AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Stouph


Stouph
  12 octobre 2011
Yamamura (son nom de famille) est très célèbre au Japon. Cette romancière japonaise a apparemment écrit plus d'une centaine de romans policiers au Japon mais peu sont traduits en français. La ronde noire raconte donc l'histoire de plusieurs meurtres sans liens apparents et comment Chisako, notre héroïne, va être amenée à mener son enquête.

Dans ce roman, le lecteur français sera certainement surpris par la mentalité féminine typiquement japonaise qui consiste à être une bonne femme au foyer et à ne surtout pas déranger son mari (j'entends déjà les faux-machos dire "mais c'est génial" ;P). Mais justement de part son immersion totale dans les codes de la vie japonaise, on se retrouve bien plus à l'autre bout du monde que dans d'autres romans que j'ai pu lire. Vous apprendrez notamment des coutumes un peu désuètes de bienséance japonaise et des éléments de la vie quotidienne contemporaine que l'on a peu l'occasion de rencontrer dans les mangas ou autres romans historiques japonais.

D'un point de vue strictement policier, l'intrigue est intéressante mais l'auteur dispense volontairement un peu trop d'indices qui mettront rapidement le lecteur sur la voie du pourquoi et du comment. de ce fait, on est quasiment pas surpris du dénouement et la majeure partie des éléments de l'intrigue sont connus avant la fin. Bien écrit et facile à lire, il n'en reste pas moins un bon divertissement et une note rafraichissante par rapport aux nombreux romans policiers américains ! Avis aux amateurs donc.

PS : En cherchant une image sur le net de la couverture du roman, il semble qu'un jeu d'aventure inspiré des romans de Yamamura Misa va sortir sur PSP au Japon. Je ne suis pas sûre qu'il atteigne un jour nos contrées, mais bon on sait jamais ^^
Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (1)voir plus