AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Cellardoorfr


Cellardoorfr
  16 janvier 2018
Le roman de Daisy Goodwin n'est pas sorti de nulle part : il a été écrit à partir des lettres mais également des journaux intimes de la reine. À quel niveau l'histoire est-elle romancée ? Je ne peux vous le dire. Tout ce que je peux souligner, c'est qu'il s'agit d'un roman de l'intime qui pourra décevoir les lectrices à la recherche d'un roman au contenu historique plus poussé. Je ne dis pas que l'auteure ne connait pas son sujet ou qu'elle ne s'est pas documentée mais la Victoria que nous suivons n'est pas celle que le peuple voyait ou celle qui nous est montrée à travers les documents historiques. Nous suivons Victoria au début de son règne et si la reine et la femme ne font évidemment qu'une, Daisy Goodwin s'intéresse plus sa personnalité privée qu'à sa personnalité publique avec tout ce que cela sous entend. Ses traumatismes issus de l'enfance, ses rapports avec sa mère, sa tendresse pour sa gouvernante et sa relation ambiguë avec son cher Lord M sont donc au coeur du récit. Et croyez-moi, cela suffit amplement pour en faire une lecture agréable !

Mais ce n'est pas tout !

L'affaire Flora Hastings, le soulèvement des chartistes de Newport, le couronnement, la constitution du Parlement, la réalité sociale de l'époque avec l'évocation du peuple londonien sont également de la partie et placent le roman dans un contexte historique qui m'est cher. Parfois, ces évocations de la vie politique et sociale m'ont parues un peu artificielles, un sentiment renforcé par l'impression que la reine ne faisait que voir les conflits/événements de très loin…

Et les affaires de coeur, dans tout ça ?

On pourrait croire le contraire mais Victoria n'est absolument pas une romance ! Certes, si vous avez vu la série, vous savez à quel point sa relation avec Melbourne prend de la place (c'est la même chose dans le roman) mais on ne peut pas vraiment parler de roman d'amour pour autant, tant ils sont dans la retenue. Albert, quant à lui, n'arrive qu'au cours des 150 dernières pages : autant vous dire que son cas est vite traité (j'avais hâte de le voir débarquer avec son frère et je n'ai pas été déçue).
Lien : http://cellardoor.fr/critiqu..
Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (1)voir plus