AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
>

Critique de Tandarica


Tandarica
  04 mai 2021
À aucun moment il n'est dit, Suzanne qui raconte ne dit, « mourir de honte », même si mourir elle le veut. Pourtant, ce récit est une hyperbole saisissante de la chute dans la honte. Finalement, peu importe la raison qui engendre la honte, ce qui compte c'est de ne pas en devenir fou. Ou bien si, il faut lâcher les chiens de la folie, pour s'en libérer !

Par honte d'avoir égaré un dossier (important ?) Suzanne, cherche à se cacher sur « le banc le moins visible de la place Montalbert, entourée de platanes » (p. 30), le banc « le moins en vue en somme » (p. 31). Mais pourra-t-elle vivre sa honte en paix ? Rien n'est plus sûr car la société connaît ses règles impitoyables concernant la vocation première d'un banc public.

Ce court roman se lit d'un seul souffle et laisse une douce amertume dans la bouche asséchée pour avoir tant lu de passages à voix haute (et tête basse).

Le choix de Suzanne déplait aux voisins, mais il est salutaire pour elle : « je resterai donc là, sur ce banc pitoyable, puisque c'est là en somme que je m'arrête enfin, libérée, presque digne, sentant toute l'émotion de ce banc solitaire, sur cette petite place, sans gloire particulière, qui m'émeut, dit Suzanne, qui m'émeut, qui m'émeut, parce qu'il est pauvre et triste, parce qu'il est sans histoire, m'émeut infiniment, me réconcilie et m'apaise. » (p.33).

C'est un évidence, « le besoin de cacher sa disgrâce est humain, comme le besoin d'asile est humain » (p. 34)

Suzanne veut être comme ces oiseaux qui sont chez eux sur la place Montalbert. Ce n'est qu'après une centaine de page que le mot « folle » est « lâché ». La compagnie des oiseaux (symboles de liberté) est recherchée : « Les oiseaux heureusement continuent d'être là. Ils sont là. Ils pépient. » (p. 114). « Tous les oiseaux d'ici m'ont à la bonne maintenant. On ne se dérange pas. Chacun dans son assiette et chacun sa chanson. Il n'empêche, il n'empêche, dans pas longtemps je sais, ils cesseront de chanter et ils me mangeront. » (p. 116)

Ce récit est un merveilleux exemple de superbe utilisation des répétitions. Cela devient lancinant, musical et poétique pour laver de cette eau vive (cf. p. 37) comparable à la pluie, la honte. Magnifique métaphore, filée avec délicatesse et beaucoup de pudeur, de la culpabilité ontologique.
Commenter  J’apprécie          1152



Ont apprécié cette critique (108)voir plus