AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de nameless


nameless
  12 juin 2018
Peu d'éléments biographiques sont livrés sur l'héroïne, pas même son nom. On sait seulement que son mari et son fils sont morts et qu'elle analyse des faits divers, un peu comme le font Jacques Expert en France, Ann Rule aux Etats-Unis ou Gitta Sereny en Grande-Bretagne. Etablir la culpabilité ou l'innocence du suspect n'est pas son but, le sensationnalisme non plus. Elle s'intéresse à des individus ordinaires devenus acteurs d'événements extraordinaires trop grands pour eux, mais qui sans eux n'auraient pas eu lieu. Elle veut comprendre le rôle et la responsabilité de l'individu dans l'histoire humaine, comment placé en situation-limite, il peut basculer. Elle ne prétend pas traquer la vérité, mais seulement les faits car seule la justice ose affirmer qu'établir les faits, c'est établir la vérité alors qu'elle est bien plus complexe. Son thème favori : la mémoire est-elle une source de désinformation ?


De la complexité, elle en trouve, lorsqu'elle rencontre Franck Anger à la Santé, où il attend son extradition vers les Etats-Unis. Ecrivain de polars ultra-violents, né Francis Towne, il a été soupçonné dans son pays d'avoir assassiné Blossom, sa première femme. Il a fui en France, adopté un nouveau nom, continue à écrire mollement. Mais voilà, sa seconde femme, Sigrid, a elle aussi disparu... Franck/Francis accepte de collaborer avec l'enquêtrice-journaliste, et de lui raconter sa vie.


Vérité ? Manipulation ? Les trous noirs dans la vie de Franck sont vertigineux, l'enquêtrice file à San Francisco, Los Angeles pour rencontrer ceux qui l'ont connu, ses parents adoptifs, son frère, des amis de ses parents biologiques, assassinés lorsque l'enfant avait 7 ans. Elle est rapidement convaincue que la part d'ombre de Franck repose sur le meurtre de sa mère, et que si elle en déniche la clé, tout le reste surgira. De révélation en révélation, l'ordre et la cohérence de l'histoire, longtemps invisibles, apparaissent.


Sylvie Granotier propose une belle évocation des années 70, du mouvement hippie « peace and love et flowers dans les cheveux », des communautés, de la contre-culture, qui promettaient une vie semblable à un hymne de joie à de jeunes gens qui voulaient faire sauter le couvercle d'une société contrainte et répressive et faire souffler un grand vent de liberté sur un monde nouveau. Elle évoque aussi le sort des gosses sacrifiés au Vietnam, partis dans la peau de militants pacifistes puis perdus dans un bourbier où plus rien n'avait de sens, où le souvenir d'un copain mort dans leurs bras au nom d'une guerre injustifiable met des millions d'années à s'effacer. Une génération grandement bousillée pour de multiples motifs, dont Franck/Francis est un pur produit.


Style asséché, imperméable aux affects, proche d'un document journalistique qui restitue cliniquement les confessions des témoins et du suspect, Le passé n'oublie jamais est une très agréable et intéressante découverte.
Commenter  J’apprécie          630



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (63)voir plus