AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
>

Critique de Myrinna


Myrinna
  19 janvier 2014
Il y a un an, j'avais découvert le tome 1 de Gunnar Staalesen...Cependant, je n'avais pris la peine d'entamer le second à la suite car même si dans l'ensemble, j'avais apprécié la lecture, cela n'avait pas été l'un de mes coups de coeurs. Et puis, pour une raison ou pour une autre, j'avais de nombreux livres à lire. Bref, je n'ai pas été totalement conquise par le premier opus. Toutefois, les dernières pages avaient suscité en moi une certaine curiosité sur le devenir des personnages.
Aussi, j'ai acheté les tomes suivants en seconde main.
Et me revoici, avec la critique du tome 2.

Tout d'abord, cela a été difficile de rentrer à nouveau dans l'univers de Staalesen car j'étais perdue dans les personnages car les héros sont naturellement norvégiens. Par conséquent, je dois le reconnaître également, les prénoms et noms de famille évoqués tout au long du roman me semblent moins familiers.

Au début, cela démarre fort car nous retrouvons dans une famille endeuillée. Cependant, le soufflet retombe après quelques pages  où il y aura une succession de dates où l'auteur place comme fond historique les mouvements de grèves, des événements politiques qui conduiront à la deuxième guerre mondiale.

Ensuite, l'auteur se rattrape par le retour de Mademoiselle Perdersen avec la suite de l'intrigue policière. Finalement, on apprend davantage sur ce qui s'est passé mais voilà, il y a prescription.
Malgré tout, l'évolution des personnages ainsi que la trame narrative arrivent toute même à nous faire persévérer dans notre lecture.

Personnellement, ce volume est plus abouti que le précédent même si je l'ai apprécié par « vague ».
Aussi, l'auteur a eu le génie de distiller le suspense par temps forts et par temps d' accalmie.
En tout cas , ce fut mon impression...
Commenter  J’apprécie          32



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (3)voir plus