AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Sachenka


Sachenka
  17 novembre 2016
Amadou Hampâté Bâ est un monument de la littérature malienne, africaine et mondiale. Et son roman Amkoullel l'enfant peul est son histoire. Elle sert d'autobiographie, de mémoire d'un grand homme et d'une époque révolue. J'aurais été tenté de dire d'un peuple, mais le parcours de cet enfant, même s'il tire ses origines de l'ethnie des Peuls, se mêle et s'entremêle avec celles des Toucouleurs, des Bambaras, des Bozos, des Dogons et de tous les autres peuples présents dans ce grand pays qu'est le Mali. C'est qu'il s'agit aussi de l'histoire d'une partie du continent, de l'Ouest africain et de la présence colonialiste française. Et cette histoire était, jusqu'à ce moment, au début du XXe siècle, transmise oralement. Donc on découvre également le sort d'une civilisation en plein bouleversement, qui voit ses repères et ses traditions ancestrales (avec ses codes d'honneur, ses griots et marabouts) bousculés par la modernité et la supériorité technique des nouveaux arrivants.

On replace souvent l'auteur à cette fameuse phrase : « En Afrique, chaque fois qu'un vieillard meurt, c'est une bibliothèque qui a brûlé. ». Heureusement pour nous, Amadou Hampâté Bâ a écrit ses mémoires. Et de nombreux autres ouvrages.

Amkoullel l'enfant peul retrace l'histoire de la famille d'Amadou Hampâté Bâ, en commençant par ses grands-parents, puis ses parents Hampâté et Kadidja. Deux grandes et nobles (et fières !) familles peules à une époque où le pouvoir réside entre les mains des Toucouleurs à Bandiagara. Mais très tôt, ses parents se séparent amicalement et sa mère se marie à nouveau avec le grand chef Tidjani. le jeune Amkoullel suit à sa mère à la cour des Thiam à Louta puis en exil à Bougouni. À travers les pérégrinations du garçon, le lecteur découvre un nouveau monde. Peu de gens peuvent situer correctement le Mali sur une carte du monde, encore moins ses principales villes. Et que dire des modes de vie de ses habitants (à conjuguer au pluriel, à cause des multiples ethnies qui y vivent en harmonie, dans le respect). Bandiagara, Ségou, Bamako, Mopti la Venise-du-Soudan, autant de beauté. Les transports en bateau sur le fleuve Niger, les marchés où l'on vend mille produits exotiques, les huttes hospitalières où l'on s'arrête en chemin, la savane où les fauves se cachent, etc.

Puis, vers sa septième année, Amkoullel revient à Bandiagara. Il fait ses études coraniques et suit les enseignements des sages. Entre autres, Tierno Kounta Cissé, Tierno Bokar et Koullel. D'ailleurs, je ne comprends pas vraiment pourquoi on surnomme le garçon Amkoullel (fils de Koullel) puisqu'il avait déjà deux pères et que plusieurs maitres l'ont influencé. Amadou Hampâté Bâ ne m'a pas suffisament éclairé à ce sujet. Ce roman est aussi un ôde à la mère. Kadidja est de tous les combats. Cette batante ne baisse jamais les bras, elle tient tête à ses co-épouses, suit son mari en exil (enceinte de plsuieurs mois !), fonde une ville et devient une marchande prospère, etc. Quand un incendie ruine sa famille, elle mets les mains à la pâte et recommence. Malgré son côté autoritaire, elle est aimante et attachante, toujours là pour sa famille et ses amis. Il n'est pas étonnant que son fils la vénère et suive ses commandements.

Puis, quelques années plus tard, Amkoullel commence aussi à entrer dans le monde des adultes. Il crée sa propre association de jeunes gens (waaldé). Mais c'est aussi un garçon comme plusieurs autres, qui joue des tours pendables au vieux jardinier Sinali et qui passe ses nuits à explorer à ses risques et périls le quartier des Blancs… Dans tous les cas, toutes ces péripéties d'adolescent sont divertissantes et nous rappellent qu'un grand homme peut se cacher dans n'importe quel petit bonhomme. Mais la vie continue et le jeune peul devra aller à l'école des Blancs ! Sacrilège, on craint qu'il ne tourne le dos aux traditions ancestrales et aux valeurs musulmanes ! Mais bon, pas le choix, les Français réclament de plus en plus d'indigènes pour les aider à gérer la colonie. Et le roman se clôt quelques temps après la Grande Guerre, avec un Amkoullel adulte qui a obtenu son certificat et qui se voit confier un poste dans l'adminsitration coloniale, loin de sa famille.

Amkoullel l'enfant peul est une lecture agréable. Malgré le dépaysement et les réalités à des années lumière de celles du lecteur occidental, Amadou Hampâté Bâ réussit à rendre son histoire accessible, il explique ce qui doit l'être sans employer un ton trop didactique ni assomer son lecteur avec de longues descriptions. C'est riche et instructif sans en donner l'impression, c'est vraiment parfait. Aussi, l'auteur alterne les moments tristes et dramatiques (l'exil, la répudiation de Kadidja par ses co-épouses, la mort des deux frères d'Amkoullel) avec ceux qui sont comiques (la bataille sur les bateaux à fond plat entre Kadidja et le patron aux mains baladeuses). C'est aussi très intructif, rempli de la sagesse (accumulée au cours des siècles par les griots et les vieux, ces « bibliothèques ambulantes »). On y retoruve plusieurs proverbes et un enseignement de la vie qui peut encore s'appliquer même dans nos vies aux préoccupations modernes. Je termine avec une citation du roman. « La vie est un drame qu'il faut vivre avec sérénité. »
Commenter  J’apprécie          531



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (45)voir plus