s'adressant à lui directement est formidable, j'adhère complètement!



Chaque conte commence par une illustration qui donne l'ambiance du conte qui va suivre. Je les aime beaucoup, un beau coup de crayon auquel je suis sensible. La couverture est bien mieux que celle des Contes bizarres 1, bien plus attirante en tous cas!



Merci encore à l'auteur qui m'a permis de passer d'agréables moments avec ses contes.
Lien : http://leslecturesdemaryline..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
2401
  15 septembre 2016
2401 de Bob Boutique
J'ai tout simplement adoré. Suspens jusqu'au bout et une fin inattendue.
Commenter  J’apprécie          00
Contes bizarres
  12 février 2016
Contes bizarres de Bob Boutique
J'avais déjà lu "2401" du même auteur et j'avais beaucoup aimé. du coup, il a eu la gentillesse de m'envoyer ses contes bizarres, un autres genre, mais toujours aussi bien!



Je ne savais pas trop dans quelle catégorie placer ces contes. Ce sont des contes car ils commencent tous par "Il était une fois", mais ce sont aussi des petites nouvelles sans lien les unes aux autres, mais également des histoires drôles, des sortes de faits divers comme on pourrait en lire dans les journaux...



Le titre est bien trouvé, en effet, il se passe des choses bizarres dans chacun des contes, mais c'est surtout les fins qui sont farfelues, folles (je me demande même si l'auteur ne l'est pas lui-même!!), touchantes parfois, ou bien même tristes... Mais où est-il allé chercher tout ça???



J'ai vraiment adoré lire chacun de ces contes, ils ont tous un petit quelque chose qui attire, qui donne le frisson, qui angoisse... Et les fins sont tellement imprévisibles! Par contre, certaines m'ont laissée sur ma faim!



Chaque conte commence par une illustration, et bravo aux auteurs de ces dernière, elles sont super!



Je pense que l'auteur est un brin sadique, ou bien même fou, ou même qu'ils sont plusieurs dans sa tête, je ne sais pas... Mais ces contes sont fantastiques, les mots inventés, le flamand, le belgicisme, et tous ces mots bizarres m'ont ravie. J'ai pris un réel plaisir à lire ce livre et je ne compte pas en rester là, je lirai les contes bizarres 2!



Merci vraiment à l'auteur qui m'a permis de passer un agréable moment.



Par contre, je n'aime pas trop la couverture...
Lien : http://leslecturesdemaryline..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Contes bizarres
  20 juin 2011
Contes bizarres de Bob Boutique
Contes Bizarres, Bob Boutique, Editions Chloé des lys, Belgique

ISBN : 978-2-87459-281-2

Site auteur : www.bandbsa.be/contes.htm



Contes Bizarres... Vous avez dit bizarres ? Tiens, comme c'est bizarre !...

Cette réplique de Louis Jouvet, magnifique docteur Knock, m'est venue spontanément en repensant au titre du livre de Bob Boutique. ( Ce ne doit pas être la première fois qu'on te fait le coup, hein, Bob !)

Pourtant, je subodorais rapidement quelque chose de plus... caustique...

En fait, caustique n'est pas le mot... Bob nous offre une image bien à lui de cette société qui nous entoure. Il prend ça et là des figures de notre quotidien et les poussent toujours plus loin dans un "jusqu'au boutisme" parfois grinçant.

Des caricatures, ses personnages ? Moi, je dirais des prototypes... Si on parvenait à classer les hommes en catégories, chacun d'eux serait l'image de référence. Ils ne sont pas méchants, pas grotesques, pas farfelus ni tordus, non...

Parfois naïfs, parfois meurtris, ils évoluent dans un environnement très actuel et affrontent des situations ( qu'ils ont parfois crées, il faut bien le dire) qui étirent nos lèvres en un rictus parfois ironique, souvent amusé.

Combien de fois me suis-je exclamée dans mon coin: "mais quel andouille, ce mec!" ou bien "mais quelle naïve, cette nana!" en découvrant leurs mésaventures.

Et c'est bien là tout le talent de Bob... nous entraîner bien malgré nous aux côtés de ses personnages que l'on fait réels l'espace d'une trop courte tranche de vie.




Lien : http://bandbsa.be/contes.htm
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox