AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de gloubik


gloubik
  18 juin 2017
J'étais en terrain connu en entreprenant cette lecture. En effet, j'ai découvert cet écrivain La cure, publiée dans Vampires à contre-emploi puis Bel ange, le deuxième volet des aventures du Baron Noir.

Alors que dire de plus que ce que j'ai déjà dit ? Mis à part quelques coquilles(l'auteur en a été informé) qu'on retrouvent dans tous les livres, cette lecture me fut très agréable. Je soupçonne Olivier d'avoir légèrement angoissé de savoir qu'un Cherbourgeois râleur allait lire son troisième volet dont le plus gros de l'action de passe entre Cherbourg et Aurigny. Hé bien, non ! Rien à redire. :)

Le premier volet, L'ombre du maître-espion est une bonne mise en place des protagonistes et du cadre. J'ai déjà commenté Belle Ange. Je n'y reviendrais pas. Et le troisième volet est passionnant, même si je regrette qu'on ne sache pas avant la fin du roman le secret des oiseaux mécaniques utilisés par le grand méchant. Mais je suppose que c'est pour mieux s'en resservir dans un prochain volume que je découvrirai avec plaisir.

Non, contrairement à bien des lecteurs, et comme à mon habitude, je ne vous ferai pas ici un résumé de l'intrigue. Sachez seulement qu'il y a des sous-marins et que l'électricité fait son entrée dans cet univers steampunk ; qu'il n'y a aucune aberration scientifique et technique, etc.

En bref : Moi qui ne suis pas un fan d'un certain genre de Seampunk qui a perdu à mes yeux toute crédibilité à force de vouloir absolument n'utiliser que la vapeur, même pour faire fonctionner un réveil-matin, j'ai été emballé par l'approche qu'en fait Olivier Gechter. Et j'en redemande. Encore !! Enfin, pas trop non plus. J'ai plein d'autres choses à lire.
Lien : http://livres.gloubik.info/s..
Commenter  J’apprécie          180



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (16)voir plus