AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de sandrine57


sandrine57
  11 février 2020
Bien loin de l'ennui de Muskogee, Oklahoma, Beck Westbrook s'est fait une place sous le soleil de Los Angeles. Prête à tout pour devenir actrice, elle a pris un raccourci en s'introduisant dans la vie et dans le lit d'un agent qui l'a introduite dans le milieu et lui trouve de temps en temps des petits rôles. Il est vieux, il est flasque, elle ne l'aime pas mais il est aussi riche et connaît du beau monde. Pourtant si Beck court les castings, ce n'est pas par vocation. C'est pour accomplir le rêve de sa petite soeur Leah qui rêvait de cinéma, de théâtre et d'Hollywood. Liées par un amour fusionnel, solidaires face à un père violent et une mère démissionnaire, les deux soeurs partageaient leurs rires, leurs larmes, leurs jeux parfois cruels, jusqu'au jour où Leah a disparu sans laisser de traces. Pour honorer sa mémoire, Beck vit sa vie par procuration, profite des paillettes d'un milieu qu'elle exècre. Elle sait bien que sous les sunlights se tapissent le vice, l'hypocrisie, la mort. C'est d'ailleurs la mort qu'elle voit dans les yeux d'un homme qu'elle croise trop souvent pour que le hasard soit la seule explication. Et c'est encore la mort qu'elle trouve à sa porte quand le corps d'une jeune femme est découvert devant chez elle, dans un container à poubelles. Un tueur sévit en ville et ses crimes la visent. Est-ce cet homme mystérieux ? Quand elle se met en chasse, elle découvre Wes, un peintre à succès qui peint la mort comme personne. Il est riche, adulé et anonyme. Parmi la foule qui se presse à ses expositions, personne ne connaît ni son nom, ni son visage. Cet homme torturé, écorché vif, est-il le tueur ?

Ces taches rousses, ce sont les taches de rousseur qui constellent le visage de Beck et qu'elle s'échine à faire disparaître sous des couches de fond de teint. Pourquoi une haine aussi farouche ? Parce que sa soeur Leah avait une peau d'albâtre ? Parce que ces taches la renvoie à une enfance loin d'être heureuse ? Beck joue le rôle de l'aspirante actrice, petite amie d'un riche agent hollywoodien. Si elle évolue dans le luxe, elle n'en oublie pas moins d'où elle vient, de cette Amérique profonde où l'on meurt d'ennui. Et c'est dans les bas-fonds de Los Angeles qu'elle nous entraîne, pour nous montrer la face obscure de la ville. Pas loin d'elle, rôde un autre personnage retors, Wes le peintre brillant dont l'art s'épanouit dans la mort, la torture, les ténèbres. Riche mais pas heureux, Wes flirte avec l'idée de mourir et avale des médicaments pour oublier que pour réussir, il a vendu son âme au diable.
Avec ce premier roman, Morgane Montoriol ne fait pas dans la dentelle. L'ambiance est glauque, les personnages torturés et le style percutant. du sang, du sperme, de la salive et une surenchère dans la vulgarité, même si ce n'est pas vraiment dérangeant puisque cela sert une histoire un brin underground. Là où le bât blesse, c'est plutôt dans les tics d'écriture de l'auteure, sa manie, par exemple de décrire minutieusement les tenues de ses personnages et les endroits dans lesquels ils évoluent. Et quand on sait que Beck sort beaucoup, donc se change souvent, on sature vite. de plus, ses descriptions manquent de naturel, trop précises, trop renseignées. A-t-on vraiment besoin de connaître la couleur exacte de la moquette de chaque pièce. D'ailleurs, à propose de couleurs...Il y en a au moins deux cents dans les trois cent soixante-six pages que compte le roman. On navigue entre le bleu, lavande ou outremer, le rouge vermillon, le jaune vivide, le crème, le beige, le noir, le violet, le vert, etc. Stop ! On n'est pas dans le catalogue Ripolin !
Malgré ces petites imperfections, Morgane Montoriol a un potentiel indéniable. En réfrénant ses ardeurs, elle affinera son style et pourra s'aligner avec les auteurs de thrillers reconnus. Car son roman se dévore et ce n'est que dans les toutes dernières pages que tous les mystères se révèlent. Surprenant et prometteur.

Un grand merci à Babelio et aux éditions Albin Michel pour cette masse critique privilégiée.
Commenter  J’apprécie          320



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (32)voir plus