AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2912164397
Éditeur : Ars magna éd. (01/01/2005)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Les livres écrits sur les nazis et l'occultisme sont habituellement typiquement sensationnalistes et sous-documentés. Une ignorance complète des principales sources est commune à la plupart des auteurs, et les inexactitudes et affirmations gratuites sont répétées par chaque nouveau venu dans le genre, de sorte qu'il existe maintenant une abondante littérature, basée sur des prétendus "faits" complètement erronés à propos de la Société Thulé, de l'occultisme, et des ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   07 avril 2017
Pendant les années 20, le Dalaï-lama s’appelait Thubten Gyatso [1876-1933]. C’était un intellectuel d’une intelligence impressionnante qui cherchait à réaliser un équilibre entre la technologie occidentale et la spiritualité orientale. Il avait entendu parler d’Hitler lorsque le mouvement national-socialiste était encore en train de lutter pour le pouvoir. Parmi les nombreux livres européens que le Dalaï-lama avait traduits dans sa langue, se trouvait Mein Kampf. Il annota son exemplaire avec des commentaires enthousiastes et souligna ses passages favoris à quasiment chaque page. D’Hitler, il disait : « Le Inji [l’honorable étranger] est assisté par Dieu pour quelque haute entreprise dans cette vie ».

Il pensait aussi qu’il devait y avoir une synchronicité car le svastika était le symbole à la fois du national-socialisme et des moines-guerriers de l’ancien bouddhisme Bön. Il notait aussi qu’il existait certaines similarités entre les doctrines nationale-socialiste et bouddhiste, particulièrement dans le fait que servir son peuple est le devoir – le dharma – le plus élevé dans la vie. Par conséquent, quand Hitler devint Chancelier, en 1933, il reçut de chaleureuses félicitations depuis le lointain Tibet.

Pendant les années 1940, des volontaires tibétains formèrent des brigades rattachées aux régiments cosaques qui combattaient le communisme aux côtés de l’Allemagne national-socialiste. Les Tibétains, avec leur endurance aux grands froids et leur refus de se rendre, furent parmi les combattants les plus acharnés contre les soviétiques. Ils étaient des cavaliers exceptionnels et menèrent quelques-unes des dernières charges de cavalerie de l’histoire. Ce sont les restes de ces brigades, qui ont combattu jusqu’au dernier soldat, que l’armée soviétique trouva dans les ruines de Berlin. (Wilfried Grimwald, pp. 4-5)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : nazisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Wilfried Grimwald (1) Voir plus

Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Concours : Gagnez la Bande dessinée La cellule Prométhée, Tome 1 : l'escouade 126

Quelle héroïne célèbre évoluait dans un Paris du début du 20 ème siècle peuplé de "monstres et d'êtres étranges" ?

Adèle blanc-sec
Bécassine
Laureline
Mélusine

10 questions
47 lecteurs ont répondu
Thèmes : ésotérisme , bande dessinée , paranormalCréer un quiz sur ce livre