AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 5 /5 (sur 2 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1949
Biographie :

Guy Pujolle est professeur de l'Université Paris 6. Il a commencé sa carrière à l'IRIA (Institut de recherche en informatique et automatique). Il a ensuite été professeur à l'ENST, puis à l'Université Paris 6 depuis 1981, avec un passage de1994 à 2000 à l'Université de Versailles. Guy Pujolle a été nommé professeur de classe exceptionnel en 1993. Il est également professeur honoris causa de l'Université BUPT de Pékin. Il a été professeur invité de nombreuses universités étrangères comme NCSU, Rutgers, Stanford, UQAM. Guy Pujolle est membres du conseil scientifique de France Télécom, président du conseil scientifique du laboratoire CNRS de l'ENST, ainsi que membres de nombreux conseils scientifiques en France et à l'étranger. Il est président du groupe de travail de l'IFIP sur l'architecture des réseaux. Guy Pujolle est éditeur dans de nombreuses revues internationales comme Journal of Network Management, Telecommunication Systems, WINET (Wireless Networks), IEEE communications Survey, Ad Hoc Journal, etc. Il est lui même auteur de plus de 200 publications scientifiques et d'une vingtaine d'ouvrages, en particulier "Les Réseaux" (Eyrolles) pour lequel il a reçu le prix Roberval du meilleur livre scientifique de l'année 1995.

Guy Pujolle est gouverneur de l'ICCC (International Council for Computer Communications). Il a reçu le prix Seymour Cray en 1991 pour l'ensemble de ses travaux et la Silver Core de l'IFIP. Il a été président du réseau français de la recherche (REUNIR puis OFFRIR) de 1987-1991. Il a été membre du comité des sages (3 membres) pour décider de l'architecture du réseau européen de la recherche: Lars Backstrom (Finlande), Brian Carpenter (GB) et Guy Pujolle (France) ; décision du 22 janvier 1990 de prendre TCP/IP comme technologie pour l'Europe. Il a été président du comité des experts pour la réglementation au ministère des Postes et Télécommunications de 1992 à 1998 et membre de la Commission Consultative des Services de Télécommunication du ministère des Postes et Télécommunications - CCST (Président P. Faure) de 1992 à 1998.

Guy Pujolle était Président technique du consortium de WLANSmartCard pour normaliser la sécurité et la mobilité dans les réseaux locaux sans fil utilisant une carte à puce (2002-2006). Ses recherches sont dirigées vers l'analyse et la modélisation des réseaux et des protocoles, la maîtrise des infrastructures de réseaux, la gestion de la qualité de service, de la sécurité et de la mobilité et enfin vers les rése
+ Voir plus
Source : http://rp.lip6.fr/~pujolle/FR/
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Taltan   02 septembre 2011
Les réseaux de Guy Pujolle
La parole téléphonique



Les contraintes de la parole téléphonique sont celles d’une application temps réel : l’acheminement de la parole ne doit pas dépasser 300 millisecondes (ms). De ce fait, les signaux doivent être remis au destinataire à des instants précis. Le nom d’application isochrone qui est donné à la parole téléphonique précise bien cette demande forte de

synchronisation. La numérisation de la parole utilise le théorème d’échantillonnage. Ce théorème détermine le nombre d’échantillons nécessaires à une reproduction correcte de la parole sur un support donné. Il doit être au moins égal au double de la bande passante. Comme la parole téléphonique possède une bande passante de 3 200 Hz, ce sont au moins 6 400 échantillons par seconde qui doivent être acheminés au récepteur. La normalisation appelée MIC s’appuie sur 8 000 échantillons par seconde, soit un échantillon toutes les 125 microsecondes (μs). Chaque échantillon est ensuite codé, c’est-à- dire qu’une valeur numérique est donnée à la valeur de fréquence de l’échantillon. La figure 3 illustre ce processus. Le codage est effectué sur 8 bits en Europe et sur 7 bits en Amérique du Nord, ce qui donne des débits respectifs de 64 et 56 Kbit/s. En réception, l’appareil qui effectue le décodage, le codec, doit recevoir les échantillons, composés d’un octet en Europe (7 bits en Amérique du Nord, comme nous venons de le voir), à des instants précis. La perte d’un échantillon de temps en temps n’est pas catastrophique. Il suffit de remplacer l’octet manquant par un octet estimé à partir du précédent et du suivant. Cependant, il ne faut pas que ce processus se répète trop souvent, faute de quoi la qualité de la parole se détériore. Une autre contrainte des applications de téléphonie concerne le temps de transit à l’intérieur du réseau. Il s’agit en réalité de deux contraintes distinctes mais parallèles : la contrainte d’interactivité et la contrainte due aux échos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Taltan   02 septembre 2011
Les réseaux de Guy Pujolle
L’Internet provient du concept d’Inter-Network, c’est-à-dire de la volonté de relier des réseaux hétérogènes entre eux par l’adoption d’un protocole unique, IP (Internet Protocol). Le protocole IP a pour objectif de normaliser la façon de transporter les paquets dans un réseau. Internet est un réseau routé dans lequel les nœuds de transfert sont appelés des routeurs. Les routeurs sont munis d’une table de routage qui permet aux paquets entrants de trouver la meilleure sortie possible. Internet est un réseau sans signalisation, c’est-à-dire sans chemin
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur