AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.75 /5 (sur 6 notes)

Né(e) : 1959
Biographie :

Anne Boyer et son coauteur de toujours, Michel d'Astous, racontent des histoires qui accompagnent les téléspectateurs depuis plus de trente ans. Le duo a enchaîné les oeuvres à succès, allant de la série policière à la saga historique en passant par le téléroman où les relations familiales sont toujours exploitées avec une justesse émouvante. La série Yamaska a fait vibrer près d'un million et demi de Québécois chaque semaine pendant sept ans au réseau TVA.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Après avoir captivé plus d?un million de téléspectateurs et des milliers de lecteurs, la saga Yamaska se poursuit. En librairie le 9 octobre ALICIA - Un roman de Dominique Drouin avec la collaboration d?Anne Boyer De retour au travail après son congé de maternité, Alicia jongle avec les défis de la conciliation travail-famille. À travers les aléas du quotidien, son amitié naissante avec la flamboyante Valérie lui donne une belle bouffée d?oxygène. Mais au fur et à mesure que les liens se tissent entre les deux jeunes femmes, Alicia se sent glisser vers le bas? Sa santé se dégrade et les impacts sur sa vie sont nombreux et dévastateurs. Alors que Geoffroy est de moins en moins présent pour elle, happé par ses propres préoccupations au travail, Alicia sombre dans l?anxiété et le doute. Cette relation amicale pourrait-elle être aussi toxique qu?un poison violent ? INGRID - Un roman d'Anne Boyer avec la collaboration de Dominique Drouin À la suite de sa rencontre avec Mélina, une fillette placée en famille d?accueil dont elle a fait la connaissance par hasard, Ingrid a vécu un véritable coup de foudre maternel. Elle sait désormais, sans l?ombre d?un doute, qu?elle veut cette enfant dans sa vie. Avec Olivier, son conjoint, elle s?inscrit à la banque mixte dans le but de concrétiser son projet. S?amorce alors pour le couple un parcours douloureux et déchirant, parsemé d?embûches et de déceptions, où ce petit bonheur si fragile qu?ils tentent de construire à trois est constamment menacé. Et si leur rêve de fonder une famille leur glissait une fois de plus entre les doigts ? MARIE-PIER - Un roman d'Anne Boyer et de Dominique Drouin Depuis que Brian et elle ont fait le choix de la simplicité volontaire, Marie-Pier se sent parfaitement à sa place et comblée dans ce nouveau style de vie. S?investissant à fond dans le développement de leur site Web pour voyageurs, le couple est plus que jamais solide et uni par des rêves communs. Lorsqu?il reçoit l?invitation de son père pour participer à un voyage de pêche au Saguenay, Brian y voit une belle occasion d?affaires pour développer leur site. Or, comme il est indisposé à la toute dernière minute, c?est Marie-Pier qui prendra le relais de son amoureux dans cette excursion en forêt qui, contre toute attente, changera le cours de son existence. Confrontée à la pire épreuve de sa vie, Marie-Pier devra faire un choix : se battre ou sombrer dans l?abîme.

+ Lire la suite

Citations et extraits (7) Ajouter une citation
mimo26   31 octobre 2018
Julie de Anne Boyer
CHAPITRE 1 Julie est pliée en deux de rire. Elle n’arrive pas à retrouver son sérieux. Oh, le visage ahuri de William quand elle l’a envoyé au tapis! Il ne s’attendait pas du tout à ce qu’elle réussisse ce coup. Elle non plus, d’ailleurs. Elle tente de replacer sa crinière qui refuse de rester dans l’élastique. Il y a un mois, ils se sont inscrits à un cours de taekwondo pour marquer le début de leur nouvelle vie à deux. Leur quatrième enfant, leur bébé de vingt ans a quitté le nid. Ils se retrouvent comme au début, avant la naissance de leur aîné, Brian. Tout est allé si vite après… La naissance de Lambert, d’Ingrid, de Frédérick. Le décès tragique de Lambert à dix-neuf ans, après un accident de ski nautique. Leur couple a dû, plus souvent qu’à son tour, faire face à des moments éprouvants. Avec le recul, Julie se dit que tout ça les a forgés, a fait d’eux ce qu’ils sont aujourd’hui: un couple fort, uni et complice. Quand Frédo a quitté la maison pour aller étudier à Sherbrooke, Julie et William ont ressenti le besoin de faire une activité ensemble, pour se retrouver. Ils ont choisi le taekwondo un peu au hasard, parce que les cours commençaient à un bon moment pour eux. William se relève, en riant de voir sa femme aussi hilare. Le professeur et le reste de la classe regardent Julie d’un air gêné. Et ça la fait rire de plus belle. Ils sont les plus vieux parmi les étudiants débutants. Mais ils s’en balancent: ils ont un plaisir fou. — Tu m’as pas manqué! dit William en replaçant sa ceinture blanche. As- tu suivi des cours en cachette? — Oh, mon dieu, j’arrête pas de repenser à ta face quand tu t’es retrouvé à terre! répond Julie qui repart d’un rire sonore qui résonne dans le dojo. — Bon, on va se placer en ligne maintenant, annonce Kim, leur professeur, un jeune Coréen d’une vingtaine d’années. Julie et William obéissent aussitôt, conscients d’avoir perturbé le cours. Mais bon, ce n’est ni la première ni la dernière fois que ça arrive.

Julie se présente la première au MacIntosh pour son souper de filles avec Hélène et Réjanne. À la table d’à côté, un homme mange seul. Il l’observe pendant qu’elle retire sa veste et s’installe. — Tout le monde vous a laissé tomber, vous aussi? lui demande l’homme avec humour. — J’espère bien que non. J’attends des amies.

— Dommage, je vous aurais proposé d’unir nos solitudes, rétorque-t-il d’un air faussement grandiloquent. — Ça sera pas possible, dit Julie dans un sourire. Bonne soirée quand même. — Bonne soirée à vous aussi. L’homme se replonge dans sa lecture au moment où Réjanne arrive. Les deux femmes se font la bise. Même si elles ont mis des années à devenir amies, Julie et Réjanne s’apprécient maintenant beaucoup l’une et l’autre. — Hélène est pas arrivée, constate Julie. — Elle allait au cimetière avant, tu te souviens? — Oui, oui, c’est justement. J’espère que ça la déprimera pas trop. — Elle va de mieux en mieux. Tu trouves pas? demande Réjanne. — Oui, oui, mais c’est plus fort que moi, je m’inquiète toujours un peu. Réjanne comprend et est soucieuse, elle aussi. La mort d’Étienne a été un coup extrêmement dur pour Hélène. Deux ans ont passé et leur amie s’en remet peu à peu. La serveuse vient prendre la commande. Comme d’habitude, elles demandent du vin et une bouteille d’eau pétillante pour Hélène qui ne boit plus d’alcool depuis des années. Réjanne qui fait face à la porte annonce l’arrivée de leur amie. — Bon, la voilà. Hélène les aperçoit et vient les rejoindre. — Ça va? demande Julie, soucieuse. — Très bien, la rassure Hélène avec conviction. — Fiou, rétorque Réjanne. Cinq minutes encore et Julie allait te chercher. — Non, non, je vous jure que ça va. Je suis restée longtemps au cimetière, mais c’est correct. Le souper s’amorce joyeusement. Hélène rassure ses amies: elle va très bien, elle peut même dire que le deuil de son mari est derrière elle. Réjanne, quant à elle, peine à revenir complètement au Québec depuis son récent voyage en Haïti. Julie regarde ses deux amies et se trouve chanceuse. Depuis qu’elles forment un trio, elles ont vécu tant d’émotions et elles ont toujours été présentes les unes pour les autres. — Pis toi? l’interroge Hélène, la faisant sortir de ses pensées.

— William et moi, on est en lune de miel, les filles! On a tout le temps la maison à nous tout seuls, maintenant. Julie fait une mimique égrillarde. Les deux autres rigolent. — Fred, il est allé à Montréal ou à Sherbrooke, finalement? demande Réjanne. — À l’Université de Sherbrooke. — Fait que vous êtes comme deux jeunes mariés? poursuit Réjanne. — Je dirais plutôt «nouvellement mariés» que «jeunes», rétorque Julie en riant. Quoique… je sens que j’ai rajeuni de dix ans. C’est sûr que j’ai une petite culpabilité d’être bien de même parce que Frédo est parti, mais… — Pas tant que ça, complète Hélène en rigolant. — Ouain. C’est une mini-micro culpabilité. — Tu vas passer à travers, blague Réjanne. — Je suis pas mal certaine que oui. Julie baisse le ton. — On fait l’amour tout le temps. On l’a même fait dans la cuisine avant- hier. Les trois pouffent de rire comme des gamines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mimo26   31 octobre 2018
Hélène de Anne Boyer
Le soleil descend paresseusement sur le cimetière de Granby. Ce 1er septembre est une vraie journée d’été et élène a passé les deux dernières heures près de la pierre tombale d’Étienne. Deux ans déjà… Un cancer foudroyant a emporté son mari, le grand amour de sa vie. Hélène a eu l’idée d’apporter une couverture pour faire une sieste à l’ombre du grand saule au bord de la rivière Yamaska. Un temps volé à sa vie mouvementée d’avocate toujours prise entre un rendez-vous et un procès à la cour. Elle serait bien restée là encore un peu à rêvasser et à somnoler, mais Julie et Réjanne, ses amies, l’attendent pour leur traditionnel souper de filles. Depuis le décès d’Étienne, les trois quinquagénaires se voient régulièrement. À la fois sacrées et nécessaires, ces rencontres leur ont plus d’une fois «sauvé la vie», comme elles se plaisent à le dire. Il y en a eu des drôles, des sérieuses, des tendres et des affreusement tristes, comme celles qui ont suivi la mort d’Étienne. Mais l’amitié de ces femmes, si différentes les unes des autres, s’est maintenue malgré les années et les chicanes passagères, les hauts et les bas de leurs vies. Le Noël suivant le décès d’Étienne, Hélène ne réussissait pas à prononcer son nom sans éclater en sanglots. Malgré la bonne volonté de tout le monde, elle avait traversé les fêtes comme dans un brouillard. En dépit de leur peine, son fils Olivier et Marthe, la mère d’Étienne, avaient organisé un réveillon le 24 décembre et Julie l’avait invitée le 25. Hélène s’était fait violence pour y aller afin de ne pas les décevoir, mais elle était cloîtrée dans sa bulle de tristesse. Personne ne saisissait exactement le désarroi de cette femme de carrière qui semblait si forte et si volontaire. Pour la première fois de sa vie, Hélène se sentait complètement démunie, privée du goût de se battre qui avait toujours été sa force. Rapaillant ses effets, elle aperçoit son fils, tout à ses pensées, qui s’approche de sa démarche chaloupée. Comme elle, il vient régulièrement se recueillir sur la tombe d’Étienne. Hélène regarde son beau grand garçon avec fierté. Un sentiment de gratitude aussi qu’il lui ait pardonné ses années d’errance maternelle. C’est Étienne qui a pris soin de leur fils à partir de leur séparation. Olivier avait dix ans. À cette époque, elle était convaincue d’être la pire mère au monde, que sa présence dans la vie de son fils était non seulement inutile mais nuisible. Elle s’était retirée, enfuie même. Et sa consommation d’alcool avait alors décuplé: pour oublier son incompétence, pour s’étourdir, pour remplir le vide. Mais tout ça était derrière elle depuis longtemps déjà. Olivier était désormais un adulte. La relation avec lui était maintenant au beau fixe et ils s’étaient même rapprochés encore davantage

depuis le décès d’Étienne. Olivier l’aperçoit enfin et lui sourit. Il arrive près d’elle et place une main sur son épaule en s’assoyant à ses côtés. Ils restent un moment immobiles et silencieux à regarder la rivière, unis dans leurs souvenirs. Puis Olivier rompt le silence et déclare, fier: — M’man, on a décidé de recommencer. Hélène comprend tout de suite: Olivier et Ingrid vont tenter, une fois de plus, de faire un bébé. — Ça, c’est une bonne nouvelle! Après les funérailles d’Étienne, Ingrid avait annoncé qu’elle était enceinte. Tout le monde avait salué cet encourageant signe du destin. Hélène, d’habitude très peu ésotérique, avait même pensé que l’âme d’Étienne allait peut-être se réincarner dans celle de son petit-enfant. Mais, quelques semaines plus tard, la jeune femme avait fait une fausse couche. C’est là qu’Olivier s’était réellement effondré. Il avait bravement tenu le coup pendant toute la maladie de son père, toujours souriant et positif: un soutien indéfectible pour Étienne et ensuite pour Hélène. Mais le double deuil de son père et de son bébé à naître l’avait plongé dans une dépression dont il se sortait à peine. Il n’avait recommencé à travailler que deux mois plus tôt et ce désir de fonder une famille prenait des allures de nouveau départ. — Vous méritez d’avoir une vie de famille comme vous le rêvez. — Merci, m’man. — Comment ça va pour toi chez DuoBuzzz? — Bien. Ça se place tranquillement. Hélène sent que le retour d’Olivier au travail est plus difficile qu’il ne veut l’avouer. Mais elle connaît son grand. Inutile de tenter de lui tirer les vers du nez, il ne se confiera qu’à son heure. — Faut que j’y aille. Julie et Réjanne m’attendent. — Je vais rester encore un peu, moi. Mais je vais aller te reconduire à ton auto. Mère et fils s’éloignent, bras dessus bras dessous. Pour la première fois depuis longtemps Hélène sent qu’ils sont tous les deux solides et confiants, qu’ils peuvent chacun se réinventer une vie. Mais laquelle?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ManonCC   17 janvier 2020
Ingrid de Anne Boyer
Elle s'ennuie beaucoup de son amie. Même ses bavardages incessants lui manquent. (...) Depuis qu'elle a perdu Cécile, elle se sent souvent très seule. (...) Qui a envie de passer son temps avec une vieille dame à part une autre vieille dame ?
Commenter  J’apprécie          10
ManonCC   19 juin 2018
Hélène de Anne Boyer
Il a l'impression que les dernières épreuves ont changé, de manière fondamentale, quelque chose en lui. Il n'est plus aussi léger et confiant. Au fond de lui vit encore une peur viscérale que sa vie déraille.
Commenter  J’apprécie          00
ManonCC   19 juin 2018
Hélène de Anne Boyer
Gabriel se surprend lui-même. Il n'a pas l'habitude de reconnaître ses torts aussi rapidement. Il comprend qu'il préfère protéger sa relation avec Hélène qu'avoir raison.
Commenter  J’apprécie          00
ManonCC   19 juin 2018
Hélène de Anne Boyer
Ils avaient passé une partie de la nuit collés l'un contre l'autre à se rappeler des souvenirs parce qu'ils ne pouvaient pas faire de projets d'avenir.
Commenter  J’apprécie          00
ManonCC   18 juin 2018
Julie de Anne Boyer
Marianne a mille idées et pèche parfois par excès d'enthousiasme. Mais Julie préfère retenir que pousser dans le dos.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Chansons pour la St-Valentin

Michel Polnareff

Love Me, Please Love Me
L'amour avec toi
les 2

10 questions
61 lecteurs ont répondu
Thèmes : amour , chanson française , chanson , VariétésCréer un quiz sur cet auteur