AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Citation de Musardise


Musardise   06 mars 2018
Le Menteur de Pierre Corneille
GERONTE. Je vous cherchais, Dorante.
DORANTE. Je ne vous cherchais pas, moi. Que mal à propos
Son abord importun vient troubler mon repos,
Et qu'un père incommode un homme de mon âge!
GERONTE. Vu l'étroite union que fait le mariage,
J'estime qu'en effet c'est n'y consentir point
Que laisser désunis ceux que le Ciel a joint,
La raison le défend, et je sens dans mon âme
Un violent désir de voir ici ta femme,
J'écris donc à son père, écris-lui comme moi.
Je lui mande qu'après ce que j'ai su de toi
Je me tiens trop heureux qu'une si belle fille,
Si sage, et si bien née, entre dans ma famille.
J'ajoute à ce discours que je brûle de voir
Celle qui de mes ans devient l'unique espoir,
Que pour me l'amener tu t'en vas en personne,
Car enfin il le faut, et le devoir l'ordonne,
N'envoyer qu'un valet sentirait son mépris.
DORANTE. De vos civilités, il sera bien surpris,
Et pour moi je suis prêt; mais je perdrai ma peine,
Il ne souffrira pas encor qu'on vous l'amène,
Elle est grosse.
GERONTE. Elle est grosse!
DORANTE. Et de plus de six mois.
GERONTE. Que de ravissements je sens à cette fois!
DORANTE
Vous ne voudriez pas hasarder sa grossesse ?
GERONTE. Non, j'aurai patience autant que d'allégresse,
Pour hasarder ce gage il m'est trop précieux.
A ce coup ma prière a pénétré les Cieux,
Je pense en le voyant que je mourrai de joie.
Adieu, je vais changer la lettre que j'envoie,
En écrire à son père un nouveau compliment,
Le prier d'avoir soin de son accouchement,
Comme du seul espoir où mon bonheur se fonde.
DORANTE, à CLITON. Le bonhomme s'en va le plus content du monde.
GERONTE, se retournant. Écris-lui comme moi.
DORANTE. Je n'y manquerai pas.
Qu'il est bon!
CLITON. Taisez-vous, il revient sur ses pas.
GERONTE. Il ne me souvient plus du nom de ton beau-père.
Comment s'appelle-t-il ?
DORANTE. Il n'est pas nécessaire,
Sans que vous vous chargiez de ces noms superflus,
En fermant le paquet j'écrirai le dessus.
GERONTE. Étant tout d'une main il sera plus honnête.
DORANTE. Ne lui pourrai-je ôter ce souci de la tête ?
Votre main, ou la mienne, il n'importe des deux.
GERONTE. Ces nobles de province y sont un peu fâcheux.
DORANTE. Son père sait la cour.
GERONTE. Ne me fais plus attendre.
Dis-moi...
DORANTE. Que lui dirai-je ?
GERONTE. Il s'appelle ?
DORANTE. Pyrandre.
GERONTE. Pyrandre! tu m'as dit tantôt un autre nom;
C'était, je m'en souviens, oui, c'était Armédon.
DORANTE. Oui, c'est là son nom propre, et l'autre d'une terre,
Il portait ce dernier quand il fut à la guerre,
Et se sert si souvent de l'un et l'autre nom,
Que tantôt c'est Pyrandre, et tantôt Armédon.
GERONTE. C'est un abus commun qu'autorise l'usage,
Et j'en usais ainsi du temps de mon jeune âge.
Adieu, je vais écrire.

Acte IV, scène IV
Commenter  J’apprécie          180





Ont apprécié cette citation (17)voir plus