AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

La Vie du Rail


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
HORUSFONCK
  08 octobre 2019
La vie du rail n°1754 de Paul Delacroix
En cette année 1980, ma pile de LA VIE DU RAIL grimpait depuis 1972, chaque semaine d'un numéro.

La couverture de ce numéro et sa photo en couleur pleine-page agrémentée d'une photo-vignette, annonce l'élément-phare du numéro: L'avancement des travaux d' électrification de la ligne Narbonne-Port Bou sous la tension de 1500 volts en courant continu...Tronçon importante de "l'arc méditérranéen " qui mène de Gènes à Barcelone par la Côte d' Azur, le Languedoc et le Roussillon, Perpignan... Le projet comprendra la ré-électrification de Perpignan - Villefranche de Conflent, et l'équipement semblable de la ligne fret Elnes - Le Boulou Perthus.

Quatre francs de l'époque, pour cinquante-deux pages de passion ferroviaire qui est toujours mienne.
Commenter  J’apprécie          259
bbpoussy
  03 octobre 2019
Terminus Elicius de Karine Giebel
Deuxième livre que je lis de cette auteure. J'avais trouvé le premier très, trop violent.

En attaquant celui-ci, un polar, je m'attendais à une enquête assez complexe qui mettrait mes petites cellules grises en branlent.

L'histoire est très prenante, avec un personnage très perturbée et qui semble détenir la clé du mystère.

On prend le train avec elle, et on admire les paysages qu'elle voit tous les jours sous ses yeux. J'ai visité les alentours de Marseille sans y aller ! Et puis elle se laisse embarquer par les lettres signées Elicius. Et elle prend des cachets et donc je ne savais pas si je pouvais m'y fier.

Bref, ce roman m'a fait penser à "La fille du train".

Une fin frustrante pour moi.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
MauraDel
  02 octobre 2019
Meurtres pour rédemption de Karine Giebel
Dès les premières pages, je suis derrière les barreaux, je suis dans la même cellule que Marianne. Je vie ses souffrances, ses envies, ses peurs...

Elle a tué, elle paye et, l'addition est lourde.

Karine GIEBEL nous d'écrit le monde carcéral comme si elle-même avait été incarcérée, c'est criant de vérité. On s'attache aux personnages, on arrive à aimer Marianne, on voudrait qu'elle s'en sorte...le miracle c'est aussi pour les délaissés, les rejets de la société.
Commenter  J’apprécie          00