AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Editions L@ Liseuse - Clarabis


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
collectifpolar
  17 octobre 2019
L'emprise des sens de Sacha Erbel
J'ai bien failli ne jamais lire ce titre.

Vous le savez maintenant , de part ma fonction de coordinatrice du comité de lecture polar des bibliothèques de la ville de Paris, je lis énormément de premier roman. Mais des premiers romans qui sont référencés sur la base de données bibliographiques Electre. Car oui mon employeur et du coup les bibliothèques de Paris sont abonnés à cet outils de travail donc forcément je dois faire avec.

Aussi L'emprise des sens de Sacha Erbel n'est pas répertorié dans cette base, ce qui fait que je ne l'ai pas eu à analyser et encore moins à lire.

Alors quand Hélène Babouot des éditions La liseuse m'a contactée, nous avons parlé de tout ça mais elle a proposé de venir me voir à la bibliothèque. Et là j'ai fait une belle rencontre, avec une passionnée comme je les aime.

Du coup je lui ai promis de lire L'emprise des sens , mais pas promis autre chose sauf peut-être si j'aimais le livre.

Et j'ai aimé le livre, alors maintenant je vais tenter de vous en parler.

Que vous dire....

Que c'est un premier roman, un  court roman, que tous les ingrédients pour faire un bon thriller sont là.

Que l'écriture de l'auteur est franche, sans contour. Un style direct. L'emploi du présent de l’indicatif donne du punch au récit.

J'ai apprécier que ses personnages soient tout en contraste. J'ai eu peur que l’héroïne soit une pauvre jeune femme en détresse. Il n'en est rien.

Talia malgré ses blessures reste une femme déterminée. D'ailleurs les personnage féminins de ce romans sont des femmes de caractère. Les mecs aussi, rassurez-vous.

De plus en plaçant son récit à la Nouvelle Orléans en pays cajun, l'auteur profite de l'histoire de cette ville pour développer l'intrigue autour de celle-ci. Une grosse partie du roman se passe dans le quartier français de cette ville.

La Nouvelle Orléans c'est aussi le berceau du jazz. Et dans  le roman de Sacha Erbel, la musique a aussi un rôle important. Entre Blues, Jazz et musique Cajun, le rythme du roman s'emballe.

De plus la ville est marqué par l'histoire de l'esclavage, La Louisiane plonge le visiteur dans le faste de la période d'avant la guerre de Sécession sur les traces des très riches planteurs de canne à sucre et de coton des années 1850. On découvre l'histoire mouvementée de cet état du « Vieux Sud », le commerce triangulaire et la vie quotidienne dans les plantations.

On ne peux pas non plus parler de La Nouvelle Orléans en passant sous silence la culture Vaudou et sa grande prêtresse Marie Laveau ( the voodoo queen). Et cette culture est elle aussi au centre de notre thriller.  Ce qui en fait un thriller fantastique.

Mais rassurez-vous, il y a aussi une vrai enquête et de vrais flics dans ce polar.

De plus la petite touche romance, apporte un petit plus à l'histoire qui devrait encore rajouter du plaisir de lecture au lectorat féminin. Car on le sais 70% des lecteurs sont des femmes.

Bref, L'emprise des sens est une belle découverte et j'avoue que ce titre n'a pas était sans me rappeler une jeune auteure découverte il y a quelques années, J'ai nommé Claire Favan.

Aussi vous vous doutez bien que du coup, j'attends avec impatience une nouvelle aventure de Talia qui je n'en doute pas doit déjà avoir germé dans le cerveau de notre auteur.

Alors si vous aimez le suspens saupoudré d'une touche de fantastique, alors foncez, ce roman est fait pour vous !
Lien : https://collectifpolar.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
EmilieAFDL
  29 juillet 2019
L'emprise des sens de Sacha Erbel
Cette année, le salon Noir Vézère était l’occasion rêvée de rencontrer Sacha Erbel qui est une auteure que j’ai envie de lire depuis très longtemps, sans réellement oser n’étant pas persuadée d’adhérer à tout. J’ai très souvent vu L’emprise des sens circuler sur Facebook, à la fois fascinée par le côté vaudou dont beaucoup parlent, mais en restant sceptique. Ça ne s’explique pas.

Je me suis donc procuré ce livre à Noir Vézère – la rencontre avec l’auteure est sûrement celle qui m’a le plus marquée -, avec la ferme intention de le lire rapidement. J’étais très enthousiaste, je le suis toujours, mais mon instinct n’avait pas totalement tort ; j’ai beaucoup plus accroché avec une partie de l’histoire, plutôt qu’avec l’autre. Cependant, ça ne m’empêchera pas de lire le second roman de l’auteure, L’ombre de Nola. Mais avant cela, parlons du premier roman de Sacha Erbel.



L’emprise des sens, c’est l’histoire de Talia qui, sentimentalement parlant, n’a vraiment pas de chance. Ses déboires et ses déceptions avec les hommes, la poussent à s’exiler quelques semaines à La Nouvelle-Orléans. Là-bas, elle va être touchée de plein fouet par l’étrangeté, les rêves et le vaudouisme. Impliquée à ses dépens dans une série de meurtres, Talia va finalement rejoindre l’enquête dont les morts sont particulièrement sanglantes et dérangeantes, dans laquelle le vaudouisme va venir s’immiscer.

Si vous suivez mes chroniques, il est inutile que je précise quels pans de l’intrigue j’ai adorés, et lequel m’a beaucoup moins passionné. Mais je vais tout de même prendre le temps de parler de Talia dès à présent, pour me débarrasser du bébé et me recentrer ensuite sur tout ce que j’ai aimé dans ce roman.

Talia est tout simplement le genre de personnage dont l’histoire ne m’apporte pas forcément grand-chose. En l’occurrence, Talia est une jeune femme qui n’a pas de chance en amour, qui semble vouloir désormais s’amuser avec les hommes, mais qui va craquer sur le premier mec venu qui va également craquer pour elle. Alors oui, une fois de temps en temps dans un thriller, c’est sympa, mais il se trouve que j’ai tellement vu cette configuration, cette histoire, ce passé chez les personnages féminins (et je ne blâme pas forcément les auteurs, ce sont des choix et surtout leur personnage ainsi que leur histoire), que je m’en suis lassée au point de ne plus le supporter. Mes débuts avec Talia et toute la première moitié du roman, ont été compliqués ; forcément, il faut installer l’histoire, le personnage et surtout, le don qui l’on ne peut décemment balancer en une ligne. Heureusement, en parallèle, il y a eu les corps et l’enquête. Et ensuite, tout le reste.



Quand on voit Sacha Erbel, on est loin de penser que l’on va trouver du sale dans ses romans. Quand je parle de sale, je veux parler de sang qui coule et gicle, de tête coupée, de thorax déchiré, de choses bien loin de l’aura chaleureuse et positive de l’autrice. Je me suis régalée avec l’enquête, les corps et surtout, toute ces histoire et Histoire autour du vaudouisme et de La Nouvelle-Orléans. Toutes ces légendes, ce folklore, ce mystère autour du vaudou et de la magie noire sont des choses qui me passionnent et me fascinent, et j’ai profondément adoré retrouver cette ambiance dans L’emprise des sens. Et finalement, ces pans-ci éclipsent totalement le rejet que j’avais au départ pour le personnage de Talia.

Les morts et l’enquête avaient un vrai potentiel original et Sacha Erbel a su creuser de ce côté-ci pour finalement offrir une enquête passionnante dont on attend le dénouement avec impatience. Un dénouement surprenant concernant l’identité du tueur qui nous fait poser pas mal de questions et nous fait remonter le fil de l’histoire.



Un premier roman au potentiel indéniable qui a choisi un genre policier moins traditionnel qu’à l’accoutumée. Il est certain que L’emprise des sens est imprégné d’une ambiance particulière, spirituelle voire surnaturelle très séduisante et, malgré un personnage que j’ai très peu apprécié et un style qui manque légèrement de panache pour moi, j’ai apprécié ma lecture et adoré les angles choisis par l’auteure qui, indéniablement, a beaucoup de choses à dire et à explorer. Rendez-vous prochainement avec L’ombre de Nola dont j’adore la couverture !
Lien : https://surlestracesde.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
leschroniquesdeminuit
  30 avril 2019
L'emprise des sens de Sacha Erbel
Un des premiers films que j’ai vue seule au cinéma, j’entends par là sans mes parents, a été Entretien avec un Vampire. C’est par le biais du grand écran que j’ai découvert l’univers d’Anne Rice, excellente auteure de romans fantastiques dont une série est dédiée à des vampires et une autre à une lignée de sorcières. Je crois que je suis avant tout tombée amoureuse d’une ambiance très particulière, distillée par les descriptions des lieux, les différentes histoires se déroulant pour la plupart dans la sublime Nouvelle-Orléans.



Le teaser de présentation du second roman de Sacha Erbel, L’Ombre de Nola, en ligne depuis quelques semaines, utilise cette atmosphère. Dans cette petite présentation il est question en quelques images du Vieux-Carré français dont l’architecture se mêlant à une végétation luxuriante est à tomber par terre. Clubs de jazz, cuisine cajun, bayou, cimetières aux cryptes inquiétantes et évidemment magie noire et culte vaudou… Je me suis donc portée volontaire pour une immersion de quelques jours en Louisiane, mais en commençant par le premier volume de cette série. C’est pour cela qu’aujourd’hui je vous parle du livre L’emprise des sens de Sacha Erbel.



« Au détour d’une rue, elle aperçoit une petite enseigne noire sur laquelle est inscrit Baron’s shop. La boutique de souvenirs vaudous est une petite maison de bois à l’angle de Bourbon street et de Sainte-Anne. Nous y voilà! » p. 20



Talia vient de vivre une rupture qui l’a affectée. Elle décide de prendre sa vie en main sans plus attendre après qui que ce soit et pour commencer elle souhaite réaliser un rêve, un voyage en solitaire à La Nouvelle-Orléans (Nola), ville à l’incroyable renommée où se mêlent une fête perpétuelle, une architecture magnifique et une histoire métissée riche en couleur. En jeune femme moderne, elle décide de ne rien s’interdire durant son séjour, de vivre les aventures que la vie lui proposera sans se poser de question. De vraies vacances sans contraintes. Mais dès son arrivée sur place les événements s’enchainent et la dépassent, un rendez-vous dans un club de jazz, une rencontre dans une boutique de souvenirs aux accents tribaux, des cauchemars qui l’obsèdent… Bientôt Talia se retrouve embarquée dans une affaire criminelle puisqu’elle devient le témoin involontaire d’un meurtre à la mise en scène sordide, ou plutôt des visions en font d’elle la spectatrice privilégiée.



« Le zombie vaudou n’est pas le mort-vivant que vous voyez dans les films d’horreur. En fait, dans le vaudouisme, le zombie serait un être humain qu’un sorcier aurait drogué à l’aide d’une poudre qui annihilerait toutes les réactions. » p. 71



En effet, au moment même où Talia débute son séjour, une série de meurtres débute en ville. Les hommes assassinés semblent être les victimes d’un déchainement de violence qui trouve résonance dans des cérémonies vaudoues dont tout le monde a entendu parler mais dont personne ne peut vraiment attester la véracité. Les mutilations ont tout du rituel de magie noire et le quartier historique de la cité en est le théâtre morbide. C’est un triste rappel de d’assassinats similaires perpétrés une quinzaine d’années plus tôt dans une ville voisine, par un criminel que tout le monde croyait mort depuis. Aucune piste pour les enquêteurs, jusqu’à ce que Talia rencontre l’équipe, ce qui va la mener à participer aux investigations bien malgré elle.



Cette histoire racontée par Sacha Erbel est plutôt surprenante. La manière d’écrire de l’auteur est relativement abrupte, elle emploie un présent qui fait de son récit une série de séquences prises sur le vif. J’ai eu un peu de mal à me faire à son style qui est très simple et direct et je ne cache pas que j’attendais souvent plus de détails. C’est une caractéristique du roman qui a un peu perturbé ma lecture, les références sont très actuelles, le langage jeune et elle va à l’essentiel. Toutefois, son intrigue est rudement bien menée et l’intrigue policière ponctuée d’une dimension fantastique se tient bien. Le déroulement est original, les séquences bien placées les unes par rapport aux autres, le point de vue de chaque personnage intéressant. C’est une enquête qui est agréable à suivre mais dont j’aurais aimé un développement peu plus conséquent.



À mon sens, le gros point fort de ce roman est son cadre. Le voyage de ce point de vue-là est assuré avec brio, j’ai moi aussi visité la sublime Nola, je me suis perdue de nuit dans ses ruelles, j’ai vécu sa musique, ses parfums, sa magie noire et blanche. J’ai traversé le bayou, fait une excursion à Bâton Rouge, me suis brûlé la langue de trop d’épices créoles. Et j’ai rencontré Marie Laveau et le Baron Samedi au coeurs des caveaux du cimetière Saint-Louis. J’ai appris sur les origines africaines du culte vaudou, sur ses péripéties Haïtiennes et sur ses pratiques encore actuelles. De ce point de vue, je suis complètement tombée sous le charme de ce premier roman et j’ai eu mal au coeur de quitter cette atmosphère.



« Le vaudou représente l’ensemble des dieux et des forces invisibles, et mon rôle est d’entrer en contact avec l’esprit de « Papa Legba ». C’est lui qui ouvre la porte des deux mondes. Celui des esprits et celui des hommes. Celui des morts et celui des vivants. » p. 115



L’histoire de Talia n’est pas terminée. Dans ce premier volume, elle a révélé ses failles mais aussi sa force. C’est donc avec grand plaisir que je me plongerai dans la suite concoctée par Sacha Erbel pour ses lecteurs. Les premiers retours sur L’Ombre de Nola soulignent une nette évolution dans le style de l’auteur et je souhaite évidemment en faire l’expérience. L'Emprise des sens est un roman sympathique et intéressant qui pose des bases pour un autre volet que j’attend excellent!


Lien : https://leschroniquesdeminui..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00