AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques de Francis Thievicz (9)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées
La Célesticide et autres miniatures
  26 septembre 2015
La Célesticide et autres miniatures de Francis Thievicz
Qu'est-ce que la Célesticide? Une "machine infernale", inventée par le plus gros soiffard de tous les temps, qui ne pouvait se contenter des liquides qu'offrait la Terre : une vis qui perfore les nuages et happe leur humidité.

Les textes que nous propose ce recueil sont d'une imagination débordante. Les Deux Zeppelins ont réuni les récits de Francis Thievicz, parus lors des saisons 1 et 2 et, dès la préface, on nous avertit que les feuillets que nous allons découvrir sont les "témoignages de la myriachotomie dont souffrait leur auteur". Car Francis Thievicz est aussi étrange que ses personnages... Tératologue, créature obscure, "famélique, hébétée"" qu'on croise aussi rarement que le Yéti dans l'Himalaya.





Les saynètes sont regroupées dans l'ordre inverse de leur parution. Je les ai lues comme un livre hébreu, en partant de la fin. Et, dès les premières lignes, on sourit : quelle est cette drôle d'omelette que mange l'un des personnages? De quelle crème s'enduit Aurore, à qui sa mère répétait toujours qu'elle n'était pas un monstre?



C'est un voyage incroyable, dans un monde totalement onirique et fou. Plus on avance dans la lecture, plus les textes se débrident et perdent pied avec la réalité, l'auteur étant totalement obsédé par les rêves. Les corps s'évaporent par la force du songe ; les têtes explosent quand on pénètre dans la pièce des rêveries... Vous irez vers plus de réel si vous commencez la lecture par le début du livre.



Comment ne pas aimer lire, surtout quand c'est bien écrit, l'histoire de ce géant hydrocéphale dont le chapeau contient notre réalité ("Dans l'univers feutré")? Et même quand le sens de la micronouvelle n'est pas immédiat, on se laisse prendre par les mots de ces univers déchiquetés, ténébreux et étranges.



Neuf exemplaires de La Célesticide? On se sent appartenir à une confrérie de privilégiés. Un conseil : suivez le vol des Deux Zeppelins de plus près... Il n'est sans doute pas trop tard pour embarquer.

"Que la sainte Torpeur soit brusquée!" (“Escapologie par le ronflement”)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
La Célesticide et autres miniatures
  15 octobre 2015
La Célesticide et autres miniatures de Francis Thievicz
Merci à Jesus Christ d'avoir donné la vie à Mr Francis Thievicz , qui, par sa plume inonde mes yeux de bonheur et de joie.



Commenter  J’apprécie          30
Suicide Club et autres curiosités
  15 février 2017
Suicide Club et autres curiosités de Francis Thievicz
Que Dieu vous garde en son sein, Mr Thievicz ! Ah, si j'avais eu votre talent, quel roman aurais je fait de votre sainte vie.
Commenter  J’apprécie          10
Le miroir noir et autres curiosités
  26 octobre 2015
Le miroir noir et autres curiosités de Francis Thievicz
Un groupe d'individus a formé un club peu commun : passionnés de monstres et de phénomènes bizarres, le syphilitique, le juif Moïse, Riviera, miss Stiple et d'autres se réunissent autour de leurs trouvailles.



Chaque nouvelle de ce recueil est l'une de leurs curiosités : la femme qui reste collée au plafond, sous l'effet d'une drôle de lévitation ; le miroir noir qu'il faut briser pour échapper à une étrange réalité ; l'enfant enfermé dans un cube depuis qu'il est né et qui dont les sens sont hyperaiguisés.

Pour qui aime les freaks et regrette de ne pouvoir assez souvent prendre son billet pour aller admirer la femme à barbe et autres étrangetés, ce recueil paru aux Editions de l'Antre en 2010 sera d'un grand secours. De son fauteuil ou de son lit, le lecteur ouvrira un à un ces bocaux.

Des textes plus courts, proches de la micronouvelle (et Francis Thievicz en publie de nombreuses aux Deux Zeppelins) jalonnent ce petit livre qui, lui-même, a le format d'un fascicule.



Et tomber sur un extrait de la sorte ne peut que me plaire. D'ailleurs, plus loin, on apprend que l'homme qui refuse le diktat de l'oxygène fait ses expériences non pas sur les animaux, mais sur les hommes. Approuvé!



Francis Thievicz est aussi l'auteur de :



Suicide Club et autres curiosités (2013)

Les Vanités et autres curiosités (2011)

La Célesticide (2015)



Voici un entretien paru sur Yozone, qui a eu lieu à l'occasion de la sortie du Miroir noir :



http://www.yozone.fr/spip.php?article11752



Petite remarque : l'auteur lui même déplore de nombreuses coquilles qu'on remarquera aisément, mais, comme il l'explique dans cet entretien :



"Mais évidemment tout cela n’est pas vraiment crédible, il n’y a aucun correcteur automatique de Spalovitch. On devinera aisément que ce sont les cadavres des écrivains évoqués plus haut qui ont tenté d’entacher ma réputation en venant insérer quelques malicieuses et peu visibles coquilles ! Mais comme me l’a justement dit Miss Stiple, la lady du Club : « Il n’y a pas d’erreurs, seulement des curiosités. »"



Si vous avez peur des araignées géantes et des fous, n'ouvrez pas ce livre.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Le miroir noir et autres curiosités
  28 mai 2015
Le miroir noir et autres curiosités de Francis Thievicz
Le point négatif principal est la mise en page plutôt étrange. La taille d’écriture change suivant les histoires et si, au départ, on trouve ça original, quand on se retrouve au crépuscule à vouloir déchiffrer des lignes écrites en taille 6, ça fait mal. Je précise quand même, à la décharge du livre, que lesdites histoires écrites en miniatures ne durent qu’une dizaine de lignes, tout au plus. Reste que tout ceci m’a assez déçu malgré tout.



Un second point avant d’en venir aux qualités du livre, est une nouvelle dont j’ai oublié le titre. Je crois qu’il s’agit de l’histoire « Fishman » qui m’a simplement fait détester les personnages principaux. Déjà dans une nouvelle antérieure, on retrouve dans l’histoire cette impression presque malsaine d’être dans une foire aux monstres. Oui, c’est un peu le but, je l’accorde. Peut-être même que j’ai oublié mon second degré dans un placard au moment de ma lecture. Mais là, on expose vraiment certains protagonistes « monstrueux » comme des choses qu’on peut opérer et exposer comme on veut. Et quand ces derniers s’en plaignent, en somme on leur dit « ouais, ouais, ferme-là et dégage maintenant qu’on a ruiné ta vie ». J’exagère sans doute la chose, mais ce point m’a quand même titillé sur le moment.



Passons maintenant aux bonnes choses. Parce que le point que je viens d’évoquer ne concerne, tout au plus, que deux nouvelles, donc pas même plus de dix pages. Les autres histoires sont, pour la plupart, vraiment prenantes. Pour ma part, j’ai même trouvé que plus on avance dans le livre, plus les nouvelles deviennent bonnes.



J’ai déjà parlé de celles qui m’ont déplu, alors on va les laisser tranquilles à présent. La première qui me revient est celle de « l’appartement dont les locataires disparaissent ». La dénommée « Les angles universels » a un côté très Lovecraftien qui ne pouvait qu’attirer ma sympathie. On suit l’histoire au travers du journal qu’à laisser l’un des membres du club. Ce dernier a accepté de devenir le locataire de l’endroit et relate donc sur papier les étrangetés qu’il y repère. Le tout dans un style très soutenu (comme le reste du recueil) qui colle parfaitement à l’ambiance générale.



L’autre nouvelle qui me revient d’office est celle qui a donné son titre au recueil. « Le miroir noir » parle, sans surprise, d’un miroir à la surface totalement noire. En plus de cet aspect atypique, quiconque essayant de se regarder dedans semble voir des choses assez étranges, dignes d’Alice au pays des merveilles. Sans en dire davantage, cette histoire-ci reprend le thème du miroir et tout ce que ça suppose avec brio.



Enfin, la dernière nouvelle qui m’a marqué est « Le grenier », qui parle donc d’une chose qui se cache dans ledit grenier. Reprenant tous les codes de l’histoire de fantôme, l’auteur a préféré nous surprendre sur la fin avec un retournement de situation aussi bien amené que glaçant.



Petite pensée aussi pour l’une des dernières histoires du recueil ; « Cube » nous fait explorer une expérience scientifique plutôt spéciale puisqu’on y retrouve un enfant d’une dizaine d’années dans un cube de verre. Il n’a jamais rien connu d’autre que les parois sans teints de son cube et rien que l’idée en elle-même vaut le détour.



Pour faire court, Le miroir noir et autres curiosités vaut le coup grâce à ses idées assez particulières et son ambiance que je ne saurais définir, entre le roman gothique et l’ambiance du cirque. Sans oublier une pincée d’ironie et de sarcasmes de la part de certains personnages qui complète l’ambiance « Thievicz ». Malgré quelques reproches, on en ressort quand même vraiment satisfait. Le tout ne dépasse pas les 100 pages, pour une lecture aussi brève que marquante.
Lien : http://murphypoppy.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Le miroir noir et autres curiosités
  20 mai 2014
Le miroir noir et autres curiosités de Francis Thievicz
J'ai passé un très bon moment à la lecture de ce livre, plutôt petit et aux 13 nouvelles décadentes, insolites, assez courtes, qui mettent en scène Henry, notre narrateur, introduit par son ami Mycroft dans le Club des Curiosités.

De curieux objets, d'étranges êtres humains défilent sur la scène, ou hors les mûrs du club, devant un groupe à la verve bien insolente, ironique, philosophique.



Petit bémol : quelques fautes de conjugaison sont à notées.



Cependant, cela ne m'a pas empêché d'adorer ce recueil. C'est un livre que je relirai sans aucun doute et qui m'a permis une première approche de l'univers de l'auteur dont les autres ouvrages iront prochainement rejoindre ma bibliothèque, ça oui !
Lien : http://poppysonaeppelin.cana..
Commenter  J’apprécie          10
Le miroir noir et autres curiosités
  12 mars 2013
Le miroir noir et autres curiosités de Francis Thievicz
Amis des galeries de monstres, apprentis "tératologues" et autres amoureux des bizarres créations de dame Nature, approchez-vous et plongez dans ce petit recueil.

Une poignée de courtes nouvelles, treize pour être exact et quelques textes supplémentaires en guise d'agrément, qui se rapproche d'une sorte de catalogue, de parcours au sein d'une baraque de fête foraine, aux côtés des membres du très fermé Club des curiosités.

Ce sont les sciences qui semblent ici bien capricieuses, physique, biologie... nous donnant à voir des phénomènes remarquables, uniques, parfois résultats d'expériences contre nature ou de psychés torturées.

Au final, l'ensemble est lui-même bien curieux. Dommage qu'il n'y ait pas là un travail plus développé quant à une intrigue générale, une véritable histoire, et que le résultat ait trop l'allure d'un catalogue, d'une "simple" exposition.
Commenter  J’apprécie          10
Les vanités et autres curiosités
  15 février 2017
Les vanités et autres curiosités de Francis Thievicz
Chaque soir, je m'agenouille devant cette sainte relique posée sur mon petit chevet, couleur pin clair.

Commenter  J’apprécie          00
Les vanités et autres curiosités
  13 mai 2016
Les vanités et autres curiosités de Francis Thievicz
Délicieux comme une pastille de strychnine ! J'ai vraiment apprécié ces nouvelles.
Commenter  J’apprécie          00


Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Francis Thievicz (14)Voir plus


Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
162 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur cet auteur