AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.62 /5 (sur 1272 notes)

Nationalité : Norvège
Né(e) à : Bergen , le 19/10/1947
Biographie :

Gunnar Staalesen est un écrivain et dramaturge norvégien, auteur de nombreux romans policiers.

Il étudie l'anglais et le français et fait des études supérieures en littérature à l'Université de Bergen, où il reçoit le grade universitaire de candidatus philologiæ.

Il travaille ensuite au Den Nationale Scene, le plus important théâtre de Bergen, où il fera jouer, à partir des années 1980, plusieurs de ses pièces de théâtre.

Il commence à publier des romans en 1969. Outre deux recueils de nouvelles, seize d'entre eux, et les plus célèbres, sont des romans policiers qui mettent en scène Varg Veum (personnage crée en 1975), un ancien salarié de la Protection de l'Enfance devenu détective privé.

Douze des seize romans ont été adaptés au cinéma notamment "Anges déchus" (Fallen Angels - Varg Veum : Falne engler) en 2008. Le personnage de Varg Veum y est incarné par l'acteur Trond Espen Seim (1971).

Gunnar Staalesen est également l'auteur d'une trilogie historique intitulée le "Roman de Bergen".

site officiel : http://www.vargveum.no/

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Concours Citoyenneté Européenne - Interview de Gunnar staalesen Né à Bergen, en Norvège, en 1947. Il crée en 1975 le personnage du privé Varg Veum, qu’il suivra dans une quinzaine de romans, rencontrant un vif succèspuisqu’ils se sont vendus à plus d’un million d’exemplaires en Norvège. Le roman de Bergen, en 6 volumes, est venu confirmer qu'il est aussi un grand romancier au sens classique du terme. L’enfant qui criait au loup est le 10 ème opus consacré à Varg Veum.


Citations et extraits (241) Voir plus Ajouter une citation
joedi   05 juillet 2012
Comme dans un miroir de Gunnar Staalesen
L'amour rend aveugle, dit-on, mais c'est un mensonge éhonté. L'amour paralyse, devrait-on dire, quand il n'est pas réciproque.
Commenter  J’apprécie          250
missmolko1   19 avril 2015
Varg Veum, tome 3 : Le Loup dans la bergerie de Gunnar Staalesen
La table du petit déjeuner fut une reussite. Le café noir comme de l'encre, avait le gout d'un matin de septembre en haute montagne. Les œufs étaient cuits a point, les jaunes en étaient comme des matins d’été oubliés. Les tartines, fraichement grillées, croustillaient, le beurre était moelleux et doré - et les saucisses de mouton si fraiches qu'on aurait juré que la veille au soir encore les brebis gambadaient dans la lande. La confiture de fraises, d'un rouge brillant, était sucrée a souhait et la marmelade d'oranges aiguisait l’appétit exactement comme il le fallait : elle vous incitait a prendre une tartine en plus.

La table du petit déjeuner était une reussite, mais le petit déjeuner n'en fut pas une. Hilde Varde n’était pas une adepte des bons petits déjeuners. Pour Hilde un bon matin était un mauvais matin. Pour Hilde Varde, une bonne journée ne pouvait commencer avant que l'horloge ne s’approchât de midi. Elle contemplait une tartine de pain sec, avec sur le visage des regrets comme un cold-cream gras. Elle n'aimait pas la marmelade d'oranges et la confiture de fraises lui donnait des boutons. Quant aux saucisses de moutons, elle en avait eu plus que sa dose dans son enfance, et les œufs lui causaient des nausées. Elle mangeait le moins de beurre possible, et le café lui provoquait des remontées acides et pour le lait, elle n'en buvait que dans les occasions tristes. Donc elle but du lait.

[...]

Je pris mon petit déjeuner tout seul et ce fut vraiment un merveilleux petit déjeuner.

Quand elle revint, elle avait déjà sa fourrure sur le dos et était prête a partir.

"Ne crois pas, dit-elle, que je sois venue ici pour tes beaux yeux, Vaarg Veum. Ne vas pas t'imaginer que je suis venue parce que tu as une technique pour accrocher les filles. Je suis venue ici parce que j'avais besoin de faire l'amour. Et je l'ai fait. Ça ne cassait pas des briques, mais je ne m'attendais pas a autre chose. Alors, salut, Varg Veum, a un de ces jours... peut-etre !"

La-dessus, elle partit.

"See you later, alligator", dis-je a la porte close.

C'est ça que j'aime chez les filles d’aujourd’hui : elles ne te laissent jamais conserver la plus petite de tes vieilles illusions idiotes. D'accord, d'accord, je n’étais pas le plus grand tombeur du monde, mais je savais faire un bon petit déjeuner, et pour le moment c’était bien suffisant, en tout cas pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
joedi   01 mai 2012
Les chiens enterrés ne mordent pas de Gunnar Staalesen
Un baiser, c'est la caresse la plus intime qui soit. Faire se rencontrer des organes génitaux, c'est à la portée de n'importe quel animal. Le baiser, c'est la lettre de noblesse de l'être humain.
Commenter  J’apprécie          180
Bardane   30 avril 2015
Face à face de Gunnar Staalesen
Nilss Ottensen pouvait avoir environ quarante-cinq ans, ses cheveux avaient une nuance seyante de gris argenté. Il était très mince, musclé, et portait un costume gris sur une chemise bleu barbeau, ainsi qu'une cravate rouge et noir fixée à sa chemise à l'aide d'une fine chaînette en or.

Quand il ouvrit la bouche, ce fut pour s'exprimer dans le dialecte de Bergen le plus raffiné qui soit, ce langage qui file droit dans les services publics et n'en ressort jamais que dans les actualités télévisées.
Commenter  J’apprécie          160
Torellion   07 avril 2016
La femme dans le frigo de Gunnar Staalesen
- Tu es un vrai philosophe, toi, sourit-elle.

[...] Non. J'ai vu un peu trop de films de Woody Allen.
Commenter  J’apprécie          140
joedi   30 avril 2012
Les chiens enterrés ne mordent pas de Gunnar Staalesen
Le serveur revint avec la bouteille et un verre imposant. Il y versa un peu de vin que je goûtai, je hochai la tête et il remplit le verre. Le vin était rond comme une paysanne russe, mûr comme une madone et aussi virginal qu'une danseuse de cabaret sicilienne.
Commenter  J’apprécie          130
joedi   02 juillet 2012
Comme dans un miroir de Gunnar Staalesen
C'était dans les années 30. Un petit garçon mystérieusement disparu... .

Deux jours plus tard, nos collègues d'Oslo l'ont retrouvé. Il dormait derrière un banc, dans un parc. Il avait tout bonnement pris le train, juste là, en bas, et avait fait le chemin tout seul, sans que personne lui demande ne serait-ce qu'un billet. C'était toute une époque, ça ! Aujourd'hui, il suffit de vouloir aller aux toilettes pour qu'on vous demande de l'argent !
Commenter  J’apprécie          120
manue14   10 juillet 2015
La nuit tous les loups sont gris de Gunnar Staalesen
« Ecoutez voir, Veum. Le nom de Påfugl, ça vous dit quelque chose ? »

Je secouai lentement la tête.

« Påfugl Maling A/S. L’usine était dans Fjøsangerveien. Il y a eu une vilaine explosion en 1953. Toute l’usine a brûlé, et pas mal de gens ont été tués.

- Un accident ?

- C’est ce que l’on a dit. J’étais sur l’enquête. Une affaire difficile. »

Commenter  J’apprécie          110
Fortuna   13 mars 2017
Les chiens enterrés ne mordent pas de Gunnar Staalesen
- " Les chiens défunts ne mordent pas", dit un ancien proverbe. C'est pire avec ceux qui sont juste enterrés. Au bout d'un moment, ils finissent par puer.
Commenter  J’apprécie          110
PGilly   31 juillet 2020
Roman de Bergen, tome 6 : 1999 Le Crépuscule, tome 2 de Gunnar Staalesen
En parvenant au salon, il fut frappé de constater à quel point Pedersen avait vieilli depuis la dernière fois qu'il l'avait vu. Le vieil ne réagit pour ainsi dire pas à l'entrée de quelqu'un dans la pièce. Ses cheveux étaient longs et en bataille, leur couleur rappelait de la neige sale. Il était assis penché au-dessus d'une table basse, et regardait avec mélancolie au fond d'un verre, où ne restaient que quelques gouttes brun clair de sa dernière boisson. Sa tête oscillait faiblement, comme s'il écoutait une mélodie dans le lointain.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "La nuit, tous les loups sont gris" de Gunnar Staalesen.

Quel est la manie de Hjalmar Nymark ?

il tape du poing sur la table
il donne un coup de pied dans la table
il donne un coup de journal sur la table

10 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : La nuit tous les loups sont gris de Gunnar StaalesenCréer un quiz sur cet auteur

.. ..