AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de nadiouchka


nadiouchka
  20 août 2017
Lire un thriller bien sérieux car il débute le jeudi 24 mars 2016 (un jeudi saint), avec la découverte d'un cadavre (celui de John Murphy) dans les toilettes d'un pub, pendant qu'à l'étage lui parviennent les notes de « Some Day the Devil is Dead » de Wolfe Tones, et rire pendant la lecture du livre de Nicolas Lebel : « De cauchemar et de feu », c'est le tour de force de cet auteur.

Deux histoires se côtoient dans cet ouvrage : ce meurtre et le compte-à-rebours des actions de partisans de l'IRA (débutant en 1966 pour arriver au lundi 4 avril 2016 (Annonciation).
On alterne donc entre présent et passé et on retrouve le capitaine Mehrlicht dont le physique est comparé à celui d'une grenouille (et encore, il paraît que c'est flatteur). Il est secondé par ses lieutenants Mickaël Dossantos et Sophie Latour mais ont droit à une stagiaire (Laura Reiner) qui va devoir subir l'épreuve de la réalité autrement dit l'épreuve du feu et quel feu !

La tache ne va pas être facile puisqu'un état d'urgence a été déclaré suite aux attentats parisiens du 13 novembre 2015 – il manque de personnel car on approche du week-end de Pâques – et se trouver embarqué dans cette histoire rappelant une légende irlandaise, celle du Far Darrig, n'est pas une sinécure. Il va donc devoir enquêter sur la mort de celui qu'il appelle « un Rosbif » qui a eu la malchance d'être venu se faire « dessouder » au mauvais moment.

Si on rit, c'est parce que notre Mehricht reste fidèle à lui-même : cynique, qui fume clope sur clope, un gros brin misogyne, allergique aux ordinateurs, mais aussi toujours avec ses injures qui fusent à tout bout de champ et lui valent d'ailleurs, chaque fois, une amende de cinq euros de la part de ses collègues.
On rit aussi quand son téléphone sonne et balance des questions de Julien Lepers sur « Questions pour un champion », une épreuve à laquelle il avait échoué justement à cause de ses termes orduriers mais il veut prendre sa revanche et potasse dur.
Mais on rit aussi pour des réactions de certains de ses collaborateurs et le livre est truffé de jeux de mots. Il aurait presque fallu relever des citations à chaque page….

Mais revenons à plus grave, cette enquête qu'il va falloir mener avec les moyens du bord et où l'on retrouve l'Histoire de l'Irlande.

La tactique de passer du présent au passé est très bien maîtrisée. le contexte historique nous fait comprendre tous les événements avec l'histoire de Seamus, l'IRA et le « Croquefeu » irlandais, le « Far Darrig ». Son seul nom fait frémir car c'est un monstre pyromane, qui signe ses crimes de « NÁ DEAN MAGGADH FUM », signifiant : « Ne te moque pas de moi ! » et qui laisse un dessin.

J'ai vraiment beaucoup aimé ce thriller car Nicolas Lebel est un écrivain hors pair, d'un humour toujours présent, qui sait nous mener de façon géniale aussi bien dans l'enquête que dans l'Histoire de cette Irlande où les rancoeurs continuent à surgir, même trente ans après le début du conflit.

D'ailleurs, à la fin du livre, il n'écrit pas un chapitre « Remerciements » (comme le font d'habitude les autres auteurs) mais un « MERCI ! » et son mot de la fin est celui-ci : « Dans l'attente d'une Irlande libre et unie, je vous dis « à bientôt » ! ».

Moi aussi Nicolas je dis « à bientôt » j'espère car votre style décapant est sans pareil et puis bon sang, une vache de lecture (je n'ai pas écrit « putain » car c'est réservé à Mehrlicht) : zut, je dois cinq euros !
Alors « Wait and see », c'est tout ce qu'il me reste à faire puisque j'ai lu tous les livres précédents (à moins de les relire….).

Commenter  J’apprécie          198



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (19)voir plus