AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de livrevie


livrevie
  06 juillet 2014
La thématique est difficile- la naissance pour l'abandon, l'avortement, la moral dans les années 30-50- mais John Irving l'aborde avec la sensibilité qui lui est propre. Nul jugement dans ce qu'il l'écrit, à l'image de Wilbur Larch qui dirige l'orphelinat et oeuvre aussi bien pour Dieu que pour le Diable, mais beaucoup d'amour… L'amour qu'il porte à ses personnages est palpable, et sous le talent de sa plume, je les ai aimés moi aussi.

Parce que même si cette histoire parle d'abandons, d'avortements, de silences, c'est avant tout une ode à la famille, à celle que l'on se construit au fil du temps et pas celle qui partage votre sang, à celle qui vous aime, et qui est prête à tous les sacrifices pour vous.

John Irving s'attarde sur le destin de personnages très attachants, Wilbur et son orphelinat, Homer, orphelin qui ne voudra pas être adopté parce que l'orphelinat est sa famille, Edna et Angela, les infirmières, seule source d'amour pour ces enfants, Melony, jeune femme brutale, perdue mais ô combien émouvante…

Il nous dépeint une fresque émouvante, un récit initiatique où nos choix nous construisent mais nous détruisent aussi, où l'on se perd, et où l'on se retrouve…

Véritable comédie dramatique (certaines scènes sont à mourir de rire), j'ai ri, j'ai pleuré, j'ai vécu en lisant ce roman.
Commenter  J’apprécie          657



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (58)voir plus