AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de BVIALLET


BVIALLET
  05 mai 2012
Au tout début du vingtième siècle, Joseph, jeune séminariste en passe d'être ordonné prêtre, se fait fort de pouvoir communiquer avec les morts. de son côté, Papus, Gérard d'Encausse de son véritable nom, est une sorte de mage capable de faire apparaître des démons venus de l'enfer en se servant des toutes dernières innovations technologiques. Paris, en proie à des attentats anarchistes, va devoir recevoir le Tsar Nicolas II qui souhaite visiter le tout nouveau Métropolitain. La nouvelle présidente du Conseil, Victoire Desnoyelles, craignant pour la sécurité du Prince, fait appel au Grand Khan et à ses apaches, plus habitués à détrousser le passer qu'à jouer les gardiens de la paix. C'est dans ce contexte très particulier que débute une aventure qui entraînera Joseph et les autres héros jusqu'aux derniers cercles de l'au-delà...
Un roman étrange et fantastique qui joue avec intelligence de l'uchronie et ne manque pas d'une grande originalité dans cette catégorie très particulière. On sent Depotte inspiré par les grands textes du genre comme « Les Mystères de Paris », « Fantomas » ou « Belphégor ». Avec ce roman, l'édition renoue vraiment avec la littérature populaire de l'imaginaire version traditionnelle. le lecteur naviguera dans les eaux troubles de l'ésotérisme, de l'occultisme et même du satanisme le plus noir. Avec le personnage de Lénine, il découvrira les arcanes secrètes de la naissance du communisme, porté au pouvoir par la grâce d'une arrivée d'entités infernales peu rassurantes. Fantaisie totalement folle mais qui recèle néanmoins sa part de sagesse et de vérité. Il passera un bon moment (dans les deux sens du terme) à lire ce livre passionnant pour les poètes et les rêveurs non cartésiens ni rationalistes bien sûr. Dommage que le style soit un peu léger et que le texte semble délayé au maximum. (Un livre ne serait-il sérieux qu'au-delà d'un demi millier de pages ?) Resserré sur 3 ou 400 pages, le rythme y aurait grandement gagné. Mais il faut rester indulgent avec ce premier roman si intéressant qu'il ne passera pas inaperçu.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (2)voir plus