AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de gruz


gruz
  27 octobre 2014
Quand on tient une idée formidable, le plus difficile reste à mener : la mettre en mots et en valeur pour ne pas la dénaturer. C'est d'autant moins évident dans le cadre d'un premier roman.

Autant le dire de suite, ce premier pas dans la littérature (de genre) pour Josh Malerman, membre du groupe de rock The High Strung, est une franche réussite.

Ce livre, au point de départ franchement ingénieux, instille un sentiment de peur viscéral comme peu de romans ont su le faire.

Peur : sentiment d'angoisse éprouvé à la présence ou à la pensée d'un danger, réel ou supposé (définition du Larousse).

Une définition qui résume si parfaitement le sentiment ressenti par les personnages de ce roman, et par extension nous lecteurs. Quelle angoisse durant les 375 pages de ce récit ! Angoisse lancinante devant un danger qui justement ne se montre pas et reste immatériel.

Dans un genre qui se veut à ce point jouer sur la frayeur, on a déjà pu lire tout (et n'importe quoi). Avec Bird box, l'intrigue est toute aussi énigmatique que le titre du roman.

L'idée de départ est particulièrement ingénieuse et redoutable : jouer sur notre peur ancestrale du noir et de l'inconnu. En ne décrivant pas la menace qui pèse sur le monde, Malerman joue, de manière originale, avec cette crainte immémoriale et originelle.

Imaginez : devoir vivre les yeux fermés ou bandés, de manière volontaire, pour échapper à une menace inconnue et à une mort violente. Oui imaginez, ce que cela fait de devoir vivre dans le noir, ou calfeutré à l'intérieur, jour après jour.

Jouant avec intelligence sur l'alternance des chapitres (entre le moment de la « catastrophe » et le monde quatre ans plus tard), cette histoire est celle d'une totale perte de contrôle.

L'univers du récit post-apocalyptique est le terrain idéal pour décrire cette peur qui démarre comme une hystérie collective. Faire tenir la route à un récit qui ne décrit pas la menace était une toute autre gageure. Au fil des pages, l'histoire est (volontairement) frustrante et pourtant, l'auteur arrive à ce que l'improbable et l'incompréhensible tiennent la route, ce qui n'est pas loin d'être un exploit.

Combien de fois me suis-je dit, durant ma lecture, que le roman ne tiendrait pas sur la distance ? Que nenni, Josh Malerman a su mener sa barque jusqu'au bout, malgré les différents écueils qu'il a pu rencontrer en chemin.

Parce qu'il a pris le parti de décrire les événements uniquement à travers le prisme d'un petit groupe de personnes, et de nous faire vivre cette angoisse à travers leurs réactions et leur quotidien. Il intègre ainsi le lecteur au plus près de cette peur, et son style d'écriture hyper expressif y est pour beaucoup.

Oui parce qu'en plus, c'est plutôt bien écrit, grâce à un style très direct, énergique et démonstratif. Une manière de raconter très cinématographique, ce qui est un véritable paradoxe alors que toute l'histoire se déroule les yeux fermés ! (d'ailleurs je me demande bien ce que donnera l'adaptation du roman au cinéma, bon courage au réalisateur…).

Mon seul bémol tient au formatage du roman. On sent qu'il a été effectivement formaté pour bien tenir dans les codes de la littérature américaine du genre (ne surtout pas dépasser un certain nombre de pages, en garder sous la semelle…). Même si on se doute qu'une suite est prévue, ce récit aurait pu permettre encore davantage de développements.

Un dernier mot sur les passages se déroulant quatre ans après. Ils sont tout bonnement éblouissants de petites trouvailles sans que jamais l'auteur ne perde de vue l'aspect crédible de l'histoire.

Un roman aussi flippant, qui parle directement à nos plus vieux instincts tout en restant dans la suggestion, s'en est fascinant, addictif et franchement jouissif. Josh Malerman : on attend la suite avec impatience.
Lien : http://gruznamur.wordpress.c..
Commenter  J’apprécie          669



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (59)voir plus