AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.45 /5 (sur 10 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) le : 15/05/1944
Biographie :

William A. Ewing, anthropologue de formation, est directeur du Musée de l'Élysée à Lausanne, en Suisse. Il est aussi professeur-chercheur à la faculté de Genève (Suisse) dans le département d'histoire de l'Art où il dispense des cours sur l'histoire de la photographie.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels le Corps : œuvres photographiques sur la forme humaine ; le Siècle du corps : 100 photographies 1900-2000 et, plus récemment, reGeneration : 50 photographes de demain.

Commissaire d’importantes expositions internationales, il est également un spécialiste de la photographie de mode à laquelle il consacre de nombreuses rétrospectives monographiques et publications. Il enseigne la photographie à l’université de Genève.

Faire faces est né de plusieurs expositions consacrées aux nouvelles approches du portrait dans la photographie contemporaine.



+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de William A. Ewing   (18)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Author, lecturer and curator, William A Ewing, talks to the celebrated photographer, Edward Burtynsky, about his working methods and the breathtaking imagery in his book 'Essential Elements' ? available now.


Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Bellisa55   24 avril 2015
Danse - Chefs d'oeuvre de la photographie de William A. Ewing
Dans les ballets romantiques du début du XIXe siècle, les chorégraphes s'inspiraient de légendes médiévales et de contes de fées dépeignant l'homme déchiré entre le spirituel et le corporel. Des créatures de rêve descendaient sur terre, emportaient le coeur de ces mortels, et des jeunes filles, à la nuit venue, émergeaient de leur tombe. Lors des premières représentations, ces êtres éthérés traversaient la scène et, suspendus à des fils, donnaient l'impression de voler. Le public, au début, s'enthousiasma pour ces performances théâtrales, mais, très vite, il fallut éliminer les fils et les danseurs durent imaginer de nouveaux effets scéniques adaptés à l'évolution de leur art. Ils songèrent alors à se hausser sur la pointe de leurs pieds, l'on inventa ensuite des chaussons à bouts renforcés. Lorsqu'en 1832, Marie Taglioni dansa pour la première fois La Sylphide sur pointes, les spectateurs furent littéralement éblouis par cette innovation impressionnante.
Commenter  J’apprécie          60
TomRipley   05 novembre 2017
Steichen- Carnet mondain. Les années Condé Nast de William A. Ewing
Mrs Chase :

A propos de notre idée d'une présentation digne et distinguée des "images de charme" - si elles peuvent être imprimées en duotone elles en seront grandement améliorées. Il y a au Louvre des oeuvres qui, présentées dans un peep-show, seraient jugées pornographiques. Au Louvre c'est de l'art. Faites de Vogue un Louvre.

Steichen - 1926
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

années 20, années folles

au cours de ces folles années 20 les poètes se devaient d'inventer un nouveau langage. Alors ils s'illustrèrent dans le

symbolisme
romantisme
surréalisme
naturalisme

10 questions
68 lecteurs ont répondu
Thèmes : spectacle , cinema , poète , écrivain , mode , littératureCréer un quiz sur cet auteur