AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Pois0n


Pois0n
  27 octobre 2020
Qu'il va être difficile de parler d'Effroyable Porcelaine ! Pas parce que le livre est mauvais (c'est même tout l'inverse), ni que je ne sais pas quoi dire dessus, mais parce que contrairement à mes collègues cis qui ont déjà posté maintes critiques sans spoiler ici même, je ne vois franchement pas comment évoquer ce livre en esquivant son sujet principal. Car, quand on est trans ou, comme moi « juste » enby et qu'on entame le truc sans avoir la moindre idée de ce qu'on va y trouver, le ressenti peut potentiellement être vachement violent.

Donc : TW suicide, transphobie.
Vraiment, si ces sujets-là sont sensibles pour vous, n'ouvrez pas ce livre.

Non qu'ils soient soit mal abordés, bien au contraire. Ils le sont peut-être même *trop bien*.

Je passe un court paragraphe de cette critique sous balise spoiler, à n'ouvrir qu'en toute connaissance de cause ou après avoir lu le livre.



Ceci étant dit, afin de garder la part de mystère qui s'impose, je n'en révélerai pas davantage sur l'intrigue.

Car Effroyable porcelaine est surtout une excellente histoire de fantôme. Même s'il s'agit d'un roman à la base destiné aux ados, la plume de Vincent Tassy, très mature, séduira sans mal un lectorat plus âgé... et parviendra même, peut-être, à vous filer un peu la frousse pour peu que vous vous trouviez dans les conditions adéquates (seul, de nuit, sous la couette). On passe parfois sans transition du charme envoûtant du vieux château abandonné à la terreur des manifestations surnaturelles. Les descriptions sont riches et précises, mais pas envahissantes, la tension sait se faire palpable dans les moments les plus critiques... et oui, parfois, on frissonne ! Il y a dans Effroyable porcelaine une véritable ambiance, en partie dû au fait que l'auteur n'est pas tombé dans la surenchère.

Sibylle m'a beaucoup rappelé une autre héroïne gothique pétillante, à savoir Raven de Vampire Kisses. Comme elle, Sibylle est une ado bien dans sa peau, qui assume à fond ses goûts, n'en a rien à faire du regard des autres et possède une famille bienveillante. Une ado normale quoi, qui préfère simplement la nuit au jour et le noir au jaune pétant. Elle n'est pas obsédée par la mort ni par l'occulte, auquel elle ne connaît d'ailleurs pas grand-chose...
... autant dire que les connaissances en la matière de Philémon, qui ne partage pas le goût de Sibylle pour l'esthétique glauque mais possède en revanche le bagage en ésotérisme que n'a pas son amie, se révéleront précieuses.

Ce duo principal qui ne tombe donc pas dans les clichés se retrouve confronté à un surnaturel qui, loin d'être tape à l'oeil, s'inscrit lui aussi dans un certain réalisme. L'horreur est avant tout instaurée par petites touches, à travers des détails, comme le froid, la brume ou une petite musique à peine audible... et c'est finalement bien plus efficace que des visions effrayantes, du gore ou des trucs qui volent partout. le danger est bien là, palpable, précisément parce qu'il n'est pas grotesque. Plus Sibylle et Philémon en découvrent, plus la menace pèse lourd, et le sentiment de course contre la montre est bien réel.

Un joli décor, un récit rythmé, des personnages crédibles et réussis, un peu de trouille : malgré des critiques pourtant très positives qui annonçaient la couleur, Effroyable porcelaine se révèle être un coup de coeur inattendu et se place clairement parmi mes meilleures lectures de l'année.

Si vous n'êtes pas cis, gardez toutefois à l'esprit que la lecture peut parfois se révéler très dure.
Commenter  J’apprécie          81



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (8)voir plus