AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.57/5 (sur 280 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Knoxville (Tennessee) , le 27/03/1963
Biographie :

Quentin Tarantino est né le 27 mars 1963 à Knoxville (Tennessee, États-Unis). Il s'agit d'un réalisateur américain.

Abandonnant ses études à l'âge de quinze ans pour rejoindre la James Best Theatre Company, il se découvre une passion de scénariste et se lance dans le cinéma avec My Best Friend's Birthday (1987). Grand admirateur de Brian de Palma, Martin Scorsese et Howard Hawks, il signe un huis clos ultraviolent avec "Reservoir Dogs" (1992), qui le révèle au public cinéphile. Mais c'est avec "Pulp Fiction" (1994) que Tarantino est propulsé au niveau des plus grands : Palme d'or à Cannes (dont il est président du jury en 2004), Meilleur scénario original aux oscars, Meilleur scénario aux Golden Globe Awards, etc. Suivront les succès de "Jackie Brown" (1997), "Kill Bill" (Vol. 1, 2003 ; Vol. 2, 2004) et "Boulevard de la mort" (2007).

Avec "Inglourious Basterds", le réalisateur s'attaque au genre historique et revisite à sa manière très personnelle la Seconde Guerre mondiale.

En 2011, Tarantino annonce son nouveau film, "Django Unchained", un hommage aux westerns spaghettis, notamment à "Django" de Sergio Corbucci, se situant dans le sud profond des États-Unis au temps de l'esclavage.
Reginald Hudlin adapte ensuite en comics la première version du scénario de Quentin Tarantino. Il a été édité aux États-Unis par Vertigo, en 7 petits volumes.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Quentin Tarantino   (14)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Cinéma spéculations - Quentin Tarantino


Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
Quentin Tarantino
Je n'arrive pas à croire que je vis dans un monde où Jean-Paul Belmondo lui-même sait que j'existe.
Commenter  J’apprécie          320
Quentin Tarantino
Considérer Clive Barker comme un “écrivain de littérature fantastique” serait comme dire des Beatles qu’ils sont un groupe “garage”. C’est un artiste dans tous les sens du terme, en perpétuel état de créativité et qui repousse constamment les territoires les plus reculés de l’esprit humain. Il est sans nul doute le grand “imagineur” de notre temps. Il ne connaît pas seulement nos peurs les plus formidables, il dépeint aussi ce qui nous enchante, nous excite et ce qu’il y a de plus sacré dans ce monde. Obsédant, bizarre, magnifique, tels sont les mots qui décrivent le mieux le travail de Clive Barker, faute de nouveaux qualificatifs, plus appropriés, qu’il nous reste à inventer.
Commenter  J’apprécie          280
Quentin Tarantino
Jamais je ne changerai ma vision artistique parce que le point de vue de la société évolue.
Commenter  J’apprécie          210
Cliff ne se demandait jamais ce que feraient les américains, si les Russes, ou les nazis, ou les Japonais, ou les Mexicains, ou les Vikings, ou Alexandre le Grand venaient un jour à occuper de force l'Amérique. Il savait ce que feraient les Américains. Ils chieraient dans leur froc et appelleraient les flics. Et quand ils se rendraient compte que non seulement la police ne pouvait pas les aider, mais qu'en plus elle travaillait pour l'occupant, au bout d'une brève période de désespoir, ils rentreraient dans le rang.
P 48
Commenter  J’apprécie          130
À compter de ce jour, j’ai passé plus ou moins toute ma vie à aller voir des films et à en faire en essayant de recréer l’expérience du visionnage du tout nouveau film avec Jim Brown, un samedi soir, dans un cinéma de 1972 .
Commenter  J’apprécie          91
La sonnette retentit sur le bureau de Marvin Schwarz. L’agent de chez William Morris appuie sur le bouton de l’interphone. « C’est mon rendez-vous de dix heures et demie, mademoiselle Himmelsteen ?
– Oui, monsieur Schwarz, répond la voix flûtée de sa secrétaire dans le minuscule haut-parleur. M. Dalton attend à l’extérieur. »
Marvin enfonce à nouveau le bouton : « Je suis prêt. Quand vous voulez, mademoiselle Himmelsteen. »
Lorsque la porte du bureau de Marvin s’ouvre, sa jeune secrétaire, Mlle Himmelsteen, entre la première. C’est une femme de vingt et un ans, d’obédience hippie. Elle porte une minijupe blanche qui met en valeur ses longues jambes bronzées et a de longs cheveux bruns, coiffés à la Pocahontas, une natte de chaque côté du visage. Bel homme de quarante-deux ans, l’acteur Rick Dalton, avec sa banane châtain, luisante de gomina comme il se doit, lui emboîte le pas.
Marvin se lève de sa chaise, derrière son bureau, un grand sourire lui illumine le visage. Mlle Himmelsteen s’apprête à faire les présentations, mais Marvin l’interrompt. « Mademoiselle Himmelsteen, étant donné que je viens de me farcir un festival Rick Dalton, inutile de me présenter cet homme. » Marvin s’approche du cow-boy, main tendue. « Allez, on se la serre, Rick ? »
Rick sourit et serre vigoureusement la main de l’agent. « Rick Dalton. Merci beaucoup, monsieur Schwartz, de prendre le temps de me recevoir. »
Marvin le corrige : « C’est Schwarz, pas Schwartz. »
Bon sang, je suis déjà en train de faire foirer tout le truc, se dit Rick.
« Nom d’un petit bonhomme… Je suis absolument désolé… monsieur Sch-WARZ. »
Avant de libérer sa main, M. Schwarz dit : « Appelez-moi Marvin.
Commenter  J’apprécie          60
L'acteur préféré de Cliff, sans conteste, et haut la main, c'était Toshiro Mifune. Il contemplait parfois le visage de Mifune avec une telle intensité qu'il en oubliait de lire les sous-titres. L'autre acteur étranger que Cliff aimait vraiment, c'était Jean-Paul Belmondo. Quand Cliff avait vu Belmondo dans "A bout de souffle", il s'était dit : ce mec ressemble à un putain de singe. Mais c'est un singe qui me plaît.
Comme Paul Newman, que Cliff appréciait, Belmondo avait un charme de star de cinéma.
Mais quand Paul Newman jouait un salopard, comme dans "le plus sauvage d'entre tous", il était encore un salopard sympathique. Alors que le gars d' "A bout de souffle" n'était pas juste un connard de tombeur sexy. C'était un pauvre type, un voleur à la petite semaine, un sale con. Et, contrairement à un film hollywoodien, ils ne le rendaient pas attachant. Dans les films hollywoodiens, ils les rendaient toujours attachants, ces sales cons, et c'était le truc le plus bidon que faisait Hollywood. Dans la vraie vie, ces fumiers n'avaient vraiment rien d'attachant.
Voilà pourquoi Cliff appréciait que Belmondo n'ait pas fait ça de son personnage de petite frappe dans "A bout de souffle". Les films étrangers , estimait Cliff, étaient plus comme des romans. Ils se fichaient que vous aimiez ou pas les personnages principaux. Et Cliff trouvait cela intrigant.

Page 40/41 - Hommage de Tarantino à Belmondo.
Commenter  J’apprécie          61
WAYNE
So, in your opinion Mickey and Mallory are not insane?
DR REINGHOLD
Insane, no. Psychotic, yes. A menace to living creatures, yes. But to suggest that they're insane gives the impression that they don't know right from wrong. Mickey and Mallory know the difference between right and wrong.
Commenter  J’apprécie          70
Roman sait qu'il n'aurait pas dû accepter de sortir à nouveau le lendemain de la fête au Playboy Mansion, et il sent le silence hostile de Sharon. Il sait très bien qu'elle avait prévu de passer la soirée à la maison, à lire tranquillement au lit.
Et il sait qu'une apparition à la télé suppose beaucoup plus de travail pour elle que pour lui.
Et pourtant, elle a accepté de se mettre sur son trente et un, elle a accepté de quitter la maison et de faire tout ça pour lui.
Mais, à présent, c'est l'heure d'un ressentiment de guerre froide.
Sharon est tellement solaire que, lorsqu'elle bloque le soleil, l'effet est glaçant.
Commenter  J’apprécie          50
p.277-8.
Pat et Mike l'avaient regardé sortir de sa poche sa médaille du Mérite et la faire tomber sur la table, dans un bam sonore.
" Le jour qui m'a valu ça, avait-il dit en indiquant la médaille du Mérite, j'en ai tué au moins sept. Peut-être neuf. Mais au moins sept. Et ça, putain, c'était juste une journée. Quand j'étais en Sicile, je tuais des Italiens tous les jours. "
Se recalant dans le fond de sa chaise, il avait ajouté : " Et, en Sicile, j'y suis resté longtemps. Tres longtemps. "
Les visages des deux Italiens étaient devenus écarlates.
Et Cliff avait repris : " En fait, j'ai tué tellement d'Italiens qu'ils m'ont déclaré héros de guerre. En conséquence de quoi, en tant que héros de guerre, j'ai une licence pour me trimballer avec ceci. "
Cliff avait sorti de son autre poche de veste un .38 à canon court, qu'il avait bruyamment posé sur la table, bam à côté de la médaille du Mérite. Pat et Mike avaient sursauté sur leurs chaises en le voyant sortir son pistolet et le poser sur la table.
Cliff s'était penché en avant et avait murmuré à l'attention des deux flingueurs.  " Vous savez quoi ? Je parie que je pourrais prendre ce pistolet et vous butter tous les deux - sur-le-champ - dans cette petite pizzeria merdique. Sous le nez du proprio, des serveurs, des clients et de Charlie Chaplin. Et vous savez quoi ?
" Je parie, je prends le pari, que je m'en tirerais. Parce que je suis un héros de guerre. Et que vous deux,vous êtes juste des macaronis dégénérés. "
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Quentin Tarantino (397)Voir plus

Quiz Voir plus

Invitation dans la grotte

Qu'allons-nous boire ?

Du champagne
Du champagne
Du champagne
Trois de ces réponses sont bonnes

1 questions
21 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}