AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
>

Critique de Tachan


Tachan
  14 août 2022
Quand on me parle d'histoire de distorsion d'espace-temps, ça fait de suite ding ding ding dans ma tête me rappelant certaines des meilleures séries TV de science-fiction que j'ai pu voir. Alors impossible de faire l'impasse sur Tesla Note, manga en cours au Japon ayant déjà inspiré un animé alors qu'il ne compte que 7 tomes. Cela semble prometteur.

Aux manettes nous avons le trio Tadayoshi Kubo, Masafumi Nishida et Kôta Sannomiya avec les deux premiers au scénario et le dernier aux dessins, un trio gagnant si je peux me permettre. Ensemble, ils sont su imaginer une histoire fun, légère et hautement divertissante reposant sur un mélange de SF, d'espionnage et de mythe urbain. C'est très réussi.


Pour qui cherche un divertissement hautement qualitatif, le titre semble calibré pour ça. On y suit de manière totalement décomplexée, une lycéenne transformée en ninja par son grand-père, lui-même à la tête d'une entreprise d'espionnage, qui va se retrouver embauchée sur une mission d'importance cruciale : retrouver les fragments du cristal de Tesla qui referment des pouvoirs qui pourraient être terrible pour nous.

Le nom de Tesla vous dit quelque chose ? C'est normal, c'est l'un des plus grands inventeurs du XIXe siècle, qui se tirait la bourre avec Edison, son grand rival, et il y a eu un film sur lui en 2020 avec Ethan Hawke. Mais pour nous, il est le déclencheur d'une histoire qui aura de forts relents de Fringe pour les amateurs, une histoire d'action, d'enquête et de traque, juste passionnante et parfaitement rythmée. Dans un délire beaucoup plus frais et léger que Fringe, Botan, notre héroïne, va se retrouver en duo avec Kuruma, un jeune espion très vantard, pour traquer ces morceaux de cristal qui sinon déclenchent dans certaines conditions de graves déformations de l'espace-temps qui peuvent se solder, par exemple, par la disparition d'un train pour le faire réapparaître en pleine artère commerçante en ville, tuant tout sur son passage. Oups.

Le récit se veut donc à la fois léger par les interactions barrées et loufoques des deux héros qui ne s'entendent pas, mais aussi nerveux par le danger qui plane sans arrêt avec ces cristaux dont on ne connaît pas la localisation et les effets qu'ils auront s'ils s'activent. Il y a en plus, en parallèle, sans que nos héros le sachent, une autre organisation qui les cherche, ce qui va induire une course et une rivalité fort intéressante, dans le potentiel de ruse et astuce à déployer pour parvenir à s'emparer de chaque morceau. Et non content de cela, les auteurs ajoutent une petit dimension émotionnelle avec parfois des histoires de vie poignantes autour de ceux ayant par inadvertance trouvé un de ces morceaux, comme avec ce petit garçon obligé de voler pour aider son père qui a sombré après la mort de sa femme. C'est très riche.

Le revers de cela, c'est qu'on sent vraiment qu'on est dans du divertissement et que du coup tout manque de nuance, tout semble un peu léger, fun et superficiel. Cela manque d'aspérité. C'est bien calibré, c'est dynamique, c'est explosif, mais pas assez sombre encore à mon goût. Il n'y a guère que lors de la découverte des corps terriblement transformés à cause des effets de la distorsion que j'ai tremblé et j'aurais aimé que cela arrive plus souvent.

Le trait de Kôta Sannomiya a d'ailleurs un côté très lissé, très propret avec de beaux héros et antagonistes aux cheveux brillants et aux belles coiffures, avec un côté très djeuns et fun. J'aime quand un dessin a plus de caractère que cela. A côté, c'est très propre, les scènes d'action sont fluides, rapides et explosives. Il met très bien en scène les capacités de ninja de Botan et on sent bien la tension lors des moments de crise. La scène de découverte des corps dans le wagon de train dans le premier chapitre est saisissante et montre qu'il maîtrise bien les codes de la SF horrifique, mais après avoir vu ce potentiel, je voudrais justement encore plus !

Premier tome d'une série d'espionnage et de SF à la mode Fringe, Tesla Note offre un mélange qui dynamite un peu le genre avec des missions à la fois explosives, légères et tendues avec un duo chien-chat fun qui envoie. C'est un très bon divertissement qui gagnerait encore à être plus serré autour de cette menace utilisant le travail d'un scientifique ayant vraiment existé et son appropriation par une sombre organisation. du classique revisité de manière moderne mais fort dynamique.
Commenter  J’apprécie          50



Ont apprécié cette critique (4)voir plus