AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 2.95 /5 (sur 11 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Agen , 1939
Biographie :

Jacques Baynac, né en 1939 à Agen, est un historien, romancier et scénariste français.

Issu d'une famille de résistants (son père fut capitaine dans le groupe Veny dans le Lot-et-Garonne, et son oncle, l'un des dirigeants des jeunesses communistes, fut exécuté au Mont-Valérien en 1942), il a été un temps proche du communisme de conseils.
Il a fait ses études d'histoire à l'École pratique des hautes études.
En 1960, refusant de combattre en Algérie, il part six ans à l'étranger. De cette période, au cours de laquelle, selon ses propres dires, il a vu « sept pays sur trois continents » il revient « vacciné contre la révolution sur le modèle léniniste ». De retour en France en 1966, il est employé pendant deux ans (1967-1968) à la librairie La Vieille Taupe.
Il s'est notamment efforcé de démystifier l'Histoire de la révolution russe, et a consacré de nombreuses années à des recherches sur Jean Moulin. Son livre Les Secrets de Jean Moulin, paru en 1998, a créé une polémique et lui a valu trois procès, qu'il a tous gagnés.

Il est également producteur et réalisateur de documentaires télévisés. Proche de Pierre-André Boutang, il a durant plus d'une décennie travaillé notamment pour la chaine franco-allemande ARTE.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
enkidu_   09 avril 2017
Les socialistes révolutionnaires de Jacques Baynac
Dans la conception socialiste-révolutionnaire du terrorisme, le mobile du terroriste est fondamental. « S’il faut que les coupables [gouvernementaux] soient châtiés, il ne faut pas que la réponse terroriste soit égarée par des ressentiments individuels et des vengeances personnelles », notait La Tribune Russe en mai 1904 (…) dans la majorité des lettres des condamnés, on note une tendance à l’autodestruction. « Depuis longtemps mon rêve était de finir sur l’échafaud », écrit, par exemple, Trauberg, qui fut le dernier chef de l’Organisation de Combat du P.S.R.

(…)

Siniavsky, par exemple, débouche sur une spiritualité qui frôle le mysticisme. « Je comprends à présent la foi des hommes (…). Mes prières, je les adresse à cette sublime vision qui, insensiblement, se transforme parfois en cette idée immatérielle que j’incarne désormais. La foi en cette vision m’a sauvé non seulement d’une défaillance morale, elle m’a aussi élevé à la hauteur spirituelle où je suis à présent. » Quelques minutes avant de mourir, il écrit à sa mère : « Il est facile et bon de mourir. Un sentiment serein m’emplit l’âme. »



Chez Ragozinnikova, qui avait abattu le chef de l’administration pénitentiaire, Maximovksy, c’est l’humanisme qui prend le dessus : « Je pars heureuse, forte, écrit-elle à sa mère. Je la désire, je la désire ardemment [la mort]. Je sais qu’en ce moment je ferai plus de bien aux hommes par ma mort que par ma vie. Je regrette seulement de ne pas pouvoir donner ‘’beaucoup’’. Dis, maman, que peut-on donner de plus que sa vie ? Car l’être humain c’est un monde si riche, si merveilleux. Il y a tant en lui, tout ce qui est dispersé dans la nature. Il est ‘’tout’’ et il le donne (…). »



Mais le plus souvent la mort est considérée, aussi froidement que possible, comme un acte politique – le dernier et le plus sublime. Ainsi, Kaliaiev, exécuteur du grand-duc Serge, écrit : « Je considère ma mort comme une suprême protestation contre ce monde de sang et de larmes, et je ne peux que regretter de n’avoir qu’une vie à jeter comme un défi à l’autocratie. » Il n’y a là nulle forfanterie. Alors qu’on lui offre sa grâce, il la refuse et s’en explique ainsi à sa mère : « Il serait ridicule que je tâche de conserver à présent ma vie alors que je suis si heureux de ma fin (…). Ce n’est pas que j’ai gaspillé toutes mes forces physiques et morales. Au contraire, tout ce que la vie m’a donné, je l’ai conservé pour mon triomphe final dans la mort. » (pp. 68-70)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-49992

Où se déroula la journée des Barricades, le 12 mai 1588?

à Londres
à Paris

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : révolutionCréer un quiz sur cet auteur