AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de cecilit


cecilit
  24 mars 2018
Quel plus beau sujet aurait pu trouver Raphaël Jerusalmy, écrivain et ancien militaire, en Apollinaire, poète qui a choisi de faire cette drôle de guerre, et de compter à rebours les heures de tranchée avant LA blessure, l'impact droit sur la tempe du poète.
Jerusalmy écrit comme Apo rime. Phrases courtes, épurées. Rudesse du militaire et délicatesse du poète ; pragmatisme et lyrisme ; point de paradoxe.
Un jour gris dans une librairie au bord de mer, lors d'une rencontre auteur/lecteurs à laquelle j'ai eu la chance d'assister, Jerusalmy nous a expliqué ce paradoxe, qui n'en est pas un, et puis aussi sa façon de peler ses phrases comme une banane jusqu'à en découvrir la chair ou comme le burin du graveur qui extrait le métal de la plaque jusqu'à en révéler l'essentiel (Jerusalmy vient d'une famille de graveurs). L'homme est massif, l'air d'un baroudeur pas commode, ses grandes mains s'agitent, et alors il sourit, parle beaucoup, se révèle sympathique , facétieux, extrêmement lettré et instruit (lui, l'ancien militaire ?! Quels préjugés !), on en redemande. Je regarde la photo de couverture, il en ressort une certaine ressemblance entre ces deux-là : une forte tête avec à l'intérieur une âme délicate.
Commenter  J’apprécie          120



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (12)voir plus