AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.75 /5 (sur 4 notes)

Nationalité : Viêt Nam
Biographie :

Catherine Brai est née au Vietnam d'un père franco-vietnamien et d'une mère vietnamienne.
A l'âge de 17 ans, elle est venue en France pour poursuivre ses études supérieures à la Sorbonne.
Philosophe de formation, elle a enseigné dans de nombreux pays, dont le Mexique, la Turquie, les Comores, l'Inde. Elle a séjourné trois ans au Japon. Actuellement, elle vit sur l'île de La Réunion. Elle a déjà publié trois romans.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Arthore   11 octobre 2019
Le rendez-vous de Tokyo de Catherine Brai
Chaque peuple a sa manière de lutter contre le froid. Les Indiens, à la pointe de l'Amérique australe, allumaient partout des feux, et pour se réchauffer ils couraient nus de l'un à l'autre, d'où le nom de ce lieu "la terre de(s) feu(x), donné par Magellan. Ils emportaient ce feu même dans leur pirogue creusée dans un tronc d'arbre.

.......

-pourquoi mon grossier mari , aspires tu tes nouilles en faisa,t tant de bruit?

-pour ne pas me brûler ... et pour imiter les gens du coin.

-ce n'est pas ce que vous imaginez, chère Madame intervint un Français, spécialiste de civilisation japonaise, cette façon d'ingérer les aliments est propre à la conception locale de la nourriture : tous les sens et pas seulement le gout participent au repas, et dans ce cas précis l'ouïe joue un rôle primordiale. Ces sons visent à sublimer la saveur. Ce que perçoit l'oreille contribue plus au plaisir du palais que le fumet de la soupe même s'il est vrai que la vue est souvent privilégiée
Commenter  J’apprécie          40
Arthore   09 octobre 2019
Le rendez-vous de Tokyo de Catherine Brai
Le lendemain, en entrant dans une administration pour authentifier ma carte de séjour, je me souviens que le "Kuroshi", traduit littéralement "mort par surtravail", venait d'être reconnu comme maladie professionnelle. Pourtant, je n'avais pas l'impression que, dans la vie quotidienne, les les salariés étaient surmenés. Je pouvais en voir qui se déplaçaient en chaussons et bavardaient tranquillement entre eux. En chassons? Cel signifiait qu'il respectaient ce lieu et le distinguaient de celui de la rue. Le bavardage? Ils pouvaient se le permettre car ils arrivaient au bureau longtemps avant l'ouverture et repartaient bien après la fermeture.
Commenter  J’apprécie          40
Arthore   10 octobre 2019
Le rendez-vous de Tokyo de Catherine Brai
Une autre particularité chez les étudiants m’agaçait. Quand je posais une question qui comportait une alternative, ils me répondait en chœur « oui »

« Vous voulez qu’on continue le même texte ou qu’on commence un nouveau? »

-oui

« Aujourd’hui on fait de la grammaire ou du vocabulaire? »

-oui

J’avais l’impression qu’on ne leur laissais jamais le choix dans la vie et qu’ils étaient perdus quand on le leur accordait.

En réalité la structure de la phrase avec un « ou » disjonctif n’existe pas en japonais.
Commenter  J’apprécie          12
LesChroniquesDUneNantaise   18 octobre 2019
Le rendez-vous de Tokyo de Catherine Brai
Je suis frappée par l'ambivalence et les contradictions de cette culture. [...] C'est la société des codes, des cadres, des règles et des rites, mais que de comportements incongrus, inattendus, anachroniques, étranges, saugrenus !
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Catherine Brai(1)Voir plus