AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de ChatDuCheshire


ChatDuCheshire
  22 juin 2015
Dans l'absolu j'aurais plutôt mis trois étoiles pour la qualité intrinsèque de cet album, qui n'est pas le meilleur pour son scénario (je ne m'en souviens guère), mais j'en ai finalement mis quatre par pur esprit de contradiction et par réaction aux excès auxquels nous mènent la censure inhérente au "politiquement correct" qui nous étouffe littéralement de nos jours...
D'aucuns, et parfois non des moindres, ont ainsi voulu faire retirer cet album des bibliothèques voire même des ventes pour son racisme et son colonialisme. Alors de deux choses l'une soit les gens d'aujourd'hui sont des imbécile "endoctrinables" par un album de BD dont la conception remonte aux années 30 et appartenant à une série qui n'a jamais été considérée comme orientée politiquement, soit on conserve précieusement cet album ET on le fait lire aux enfants d'une part parce que c'est un bon album de BD (pas le meilleur des Tintin mais tout de même) et, d'autre part et surtout - parce que cet opus reflète quelque part la vision dominante de l'époque sur ce qu'on appelait les "colonies" (le Congo étant alors une colonie belge et la seule d'ailleurs). Cet album-ci je dois l'avoir lu vers 5-6 ans soit vers la fin des années 60. Ma connaissance du monde n'était pas alors très étendue (à tout le moins) et je ne disposais pas d'une famille cultivée avec laquelle en parler ensuite. Néanmoins jamais je n'ai pris cet album pour "argent comptant" et considéré les noirs comme y étant dépeints de manière réaliste. Ce n'était pas quelque chose que je me formulais très clairement mais le trait était tellement "gros" que même pour une gamine de 5-6 ans c'était manifeste. Par la suite je me souviens que quelques fois au cours de ma scolarité, spécialement lorsque l'histoire plus récente de la Belgique fut abordée, cet album fut évoqué en classe en tant que constituant une illustration de la vision paternaliste très prégnante durant l'époque coloniale et les années 30, au cours desquelles cet album fut conçu et publié, en faisaient incontestablement partie. En fait, en y repensant, cet album fut un outil pédagogique extraordinaire car en guise de démonstration de ce qu'était l'esprit colonial cet album en expliquait bien davantage qu'une flopée d'exposés et études bien barbants pour des enfants... Ceux qui aujourd'hui entendent censurer cet album feraient mieux d'éviter la bêtise qui consiste à envisager l'histoire avec leur yeux d'aujourd'hui. Nos parents et grands-parents n'étaient pas davantage des barbares que les gens d'aujourd'hui. Ils évoluaient dans un contexte historique qui, bien entendu, façonnait leur pensée. Il est bon et il est sain de faire la critique de l'époque coloniale européenne mais pour en faire une critique utile - qui nous évitera autant que faire se peut de retomber dans les mêmes travers - encore faut-il s'attacher à comprendre cette époque. Cet album justement y contribue. Pour la plupart des gens du peuple dans les années trente, qui ne disposaient pas d'internet et n'avaient guère les moyens de voyager, les noirs ou peuples colonisés étaient présentés comme des plus ou moins "gentils sauvages" qu'il fallait civiliser ainsi qu'on éduque des enfants. Cette présentation rendait le colonialisme "acceptable" pour le plus grand nombre et ce pour le plus grand profit des quelques grands industriels qui ont profité du système de quasi esclavage qui en a résulté. Les choses ont-elles d'ailleurs tellement changé aujourd'hui si l'on considère la logique d'hyper-capitalisme actuellement dominante et qui contient en elle une autre forme larvée d'esclavagisme ? Bref lisez cet album, en y mettant votre grain de sel bien sûr...
Commenter  J’apprécie          245



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (17)voir plus