AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Nowowak


Nowowak
  24 août 2019
Ils ne savent pas que j'ai une grave maladie. Une case atteinte de mon cerveau qui m'oblige à parler tout bizarre. Cette comédie du langage qui m'incite à choisir un mot pour un autre est pathologique. Il est possible que durant le lampadaire de ma cambuse la salade me congédie. Vous voyez cela me reprend ! Et encore là on me comprend ! Je disais que le jour de ma mort je finirai ainsi : un vocabulaire incompréhensible comme tout linceul. le pire est que l'on me joue sur des scènes de théâtre. On me compare à Ionesco. C'est qui les vrais malades ? Je fais partie des surréalistes. Tu m'étonnes ! Ma chaussure est une tartine de graviers. Heu pardon je voulais dire ma vie est un joyeux bordel !

Je n'arrive même plus à m'asseoir à une terrasse de café sans attirer les regards dès que j'ouvre la bouche. Passer une commande au serveur court le risque d'être pris pour un fou ! Si je finis ma phrase une âme charitable ira prévenir les hommes en blanc et vous pouvez être sûr je croupirais dans une cellule capitonnée ! "Oh" vient de s'exclamer un aimable lecteur. Pourquoi ce "oh" ? Est-ce le "oh" de Molière quand il tombe chez lui d'un escabeau en plantant un clou pour accrocher le portrait de sa vieille tante ou le "oh" de Corneille quand il s'engloutit un plat de lasagnes et manque de s'étouffer que l'on doit appeler le SAMU ?

- Pupitre, veuillez me choper une gondole avec un rince-orteils pour me ligaturer le trombone, s'il-vous-souffle. Cornichon !

La tête bizarre du serveur incline à penser que ma zone du langage s'est encore bloquée et que ma gorge a laissé échappé des incongruités. Les quelques touristes s'en foutent royalement mais j'ai aperçu deux trois parisiens qui tiquaient et m'auraient volontiers balancé des mandales ou à défaut des roquettes, souffrant peu que le vent énigmatique d'un bavard mal embouché désopile leurs chastes oreilles. D'autres arrivent voilà qu'ils sont désormais deux et bientôt il faudra distribuer des tickets. Vous égosillez d'une telle parure, quel porte-manteau de promener le baldaquin de leurs tulipes ! Ah non cela ne va pas me reprendre !

Pas de quoi en faire un fromage de cette bouillie. Si le printemps est trop vert allez vous mettre au bleu. "Ah" ! Qui a dit "ah" ? Quoi qu'a dit ? A dit rin ? Mon oeil-de-cheval ! On n'a pas couché les boeufs ensemble ! Serait-ce Madame la Comtesse de Perleminouze ? Très chère peluche ! Depuis combien de trous, depuis combien de galets n'avais-je pas eu le mitron de vous sucrer ? Savez-vous qui me dégoise le charivari ? On parle dans mon dos de Monsieur Poutre ! Mon dos est sidéré. Je veux les noms ! Cette vacuité métaphysique de la môme Néant me donne une idée d'écriture mais il n'y a pas la place sur cette table. Comment ça va sur la terre ? Parce qu'ici.

- Gloussez ! Voici cinq gaulois ! Loupez chez le petit soutier d'en face : c'est le moins foreur du panier…

Oui j'ai osé écrire les produits fumeux de mon trombinoscope avarié et certains allumés du bulbe que ne citerai pas par pudeur envers leurs ayant-droits ont osé jouer avec en trouvant du génie dans cette torture foldingue de mots qui n'avaient rien demandé à personne. le stuc de ce bafouillis  les a fait chavirer dans le parloir et en ratissant leur limande ils en gazonnent encore !

- Et avec ceci ?

- Ah serveur puisque vous êtes là. Pouvez-vous s'il vous plaît me donner la définition exacte du mot "doudou" ?

- Doudou ? C'est que je ne suis pas trop doudoué.

Voilà de nos cours on ne peut plus rien démanger aux klaxons !


Lien : https://pasplushautquelebord..
Commenter  J’apprécie          504



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (46)voir plus