AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.86 /5 (sur 7 notes)

Biographie :

Ok-Sung ANN-BARON vit et travaille à Paris depuis 1974 après des études à la Faculté des Beaux-Arts de l’Université Nationale de Séoul. Diplômée d’un doctorat en arts plastiques (Paris III), elle a été chargée de l’enseignement universitaire et des recherches scientifiques. En parallèle avec sa formation artistique à l’Académie de Goetz et à l’Atelier de Rougé, elle a traduit et annoté La Peinture et la société de Pierre Francastel, également Le Chercheur d’absolu de Théodore Monod.

Elle est auteur de l’ouvrage "Le Saule aux dix mille rameaux" coédité par l’UNESCO et Langues & Monde (anthologie de la poésie classique coréenne) et de "Ivresse de brumes et griserie de nuages" édité par Gallimard (poèmes médiévaux des anciens ermites coréens). Ses peintures ont été exposées dans de différents salons.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
Danieljean   17 septembre 2015
Ivresse de brumes, griserie de nuages : poésie bouddhique coréenne (XIIIe-XVIe siècle) de Ok-sung Ann-Baron
Entre les quatre murs, à l'origine, rien,

On ne sait où placer la porte.

Ce petit ermitage, vide, vide et calme,

Clarté de lune et vent pur balaient les nuages blancs
Commenter  J’apprécie          80
si-bemol   22 décembre 2018
Ivresse de brumes, griserie de nuages : poésie bouddhique coréenne (XIIIe-XVIe siècle) de Ok-sung Ann-Baron
Au coeur du printemps, journées infinies : toutes affaires cessent,

Le vent fouette les fleurs des poiriers: neige plein la cour.

De beaux arbres se penchent sur l'auvent : entrelacs des ombres,

En se promenant on fredonne, soi-même tout réjoui.
Commenter  J’apprécie          60
si-bemol   22 décembre 2018
Ivresse de brumes, griserie de nuages : poésie bouddhique coréenne (XIIIe-XVIe siècle) de Ok-sung Ann-Baron
Avoir la passion de voir la Voie, c'est s'égarer dans la Voie,

Vouloir à tout prix chercher la paix tourne en inquiétude.

On atteint la paix par l'oubli de la paix, voir par l'oubli de voir :

Une fois cela compris, tout est simplifié.
Commenter  J’apprécie          40
si-bemol   22 décembre 2018
Ivresse de brumes, griserie de nuages : poésie bouddhique coréenne (XIIIe-XVIe siècle) de Ok-sung Ann-Baron
Soudain, la rencontre de l'Ami, et aux lèvres le sourire,

Les six fenêtres désormais, éternellement neuves de joie.

Peu importe maintenant le regard des autres hommes:

Quatre murs, vent pur, trésor au-delà de tout !
Commenter  J’apprécie          40
si-bemol   22 décembre 2018
Ivresse de brumes, griserie de nuages : poésie bouddhique coréenne (XIIIe-XVIe siècle) de Ok-sung Ann-Baron
"Ermitage du Vide"



Entre les quatre murs, à l'origine, rien,

On ne sait où placer la porte.

Ce petit ermitage, vide, vide, et calme,

Clarté de la lune et vent pur balaient les nuages blancs.
Commenter  J’apprécie          40
si-bemol   22 décembre 2018
Ivresse de brumes, griserie de nuages : poésie bouddhique coréenne (XIIIe-XVIe siècle) de Ok-sung Ann-Baron
"L'homme de la Voie du non-faire"



L'homme de la Voie du non-faire, sans souci,

Nulle part ne laisse de trace.

Il va parmi bruits et apparences,

Hors bruits et apparences, il a grand air.
Commenter  J’apprécie          30
Nikkipou   24 septembre 2020
Le Saule aux dix mille rameaux. Anthologie de la poésie coréenne médiéval et classique de Ok-sung Ann-Baron
Ode au hwarang Kipa



Se frayant un chemin

La lune apparaît,

Où va-t-elle, à la poursuite des nuages blancs ?

Sur l’onde bleue du ruisseau

Voici l’image du hwarang Kipa !

Au fond du lit du ruisseau Iro les cailloux,

On désire atteindre le fond du cœur

Qu’en lui gardait le hwarang.

O, branches du pin si hautes !

Maîre, qui ignorez les frimas !
Commenter  J’apprécie          00
Nikkipou   24 septembre 2020
Le Saule aux dix mille rameaux. Anthologie de la poésie coréenne médiéval et classique de Ok-sung Ann-Baron
Chanson de Cheoyong



A la capitale au clair de lune

Je me suis diverti jusqu’au cœur de la nuit.

De retour chez moi, que vois-je dans mon lit ?

Quatre jambes !

Ceux deux-là sont à moi,

A qui les deux autres ?

D’habitude ce sont les miennes,

On me les a prises — que faire ?
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Poèmes gruyère :))

(Le Corbeau et le Renard) - Maître Corbeau, sur un arbre ......... , Tenait en son bec un fromage. Maître Renard, par l'odeur alléché, Lui tint à peu près ce langage : Et bonjour, Monsieur du Corbeau. Que vous êtes ........ ! que vous me semblez ......... ! Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le ......... des hôtes de ces bois

élevé - beau - bien - roi
perché - joli - beau - phénix
feuillu - noir - joli - meilleur
sec - haut - loin - phénix

6 questions
63 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , poésieCréer un quiz sur cet auteur