AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gagnez Et vous avez eu beau temps ? et rencontrez Philippe Delerm



À l'occasion de la sortie du nouveau roman de Philippe Delerm, les éditions du Seuil et Babelio lancent un concours pour sélectionner 30 lecteurs qui recevront Et vous avez eu beau temps ? La perfidie ordinaire des petit..., un recueil de textes courts entre perfidie et tendresse, qui révèle les travers et bonheurs de notre condition humaine.

Les lecteurs seront ensuite conviés à une rencontre exceptionnelle avec l'auteur, le mercredi 31 janvier à 18h30 dans les locaux de Babelio à Paris, au cours de laquelle ils pourront échanger avec l'auteur et faire dédicacer leurs livres.

Merci à tous les participants, le concours est maintenant terminé.


Et vous avez eu beau temps ? La perfidie ordinaire des petites phrases     Et vous avez eu beau temps ? La perfidie ordinaire des petites phrases de Philippe Delerm

Est-on sûr de la bienveillance apparente qui entoure la traditionnelle question du retour de l'été : « Et vous avez eu beau temps ? » Surtout quand la personne qui nous la pose arbore un teint brique qui a peu de chose à voir avec notre bronzage « Dunkerque » ?
Aux outrecuidants qui nous prennent de court avec leur « On peut peut-être se tutoyer ? », qu'est-on en droit de répondre vraiment ? Quand le vouvoiement aurait permis de conserver cette affectueuse distance à laquelle on s'était attaché.
L'hypocrite « Je le lis chez ma coiffeuse », la tendre « Ça n’ira pas plus bas », la redoutable « Pour être tout à fait honnête avec toi »... Une nouvelle fois, Philippe Delerm est allé arpenter nos rues, carnet à la main, pour récolter toutes ces petites phrases faussement anodines, en soulever les jupes et révéler ce qu'elles cachent de cruauté ou de douceur, de perfidie ou de nostalgie.
Philippe Delerm est l'inventeur d'un genre littéraire sans égal, qu'il porte ici à son paroxysme : en découpant le réel en autant de sensations, souvenirs ou « petites phrases » auxquels il confère un statut d'universalité.