AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Nio


Nio
  08 janvier 2015
J'avais eu le livre lors d'une opération de promotion des éditions 10/18, ce qui était pour moi l'occasion de commencer les oeuvres de plusieurs écrivains, des livres me faisant de l'oeil depuis quelques temps (dont le désopilant La lamentation du prépuce de Shallom Auslander dont je confirme qu'il faut lire ce livre. C'est bon pour les zygomatiques, oui, oui. Votre docteur devrait obligatoirement vous prescrire ce genre de livre. Bon, je fais court à défaut de ne pouvoir chroniquer ce livre dans un premier temps : achetez-le).


Zombies (en V.O, The Informers) est (apparemment) un recueil de nouvelles d'Ellis, dont certaines écrites quand il était encore étudiant. Je ne me souvenais pratiquement pas d'Ellis, sans doute avais-je dû lire un peu d'American Psycho plus jeune mais comme tout le monde, j'étais plutôt allé voir le film. Je ne l'ai pas revu mais j'en garde le souvenir d'une oeuvre correcte dont la fin (le film) se barre singulièrement on ne sait où. Donc Zombies constitue ma première vraie approche de l'écrivain et j'ai beaucoup aimé. Chance pour moi, il est considéré par les fans de l'écrivain comme un de ses plus faibles, ce qui veut dire que je peut m'attendre à un vrai choc lors du prochain de lui que je lirais.


J'ai dit "apparemment" car les nouvelles déroutent au premier abord. Comme dans un Tarantino, la chronologie ou tout repère un tant soit peu daté est chamboulé, mélangé. Nous sommes donc dans les années 80 (le livre est sorti en 1994 au passage), en Californie, dans un monde de jeunes (ou parfois moins jeunes), garçons ou filles, beaux, bronzés, qui ne font que baiser, se shooter (je n'ai pas compté combien les mots "valium" ou "cocaïne" reviennent sans cesse à vrai dire), regarder MTV, glander, se tuer ou tuer. Des noms reviennent constamment et parfois, on voyage dans la tête d'un perso qu'on retrouvera plus tard mais vu par les yeux de quelqu'un d'autre.


On se croirait dans certains films de Gregg Araki (sans doute les meilleures adaptations cachées de Ellis. Enfin je dis ça mais je n'ai pas vu Les lois de l'attraction. Par contre The Doom Generation et Nowhere, on y est en plein dedans, c'est fou). Dans une volonté similaire et réussie de montrer une jeunesse, des générations, complètement foutues. Les jeunes, trop cramés sont souvent incapable de réagir correctement quand ils arrivent (rarement) à ressentir quelque chose. Les parents essayent de parler à leurs enfants qu'ils ne comprennent plus depuis un bon moment. Tout le monde se fait saper par une société de consommation à outrance qui lobotomise complètement la population. Les années 80 dans toute leur splendeur (même si je pense qu'actuellement la Californie n'a pas changée dans son outrance). Les riches, qu'ils soient rock star (le "Bryan Metro" du livre) ou autre se permettent tous les excès, drogue, sexe, tout y passe (si ça vous rappelle l'actualité et les privilèges de cuissage que croient bêtement s'octroyer les nantis (politiques ou pas), alors oui, on est malheureusement en plein dedans. Cela révèle une fois de plus que les choses ne changent pas vraiment. Désespérant vraiment).


Tout y passe, dans un grand mélange de références pop (Ellis cite plusieurs groupes des années 80, parfois connus, parfois moins, tous étant étés parfois propulsés par MTV) et il semble impossible si vous n'avez pas connus un tant soit peu la pop-rock des 80's que vous ne connaissiez pas un ou deux groupes. Ellis n'hésite pas à baser toute une nouvelle (chapitre 8, Lettres de Los Angeles) sur la décérébration d'une jeune fille, étudiante New Yorkaise (donc censé représenter l'élite intellectuelle en comparaison avec le milieu où elle va vivre désormais) s'installant à L.A, qui va progressivement se complaire dans ce milieu surfait, bronzé, camé, aiguicheur et séduisant, jusqu'a considérer qu'elle s'y sent comme chez elle, quitte à y vivre pour le restant de ses jours. Inquiétant. On croise même des tueurs de gosses, des scénaristes et producteurs, des tourneurs de vidéo-clips, des filles atteintes du cancer, des vampires (dont l'un porte le nom d'un personnage déjà mort au début et qui est ami avec les mêmes personnes que la nouvelles du début, comme si tout se téléscopait sous la drogue ou que finalement sa mort avait été maquillée parce qu'il est devenu vampire dorénavant ou que... ). C'est du Tarantino littéraire. Voilà Araki et Tarantino (avec un soupçon de David Lynch et ptêt du Fight Club de Fincher, cf extrait plus bas) mixés dans du papier. Et je trouve ça assez brillant. Pour reprendre Beigbeider dans Elle : Ellis fait précisément à la littérature ce que Basquiat a fait à la peinture : la réveiller. Oui bon, on a les références qu'on a mais j'avoue que je reprend aussi un fragment de la 4e de couverture qui, me semble complètement en adéquation avec ce que j'ai pu ressentir.

Apparemment un film a été fait à partir des différentes nouvelles du livre. J'aimerais bien voir ce que ça donne par curiosité même si je doute d'une parfaite réussite...
Lien : http://dvdtator.canalblog.co..
Commenter  J’apprécie          40



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (2)voir plus